ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


THE KINKS, BIOGRAPHIE DES POÈTES ANGLAIS DE LA POP-MUSIC

En cette fin de l'été 1964, quand les Rolling Stones viennent enfin d'obtenir un hit avec It's all over now, on entend encore A hard day's night des Beatles, alors que de rares initiés frémissent à l'écoute du premier solo enregistré par Eric Clapton : A certain girl avec The Yardbirds. Au même moment un nouveau groupe voit le jour, avec un bref mais percutant morceau de deux minutes et douze secondes intitulé You really got me et interprété par The Kinks !


THE KINKS, PORTRAIT DE QUATRE MUSICIENS DANS LE VENT

Une rythmique simple et excitante au possible, un chant nasillard pour un texte souvent répété, un solo débridé et confus, mais avec un son unique et des harmonies originales. Simples, mais redoutablement efficaces, accrocheurs, tels seront les succès des Kinks de 1964 à 1968. Citons les fameux All day and all of the night et I need you, dont les lignes mélodiques étaient pratiquement les mêmes, et surtout A well respected man qui connut un succès en France. Waterloo sunset compte parmi les meilleures réussites du groupe.


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


© Ørsted, Henrik / Oslo Museum - The KInks (Oslo - 1966)

Fondé par les deux frères Davies, Ray (21 juin 1944) et Dave (3 février 1947), tous deux guitaristes et chanteurs, soutenus par Mick Avory à la batterie et Pete Quaife à la guitare basse, le groupe est issu d'un quartier populaire et pittoresque du Nord de Londres, Muswell Hill, qui aura de l'importance dans l'œuvre des Kinks en 1971. S'habillant à Carnaby Street d'une manière exentrique pour l'époque, drainant le public à la fois snob et populaire du pays, ils acquièrent une solide réputation grâce à leur musique excitante et violente, originale, contrastant avec leur élégance précieuse et tapageuse. Comme d'autres formations devenues célèbres par la suite, les Kinks sont découverts par le producteur Larry Page (Troggs) et signent avec les disques Pye.

Durant 3 années The Kinks figurent parmi les cinq groupes les plus connus d'Angleterre, mais à partir de 1968, leur popularité subit une forte baisse. Moins de violence, plus d'importance donnée aux textes et une trop subtile richesse mélodique sont les causes de ce regrettable oubli de l'un des grands groupes des années 60. Pourtant, en avril 1969, l'album The Kinks are the Village Green Preservation Society, bien que boudé en Europe, obtient le succès aux USA où l'orchestre effectue une tournée triomphale peu après.

Arthur or the decline of the British Empire (1969) est leur œuvre la plus ambitieuse, mais cet opéra-rock naît juste après celui des Who, Tommy, ce qui en diminue le mérite. Moins révolutionnaires musicalement qu'à leurs débuts, The Kinks doivent leur renouveau en 1971, à Ray Davies, un des grands poètes anglais de la Rock-Music. Pete Quaife étant déjà remplacé par John Dalton, l'organiste-pianiste John Gosling devient le cinquième Kinks en juin 1971.

En 1972 sort un album ironique de bout en bout, Lola Versus Powerman and all Moneygoround, un album empreint d'un humour corrosif, agressif envers ce milieu musical des affaires (le show-business) fondé sur le pouvoir et l'argent. Cet humour, particulier aux Anglais, fait de toute l'œuvre des Kinks, et surtout de ce disque, une injure énorme, jetée à la face du système Sexe/Musique/Fric.


THE KINKS : YOU REALLY GOT ME (1964)

Malgré de trop rares concerts, The Kinks gardent depuis 1964 un noyau inconditionnel de fans qui accueillirent en 1975 avec enthousiasme l'excellent A Soap Opera, basé sur la frustration de l'homme du 20e siècle. Ray Davies s'est attaché depuis 1968 à la réalisation d'œuvres ambitieuses qui, si elles sont méconnues par la jeune génération, restent des joyaux de la Rock-Music des années 70.

Durant les années 80, le groupe reste présent dans le paysage musical, surtout aux États-Unis. The Kinks profitent d'un certain renouveau de la musique pop véhiculé par The Pretenders (reprise de Stop your sobbin') et The Jam (avec la reprise de You really got me) pour écrire des chansons comme Victoria ou Mr Churchill Says. C'est ensuite la séparation du groupe, malgré la parution d'albums en 1990. Depuis, les frères Davies continuent de collaborer ensemble et de donner des concerts de façons occasionnelles.

Cadence Info (02/2019)
(source : La pop.music de A à Z - J. M. Leduc)

LA DISCOGRAPHIE DES KINKS

  • Kinks (1964)
  • Kinda Kinks (1965)
  • The Kink Kontroversy (1965)
  • Face to Face (1966)
  • Something Else by the Kinks (1967)
  • The Kinks Are the Village Green Preservation Society (1968)
  • Arthur (Or the Decline and Fall of the British Empire) (1969)
  • Lola versus Powerman and the Moneygoround, Part One (1970)
  • Percy (1971)
  • Muswell Hillbillies> (1971)
  • Everybody's in Show-Biz (1972)
  • Preservation Act 1 (1973)
  • Preservation Act 2 (1974)
  • A Soap Opera (1975)
  • Schoolboys in Disgrace (1975)
  • Sleepwalker (1977)
  • Misfits (1978)
  • Low Budget (1979)
  • Give the People What They Want (1981)
  • State of Confusion (1983)
  • Word of Mouth (1984)
  • Think Visual (1986)
  • UK Jive (1989)
  • Phobia (1993)

RETOUR SOMMAIRE