ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

JAZZ ET INLUENCES


HAILEY TUCK : JUNK, UN PREMIER ALBUM PROMETTEUR

« Junk » est le premier album de Hailey Tuck. Avec sa coupe de cheveux empruntée à Louise Brooks, Hailey Tuck a passé son enfance à rêver de l'atmosphère délicate du jazz des années 30. Son album tout entier nous y invite…


LA VOIX ENSORCELANTE ET NONCHALANTE DE HAILEY TUCK

Avec Hailey Tuck le cinéma hollywoodien d’avant-guerre s’invite par la grande porte. Nul doute, la grande star du cinéma muet des années 20, Louise Brooks, est passée par-là. Un scénario se met en place… L’histoire d’une adolescente venue du Texas et qui passe son enfance à rêver de l’atmosphère du jazz des années 30...


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Hailey Tuck s’installe à Paris à l'âge de dix-huit ans après avoir quitté un pensionnat militaire baptiste. Dans la capitale, elle passe ses journées dans les marchés en quête d'anciens vêtements, tandis que la nuit, elle chante dans les bars de jazz. En 2014, elle sort son premier EP éponyme et se produit en Europe et en Asie, notamment au 'Cheltenham Jazz Festival' au Royaume-Uni et au 'Umea Jazz Festival' en Suède.

En mars 2015, elle sort son second EP (So in Love), puis un troisième l’année suivante (Delancy Street) avec des musiciens new-yorkais : Joe Sanders à la contrebasse et Eric Harland à la batterie.

Influencée autant par Ella Fitzgerald que par Billie Holiday, une comtesse italienne devient sa bienfaitrice. Hailey se révèle rapidement une ensorceleuse en retenant l'attention des spectateurs qui l’écoutent dans les clubs et les cabarets. Sa voix unique et ses chansons finissent par rencontrer un large public au point que Larry Klein, producteur légendaire qui a travaillé avec Herbie Hancock, Joni Mitchell et Melody Gardot, la remarque et l'invite à Los Angeles pour enregistrer son premier album, « Junk ».


HAILEY TUCK : ALCOHOL


JUNK, UN VOYAGE MUSICAL DÉLICAT ET DÉLICIEUX

La forte personnalité de la jeune chanteuse américaine imprègne ce premier album. Ses douze chansons sont dominées par une approche insouciante des conventions et un penchant pour tout ce qui touche au côté obscur de l’existence. « Junk » est, en effet, aussi enjoué et spirituel que provocant, construit sur mesure pour partager les bons moments et retenir les larmes.

Hailey Tuck possède une véritable signature vocale qu’elle met à contribution en adaptant des chansons folk et pop aussi diverses que « Alcohol » des Kinks, « That Don’t Make it Junk » de Leonard Cohen ou encore « Underwear » de Pulp. Pour autant, la chanteuse propose quelques classiques de Cabaret (dont la valse « I Don’t Care Much ») et des compositions originales sans que l’ensemble du disque n’en pâtisse. Enregistrée au fameux ‘Sunset Sound Studios’ de Los Angeles et entourée d’un groupe de vétérans du jazz, la voix douce et singulière de Hailey (superbe dans les ballades) et les orchestrations épurées donnent à l’album « Junk » une étonnante tenue et cohésion ; une véritable leçon de musique en douze pistes significatives et où l’inspiration n’est pas un vain mot !

Hailey Tuck : Junk
Sortie 4 mai 2018 - Sony

Visiter le site officiel de Hailey Tuck

TRACKLIST « JUNK »

  • 01. That Don't Make It Junk
  • 02. Cry To Me
  • 03. Cactus Tree
  • 04. Some Other Time
  • 05. Say You Don't Mind
  • 06. Alcohol
  • 07. Last In Line
  • 08. My Chemical Life
  • 09. I Don’t Care Much
  • 10. Trouble In Mind
  • 11. Underwear
  • 12. Junk

Cadence Info (04/2018)


RETOUR SOMMAIRE