BLUES, SOUL, REGGAE, RAP, WORLD MUSIC...


NAISSANCE DU HIP-HOP, ENTRE RAP, BREAKDANCE ET GRAFFITI

Mouvement socioculturel contestataire issue de la rue et dont le rap est une composante aux côtés des tags et graffiti, des styles de danse et de l’art des platines, le hip-hop est à sa source un moyen d'expression conduit par une jeunesse noire new-yorkaise révoltée.


LE HIP-HOP : UN ART, UNE CULTURE

Le terme hip-hop apparaît à la fin des années 1970, à New York. C'est dans la capitale du rap que pour la première fois apparaît ce mot désignant plusieurs disciplines : le rap auquel il est souvent associé, mais aussi l'art du DJ (à savoir le maniement des platines), une danse très caractéristique : le smurf ou breakdance, sans oublier le graffiti avec ses couleurs et ses formes qui dessinent sur les murs une nouvelle forme d’art pictural.


Ad Block

Un bloqueur publicitaire empêche le bon déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


© Needpix.com

Les pionniers de l'ancienne école du rap ont tenté de maintenir la culture du hip-hop. La musique n'est que l'une des composantes majeures, l’autre étant le graffiti. Apparu à l'aube des années 1980, cet art était tout comme le rap un signe de protestation bien qu’étant éphémère par nature, à l'image des fresques somptueuses qui ornent les métros new-yorkais. Toutefois, l’histoire voudra que cet art de la rue - parfois/souvent rejeté - finisse par être « transposé » sur toile et vendu dans les galeries des années plus tard !

Quant à la danse, le dynamisme de certaines troupes laissait augurer son large développement, notamment à travers le collectif new-yorkais 'Rock Steady Crew' que le public découvrira à travers le film Flashdance. Cependant ce sont les rappers qui deviendront les héros incontestés de la génération hip-hop avec à l’arrière-plan les DJ (personnages de la nuit qui seront absents des premiers disques rap ; les producteurs préférant voir jouer des musiciens de studio derrière les « tchatcheurs »).


DES CODES VESTIMENTAIRES

Le hip-hop n'est pas un simple genre musical, mais un univers à part entière. C’est avant tout un mode de vie. Les codes vestimentaires sont un signe de reconnaissance essentiel dans le hip-hop. Blouson large doublé, bonnet ou casquette, pantalon bouffant tombant sur les chevilles, et si possible des chaussures de sport de marque, avec ou sans lacets (sans, c'était en 1986, quand Run-DMC avait lancé le style).

Dans les années 1990, alors que le rap est devenu une florissante industrie, les vétérans tels qu'Afrika Bambaataa (parrain de l'organisation 'Zulu Nation' qu'il a fondée après avoir quitté les gangs) regretteront la dérive matérialiste des leaders du hip-hop. De façon nostalgique, LL Cool J., qui débuta en 1985 à seize ans, se souvient des jours heureux dans Hip-hop et de son rap chronologique de l'album Mr. Smith, dix ans après. En 1993, Naughty By Nature a gravé le terme dans le refrain, devenu hymne, de Hip-hop Hooray : « I give props to hip hop so hip hop hooray » (je fais allégeance au hip-hop, donc hip-hop hourra !).


ROCK STEADY CREW : FLASHDANCE (ext.)
Réalisé par Adrian Lyne (1983) - musique : The Jimmy Castor Bunch - It's Just Begun

VOIR LA VIDÉO

L’ÉMISSION 'H.I.P-H.O.P'

En France, tous ceux qui suivent le rap de près - qui sont « dans le mouv' », pour reprendre une expression bien française - pratiquent une allégeance aux modèles de référence, c’est-à-dire les rappers américains.

En 1984, alors que le rap n'en encore qu'à un stade embryonnaire, naît sur la première chaîne de télévision une émission baptisée 'H.I.P-H.O.P' (surnommé « achipé achopé ») et présentée par Sydney, lui-même rappeur. La « musique des banlieues » bénéficie cette année-là d'un espace d'expression insolite et quelque peu inespéré… tout en précisant que le programme est surtout orienté vers la danse, avec des leçons de smurf et des concours de breakdance.

Toutefois, la présence sur le plateau de jeunes et moins jeunes artistes reconnus tels The Art Of Noise, Sugarhill Gang, Afrika Bambaataa, Joey Starr, voire même Herbie Hancock et Madonna, a permis à 'H.I.P-H.O.P' de devenir le point de départ médiatisé du mouvement en France. Malheureusement, subissant une baisse d’audience provoquée par une nouvelle grille horaire de la chaîne, 'H.I.P-H.O.P' ne survivra pas plus d’une année.

Cadence Info (01/2020)

À CONSULTER

LE HIP HOP AUX ÉTATS-UNIS, HISTOIRE ET PUISSANCE

LE RAP, UN MÉLANGE DE CULTURE ET D'INFLUENCES


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com