ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

MUSIQUE & SOCIÉTÉ


DISQUE D’OR, DE PLATINE ET DE DIAMANT, COMMENT CELA FONCTIONNE-T-IL ?

Peut-être, vous êtes-vous posé cette question : combien faut-il vendre de disques pour que celui-ci devienne disque d’or ou disque de platine ?


DISQUE D’OR OU ALBUM DE PLATINE ?

Quand un album, un single ou un DVD dépassent un certain nombre d’exemplaires, les maisons de production remettent aux artistes une récompense au nom évocateur : disque d’argent, d’or, de platine et de diamant.

Suivant une hypothétique valeur boursière, la logique est respectée. En fonction du chiffre de vente, nous avons tout d’abord le disque d’argent, ensuite d’or et de platine. Quant au disque de diamant, il tient toujours le haut de la pyramide. (NB : à ceux qui seraient tentés de le croire… n’imaginez pas un seul instant que les disques offerts aux artistes soient véritablement en or ou en argent massif et encore moins en platine. Ils en ont parfois le reflet, mais pas l’épaisseur !)


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Pour l’artiste, un simple disque d’argent représente déjà une certaine réussite. Il sait que c’est un produit qui a obtenu l’approbation d’un grand nombre d’auditeurs, que c’est un produit qui plait… Cependant, à travers cette estime ‘calculée’, c’est pour l’artiste l’aboutissement d’un projet, d’un important travail d’équipe qui a pris corps et qui est devenu réalité. Ainsi, quand un premier disque d’or marque le départ prometteur d’une carrière, celui de diamant, honore souvent la consécration et l’élévation au rang de star.

Pour les producteurs, les avantages sont tout différent. Lorsque l’artiste reçoit un disque d’or, de platine ou de diamant, cela signifie généralement pour le producteur que le tiroir-caisse a bien fonctionné et qu’ils ont eu raison de miser sur le talent, le professionnalisme ou sur le projet lancé par leur(s) poulain(s).

Plus concrètement, il faut voir dans ces récompenses une couverture médiatique liée au box-office. D’ailleurs, le macaron présent sur l’emballage est là pour souligner l’importance de ce marketing faussement publicitaire… Si les artistes et les producteurs sont contents, les maisons de disques doivent l’être également ! A une époque où le marché économique du disque est en crise, ce genre de récompense vient conforter leur prospérité, mais également leur avenir. En saluant médiatiquement un artiste qui se voit décerner un disque d’or ou de platine, c’est tout un système économique, toute une industrie, qui respire ! Rien de plus normal, alors, que ce marketing mis en place par les maisons de disques soit souvent sujet à caution.


FONCTIONNEMENT DES QUOTAS

Pour qu’un artiste obtienne un disque d’or ou de platine, une réglementation reposant sur des quotas a été instaurée. Ceux-ci varient selon les supports (CD, DVD…), les pays et les époques. Les quotas ne sont donc pas intemporels, ni universels. Les pays qui médiatisent ce genre d’événement commercial imposent arbitrairement leurs certificats, suivant des conditions spécifiques.

Pour la France, les quotas sont réglementés et contrôlés par le Syndicat National de l’Edition Phonographique et l’Union des Producteurs Phonographiques Indépendants. Pour chaque pays, la certification est généralement en rapport avec l’importance du marché phonographique et la vente nette des disques. Cependant, le contrôle n’étant pas parfait - il existe un décalage de temps entre les disques réellement vendus et ceux qui sont retournés comme invendus – la certification peut ne pas correspondre au niveau réel des ventes. Parfois, le calcul tient compte des expéditions effectuées associées à d’autres facteurs, comme la popularité de l’artiste. 


 

LES QUOTAS EN CHIFFRES

EN FRANCE

Single argent : 125 000
Single or : 150 000
Single platine : 250 000
Single diamant : 400 000

Album or : 50 000
Album platine : 100 000
Double album platine : 200 000
Triple album platine : 300 000
Album diamant : 500 000

DVD or : 7 500
DVD platine : 15 000
Double DVD platine : 30 000
Triple DVD platine : 45 000
DVD diamant : 60 000


AUX ÉTATS-UNIS

Single ou album or : 500 000
Single ou album platine : 1 000 000
Double single ou album platine : 2 000 000
Single ou album diamant : 10 000 000

DVD or : 50 000
DVD platine : 100 000
Double DVD platine : 200 000
DVD diamant : 500 000


EN GRANDE-BRETAGNE

Single argent : 200 000
Single or : 400 000
Single diamant : 600 000

Album argent : 60 000
Album or : 100 000
Album platine : 300 000


SUJET CONNEXE : ÉVOLUTION DU MARCHÉ DU DISQUE DEPUIS 2014

RETOUR SOMMAIRE