CLASSIQUE / TRADITIONNEL


‘QUE DEMANDER À CLARA ?’, HONNEUR AUX FEMMES COMPOSITRICES

Il était temps ! L’initiative prise par le site ‘presencecompositrices.com’ permet de réparer une des injustices subit par la gente féminine dans l’histoire de la musique : reconnaître leurs qualités de compositrice en dévoilant, grâce à une puissante base de donnée, des milliers d’œuvres méconnus, instrumentales ou chantées, pour orchestre ou instrument soliste.


LE SIGNE D’UNE LÉGITIMITÉ

Il y a quelques années, pour le site 'Piano Web', je répondais à cette question posée par un internaute : Pourquoi existe-t-il aussi peu de femmes compositrices ?, argumentant que les femmes n’avaient pas eu « droit au chapitre », le plus souvent pour des raisons d’éducation et de position sociale, en France, mais aussi à travers le Monde.

Ad Block

Dans ce prolongement visant à réparer cette iniquité, la claveciniste Claire Bodin, directrice de l’association 'Présences Féminines', a eu la bonne idée de mettre en ligne un site « dédié à la promotion des compositrices de toutes époques et de toutes nationalités ». Baptisée ‘présencecompositrices.com’, ce site est une vraie mine d’or en recensant les compositrices d’hier et d’aujourd’hui et leurs œuvres. « Il est important que les femmes musiciennes, actuelles et à venir, puissent, elles aussi, s'identifier à des modèles » précise Claire Bodin (Radio RCF).

© presencecompositrices.com

Agissant autant sur le plan des ressources que de la promotion et destiné au réseau de la musique classique professionnel et amateur, le site couvre une très grande partie du répertoire écrit par les compositrices à travers l’histoire ; les objectifs du site étant les suivants : inciter, accompagner et soutenir.

  • Inciter, en démontrant toute la richesse du répertoire grâce à la puissante base de donnée 'Que demander à Clara ?', mais aussi en passant des commandes ou en proposant des partenariats.
  • Accompagner, en proposant des outils pédagogiques.
  • Soutenir, en ouvrant le site à la collaboration pour que l'action devienne pérenne.

LA BASE DE DONNÉE 'QUE DEMANDER À CLARA ?'

Ici, il n’est d’autre question à se poser que la curiosité qui vous y conduit. En effet, ‘Que demander à Clara ?’ (en hommage à Clara Schumann qui resta dans l’ombre de son mari compositeur) a pour objectif de nous faire découvrir les compositrices disparues et celles en devenir accompagnées de leurs créations.

© presencecompositrices.com

‘Que demander à Clara’ repose sur la participation. Possédant déjà plusieurs milliers de références, sa première vocation est de s’enrichir au fil des jours. Chaque fiche présente une compositrice ou une œuvre et invite le visiteur à « suggérer un complément d’information ». Côté transparence, les personnes contributrices à l’enrichissement de la base de donnée sont mentionnées.

Outre un champ de recherche, un menu permet d’affiner la demande. L’arbre de recherche de la base de donnée répond à de nombreux critères reposant sur des interrogations simples ou plus pointues, par exemple : les œuvres composées pour orchestre, le choix entre musique instrumentale et vocale, la nationalité de la compositrice, voire en fonction de la durée de l’œuvre, de 1 min à 2h 25 ! Tout a été pensé pour répondre à la moindre des sollicitations. Une autre particularité du menu est la recherche par « époque ». Un curseur permet de positionner l'année de son choix (à ce jour de 850 à 2020) pour voir s’afficher immédiatement les œuvres concernées. Rapide et efficace.

Un mode d’emploi est également téléchargeable. Il permet de découvrir les avantages mais aussi les limites actuelles proposées par le site.


VERS UNE MEILLEURE IMPARTIALITÉ

La tâche est immense, difficile, mais en bonne voix. Le site ‘presencecompositrices.com’ apporte une réponse éclairée à cette question toujours d’actualité : « La place des femmes dans la musique et leur rapport à la création. ». Les résultats apportés par 'Que demander à Clara ?' pourrait suffire à éclairer la personne septique ou ignorant tout du sujet, mais le débat reste vif, d'autant qu'aujourd’hui les idées sont encore tenaces et tentent de démontrer une forme de supériorité de l'homme dans ce domaine.

Le monde de la musique classique autocensure encore trop souvent l’équité homme/femme comme une norme justifiée par quelques faits historiques et par la présence continuelle à l'affiche d'œuvres écrites par des compositeurs. Difficile alors de rejeter les idées préconçues qui se rattachent à la créativité en fonction du sexe. Même la place occupée par les rares cheffes d’orchestre apparaissent encore dans les médias comme des épiphénomènes, des héroïnes qui ont su briser les codes et les tabous.

Pourtant, cette « normalité » qui permettrait aux femmes d’accéder aux plus hautes fonctions ne cesse de progresser avec cette bienveillance dont cherche à faire preuve les sociétés démocratiques. Toutefois prudence, car sans réelle concertation et soutien objectif, toute forme de pression féminine et d’urgence assumée font courir un risque, celui d’offenser la sensibilité du milieu masculin et, par voie de conséquence, de produire l’effet inverse à celui recherché. Ceci explique, peut-être, la réserve dont fait preuve la majorité des musiciennes en acceptant encore ce que le monde masculin leur propose : un remplacement en urgence ou un poste suffisamment représentatif, montrant leur présence, à défaut d’être véritablement influent.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 03/2021)

Visiter le site 'PRESENCECOMPOSITRICES.COM'

Utiliser la base de donnée 'QUE DEMANDER À CLARA ?'


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com