NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

JAZZ ET INLUENCES


MELODY GARDOT BIOGRAPHIE PORTRAIT D'UNE CHANTEUSE AU FIRMAMENT

Elle est jeune, pleine de charme et bourrée de talent, Melody Gardot est dans la constellation du jazz vocal féminin depuis déjà quelques années et ne semble pas vouloir redescendre de son piédestal… Rien d’étonnant à cela car la chanteuse revendique en héritage des noms comme Billie Holiday, Bessie Smith, Janis Joplin ou Helen Merrill. Des influences jazz qui se marient bien avec un répertoire pop et rock dans lesquels elle se sent tout à son aise.


MELODY GARDOT, COULEURS BOSSA

Son histoire semble faite pour un "storytelling". Depuis toujours, elle se sentait artiste et pensait peinture. Pourtant, c'est la musique qui a fait d'elle une étoîle vocale à l'âge de 25 ans avec le disque Worrisome Heart. Chez elle tout flirte avec la démesure. La blonde peroxydée joue de son physique avec drôlerie. Sa légère claudication qu'une canne corrige n'a jamais entamé son moral d'acier. Outre ses tenues sexy et son imposante chevelure, Melody Gardot joue de la voix qu'elle sait incroyablement mélodieuse, merveilleusement juste et en place, avec un léger vibrato qui la rend si agréable à entendre.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


S’accompagnant au piano ou parfois avec une guitare, Melody Gardot nous entraîne dans son univers musical où cohabitent du jazz et du folk, mais aussi des influences en provenance du Portugal (fado) et du Brésil (bossa nova). De séduisante à séduction, il n’y a qu’un pas qu’elle franchit au second degré, derrière ses lunettes à verres fumés, sur scène et dans ses clips (cf. Baby I’m a Fool. La chanteuse dans un bain de mousse chante l’amour entouré de messieurs). Si elle compose la majorité des chansons qu’elle interprète, elle fait appel à des arrangeurs comme Vince Mendoza pour relever l’ambiance musicale. Cette magie, cette sensualité à fleur de peau, reviennent transformées à travers d’inattendues reprises dont la célèbre chanson Over the Rainbow issue de la comédie musicale Le magicien d’Oz.

Cette relecture musicale n’est pas nouvelle. La musique jazz a souvent été une musique d’emprunt. Sa nourriture, elle va la chercher aux quatre coins de la planète. L’esthétisme bossa de Over the Rainbow peut faire penser à une certaine Diana Krall, mais Melody Gardot s’en défend bien. Entre ses mains, la musique brésilienne devient une musique de séduction. Qui s’en plaindrait ? Certes, ce jazz brésilien édulcoré qui sonne glamour, lascif, ronflant diront certains, peut lasser le véritable amateur de jazz. Toutefois, il ne faudrait pas oublier que les grandes chanteuses de jazz comme Sarah Vaughan ou Ella Fitzgerald ont, elles aussi, tenté ce genre d’aventure musicale, flirtant avec une musique estampillée bossa nova et à l’esthétisme poussif. Billie Holiday sera une des rares à rentrer en résistance durant toute sa carrière, incarnant à l’image de Louis Armstrong ou de John Coltrane, le véritable esprit du jazz.


LE RETOUR DU JAZZ VOCAL

Pendant la période swing (années 30/40), les chanteuses de jazz étaient indissociables des grands orchestres : Ella Fitzgerald chez Chick Webb ou Peggy Lee chez Benny Goodman. Leur présence attirait la clientèle. Conduire la musique jazz aux portes de la variété a permis à un bon nombre d'entre elles de se faire connaître auprès d’un large public. Les chansons issues des comédies musicales serviront souvent de support. Les compositeurs George Gershwin et Cole Porter sauront incarner les « american songs » comme jamais.

Aujourd’hui, la présence au premier plan d’artistes féminines comme Diana Krall, Eliane Elias, Dee Dee Bridgewater et Melody Gardot n’est pas vraiment un hasard. Leurs voix sont venues remplir un espace trop longtemps inoccupé. Depuis bien des années, la musique jazz ne servait plus ni la mélodie ni le chant. Le jazz était devenu une musique avant tout instrumentale, démonstrative, plongé dans des facéties qui ne laissaient que peu de place à la rengaine chantée. Or le public attendait vraiment ceci : un jazz qui se danse et qui se chante !


DES CHANSONS ET LA VOIX DOUCE DE MELODY GARDOT

Contrairement à Diana Krall et à Dee Dee Bridgewater, chanteuses formées à la dure école des clubs, Melody Gardot a été parachutée très jeune dans le circuit professionnel. Malheureusement, un grave accident survenu à l’âge de 19 ans faillit bien compromettre à tout jamais sa carrière artistique. Renversé à vélo par une automobile roulant à vive allure, Melody Gardot se retrouva, outre de multiples fractures, atteint d’un sérieux traumatisme cérébral.

Polytraumatisée, ses profondes lésions ont depuis laissé des traces. Outre de fréquentes pertes de mémoire, la chanteuse est obligée de porter au quotidien des lunettes sombres. C'est durant cette période difficile qu'elle a commencé à écrire ses premiers accords de guitare, laissant le piano qu'elle pratiquait depuis son enfance en suspens. Un premier disque sort : Some Lessons en 2005.


MELODY GARDOT - MIRA (2012)


Son répertoire plus ouvert que ses « aînées » accapare l’attention d’un autre public, d’un public sensible aux mélodies pop et folk. Le jazz vocal qu’elle pratique est plus proche d’une Joni Mitchell ou d’une Blossom Dearie, en raison de sa voix enfantine, que d’une Dee Dee Bridgewater. Melody Gardot n’est pas une pure chanteuse de jazz. Son répertoire ouvert aux musiques « pop » la rend proche de chanteuses comme la Canadienne Diana Panton, la Suédoise Lisa Ekdahl ou les Américaines Bretchen Parlato et Norah Jones. Serait-ce un style ou une mode dans l'air du temps ? Les deux, dirons certains !

En 2007, la maison de disques Verve lui apporte son soutien. Worrisome Heart sort l’année suivante. Entièrement écrit par la chanteuse, l’album est salué par la critique. L’album suivant (My One And Only Thrill – 2009) et les concerts qui suivront lui permettront de se faire connaître par un public accro à cette musique quelque peu "bcbg".

Son dernier disque en date (The Absence – 2012), tout en nuances avec ses accents subtils et cadencés aux sons des guitares, et cette douceur qui se prolonge de plage en plage, confirme son profond attachement aux musiques brésiliennes. La chanteuse nous invite ainsi à voyager depuis les bars à tango de Buenos Aires jusqu'aux plages du Brésil. Sa voix troublante et aguicheuse est toujours là, d’une sensualité rare... Et comme Melody Gardot est amoureuse de la France, il est fort possible qu'elle se produise près de chez vous et que vous vous mettiez alors à chanter en harmonie avec elle !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 09/2014)


RETOUR SOMMAIRE