ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


TANGOMOTÁN, LA MODERNITÉ DU "TANGO AUGMENTÉ"

Composé de quatre jeunes musiciens (deux femmes et deux hommes), Tangomotán bouleverse les codes du tango à travers un EP intitulé Ambición. Baptisé « Tango Augmenté », le groupe met en avant une vision musicale très contemporaine de cette incontournable musique de salon en faisant usage de la musique assistée par ordinateur.


PLANTONS LE DÉCOR, VOULEZ-VOUS ?

À l'écoute de la dernière production du quartet Tangomotán, certains aficionados - non pas de corrida, mais ici du tango - crieront au sacrilège de voir les vertus des chansons de Carlos Gardel s'éloigner à grandes enjambées. Certes, par le passé, il y a eu Astor Piazzola et son "Tango Nuevo". Grâce à lui, cette musique, qui était constamment repliée sur elle-même, allait rebondir et acquérir sa maturité en ayant eu l'autorisation de s'élever au niveau du classique. Le bandonéoniste pouvait enfin savourer, comme il se doit, son œuvre musicale. Son audace et sa détermination avaient payé et le tango devenait un élément culturel majeur de l'Argentine.

Avec Tangomotán et son opus intitulé Ambición, les oreilles chastes pourraient, de la même façon que Piazzolla à ses débuts, s'offusquer d'entendre la musique prenante et sensuelle du tango franchir une autre étape en l'associant à des sonorités électroniques. Cette musique possèderait-elle quelques trésors cachés, vu que la valse, le fox ou le boléro n'inspirent pas autant de véhémence chez les jeunes compositeurs ? Toutefois, il serait arbitraire ou inapproprié de condamner la démarche des musiciens quand elle vise la créativité, qu'il s'agisse de tango ou d'une autre musique.


UN TANGO À LA VISION AGENCÉE

À notre époque, les frontières musicales sont de plus en plus abolies et cette jeune formation reflète parfaitement cette tendance. Les quatre jeunes tourtereaux issus des Conservatoires ont su faire jouer leur connaissance en écritures pour aboutir à un "tango électro" à la définition complexe et dont les structures n'épargnent en rien ni les rythmes ni les mélodies. Leur créativité ne repose pas sur une suite de clichés savamment mixée. Ce qu'ils nomment le « Tango Augmenté » apporte une vision agencée, pratiquement scientifique dans la manière de façonner et de dissoudre les repères ancestraux.

Pour les quatre compagnons de route, le renouvellement du style est le résultat de l'accomplissement d'une recherche conduite depuis 2017, année de création du quartet. Après avoir expérimenté le tango traditionnel puis le "tango-rock" (avec la complicité de Sanseverino en 2019), que restait-il ? Ah oui, le "tango-jazz", mais son ambassadeur Richard Galliano l'avait déjà capturé avec son accordéon. Alors que faire d'original, de jouissif aussi, quand les instruments sont un violon, un bandonéon, une contrebasse et un piano ? La meilleure idée ne serait-elle pas de concevoir une musique qui part de l’acoustique pour aller vers l’électronique ?

L'option de la musique assistée par ordinateur devait prévaloir. La MAO possède quelque chose de séduisant. Cependant, elle bénéficie de moyens si vastes qu'elle peut enflammer comme rapidement consumer le désir de créativité, si bien que son usage réclame continuellement une approche parfaitement cadrée, surtout quand elle doit se mélanger avec des instruments acoustiques.

© Milyclic

Tangomotán détiendrait-il une potion magique ? Avec modestie, ils estiment que leur approche du tango vise avant tout à amplifier les éléments typiques et les repères du tango par le renfort de la MAO. Dans leur cas, il est exact que les sonorités électroniques s'insinuent par petites touches vibratoires tout en laissant à l'acoustique son rôle majeur. La "matière virtuelle" intervient sensiblement dans le domaine des percussions et à travers quelques profondes textures héritées des modules sonores.

À l'écoute, la musique éclate aux oreilles sans temps mort, et si le "jeu haché" du bandonéon évoque évitablement le tango traditionnel et plus fortement celui imprimé par feu Piazzolla, le déploiement de l'arsenal électronique produit un chamboulement sonore qui fait vite oublier les références sacrées.


TANGOMOTÁN : PUÑAL
Puñal, qui signifie "Couteau, marie intensité, gravité et sensualité. L'inspiration se situe entre la drill et le tango qui sont deux genres musicaux nés dans la rue. Ce titre marque l'arrivée du beatmaker et violoniste Robin Apparailly au sein du quatuor.

À PROPOS DE TANGOMOTÁN

© Richard Schroeder

Le groupe Tangomotán est composé de deux femmes et deux hommes issus des conservatoires de Paris (CRR, CNSM) et de Gennevilliers : Robin Apparailly (violon), Marion Chiron (bandonéon), Leandro Lacapère (piano) et Blanche Stromboni (contrebasse).

La sortie de l'album Défense d’afficher chez "Nomadmusic" suivit d'une tournée de concerts propulse la formation. D'abord acoustique, avec une instrumentation que l'on retrouve dans de nombreux orchestres de tango (violon, bandonéon, piano, contrebasse), la première étape de leur évolution a été de maintenir le patrimoine culturel de cette musique traditionnelle tout en la modernisant.

En 2019, le groupe collabore avec le chanteur français Sanseverino et ils sortent ensemble chez "LittleBigMusic/Sony Music" l’album Sanseverino & Tangomotan . L'album donnera suite à une tournée de 40 dates. Cette association, marquée par la personnalité attachante et le style de Sanseverino, allait confronter directement le classique tango à la chanson française rock, ce qui aura pour conséquence de laisser entrevoir l'éventualité d'une passerelle avec les musiques actuelles.

Dans ce sens, l'EP Ambición apporte une réponse plus que significative, car l'apport de nouvelles technologies (pédales d’effets, synthétiseur...) produit sur leur « Tango Augmenté », et contre toute attente, un mariage réussi entre sonorités acoustique et électronique. Une initiative qu'il est essentiel de saluer et d'encourager !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 11/2022)


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

FB  TW  YT