ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


PAUL McCARTNEY : NEW, L'ÉTERNELLE JEUNESSE D'UNE ROCKSTAR

Pochette énigmatique bardée de lumières fluorescentes, l’album de Paul McCartney intitulé tout simplement New est très réjouissant. L’artiste anobli par la Reine prouve une fois de plus ses talents de mélodistes. "Rien ne se perd" semble lui dire le temps qui passe.

"NEW" TOUT JUSTE NEW POUR PAUL McCARTNEY

À plus de 70 ans McCartney démontre que derrière la musique estampillée ‘pop’ se glisse des mélodies que dame ‘electro’ et monsieur ‘rap’ semblent ignorer. Serait-ce l’un des problèmes des musiques actuelles qui me pousse à dire cela ? Peut-être bien ! Alors que tant d’autres ont déjà déserté les coursives du show-business, McCartney est toujours là. Le navire et sa cargaison de bonnes nouveautés n'est pas encore prêt de sombrer, et c'est tant mieux ! Les envolées mélodiques sont toujours prêtes à nous faire rêver.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Tout juste un an après avoir repris à la surprise générale quelques standards de jazz (Kisses of the Bottom), Paul McCartney nous offre un 16e album plein de promesses. Alors que le titre éponyme nous renvoie aux années 60, son style jaillit dès le premier titre (Save Us), un rock mélodique au tempo appuyé ponctué de riffs et de chœurs. Le producteur Mark Ronson n’est peut-être pas étranger à cette prise de position… mais puisque j’évoque la production, outre Mark Ronson, Paul Epworth et Ethan Johns, un certain Giles Martin et fils de George Martin est également présent. La production serait-elle alors une question de filiation ? Le jeune producteur deviendrait-il comme son père un membre officiel servant la destiné de sir McCartney ? L’avenir nous le dira.

Dans l’ensemble l’album semble classique, esthétiquement construit autour d’un Paul McCartney en forme et dominateur de bout en bout. On remarquera parfois quelques touches très contemporaines : cassures rythmiques, brusque changement d’orchestration, boucles sonores passées à l’envers, mais je rassure les fans, l’ensemble du disque est dominé par les instruments acoustiques, guitare en tête ! McCartney ne succombe pas, comme malheureusement tant d’autres, aux effets électroniques canonisés. L’album New c’est du new façon McCartney. Cela reste même très « classique » quand on écoute Everybody Out There ou Turned Out . En fait, la plupart des interventions « modernes » agissent soit en se collant soit en s’insinuant de façon très pondérée à l’intérieur des chansons.

L’album New ne surprend pas, mais il rassure en apportant quelques réponses à ceux qui penseraient que la mélodie est devenue une denrée rare. Si Paul McCartney écoute ses contemporains, cela n’a pas une très grande prise sur lui, et s’il proclame aimer One Direction, un boys band britannique qui à la côte auprès des filles, l’auteur de Yesterday reste lucide sur l’impact qu’a eu l’aventure des Beatles : « Ils savent chanter, ils font de bons disques… le point commun que je verrais : les filles les aiment. » et de rajouter : « Ce que nous avons fait provient d’une époque très différente d'aujourd'hui. Je ne sais pas si c'était alors plus facile d'avoir du succès, mais c'était différent… Ce n'est pas difficile de sortir quelque chose de nouveau, mais il est difficile de sortir quelque chose de nouveau et de bon, parce qu’alors vous ne cessez pas de faire des comparaisons avec tout ce que vous avez déjà fait. »

Par Victor Hans (Cadence Info - 10/2013)


RETOUR SOMMAIRE