ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

BLUES, SOUL, REGGAE, RAP, WORLD MUSIC...


BIOGRAPHIE AMY WINEHOUSE, PORTRAIT D'UNE CHANTEUSE RÉVOLTÉE

Le 23 juillet 2011, le corps sans vie de la diva soul Amy Winehouse est retrouvé à son domicile londonien. À seulement 27 ans, la chanteuse au succès météorique et à la carrière planétaire laisse un énorme vide à la fois dans le cœur des fans et sur la scène mondiale. Très vite, pour les médias, les fans, et même les proches, c’est la thèse de l’overdose qui s’impose. Retour sur sa vie, ses addictions, ses tragédies…


UNE VIE DANS UNE AUTRE DIMENSION

Amy Winehouse, c’est d’abord une voix irrésistible. C’est la diva soul des années 2000, un contre-exemple des voix criardes que le showbiz sème alors à tout vent. Sa voix est une âme qui prend ses racines aussi bien chez Billie Holiday que chez Janis Joplin. Mais Amy Winehouse, c’est aussi un tube, Rehab en 2006, avec des paroles désormais cultes et un album au carton planétaire, Back to Black, la même année. Enfin, Amy Winehouse, ce sont plus de douze millions d’exemplaires écoulés dans le monde entier, de nombreuses récompenses dont cinq grammy awards.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


L’artiste a vécu toute sa vie dans une autre dimension. Elle écrivait les textes, composait les musiques ; même à travers son look, la jeune Amy détonnera et marquera les esprits en mélangeant influences des années 50, silhouette à la "Pompadour" et tatouages sur les bras. Une vamp bien implantée dans le paysage des années 2000. Seulement voilà, entre ses addictions à l’alcool, aux drogues dures, en montant ivre sur scène ou à travers ses concerts annulés au dernier moment, la chanteuse deviendra l’enfant terrible de la scène britannique.

Dépassée par les événements qui marquent son ascension fulgurante, Amy Winehouse brûlera la chandelle par les deux bouts. Quand la gloire la surprendra, à l'adjonction des drogues, elle perdra du poids et deviendra rapidement méconnaissable. Avec Blake, le bad boy qu’elle finira par épouser en 2007, ce sera la descente aux enfers ; un couple à la Bonnie and Clyde qui fera la une des journaux du monde entier. La chanteuse ira jusqu'à avouer ses excès de colère, ses violences envers son mari qu’elle avait le malheur de frapper quand ce dernier oser la contrarier... Elle l’avait tellement dans la peau !

© Rama - Amy Winehouse (2007)

Celle qui faisait à ses débuts la une des magazines musicaux a fini par graver son nom sur d’autres parchemins plus courus, mais aussi plus scandaleux. Des questions se posent alors sur ce conte de fée qui a enflammé toute la presse anglaise et internationale : Pourquoi l’enfant prodige s’est-elle écroulée ? Quel rôle a joué Blake dans sa descente aux enfers ? Pouvait-elle s’en sortir et revenir au devant de la scène avec ce troisième album si souvent annoncé ?


UNE ADOLESCENTE RÉVOLTÉE

Élevée à travers les mélodies chantées par Frank Sinatra et par son père, crooner à ses heures, les influences musicales majeures d'Amy Winehouse seront le jazz, le rhythm and blues, puis le hip-hop. Baignée dans cet univers musical, le soir, elle chante seule face au miroir. À l’école aussi, elle développe un sens naturel du spectacle lors des fêtes de fin d’année. Ses parents se rendent compte qu’elle a du talent et à 12 ans ils l’inscrivent à la prestigieuse école Sylvia Young Theater School. Dès lors, c’est la musique qui devient sa principale raison de vivre. Entourée des élèves et des professeurs, sa voix bluffe tout le monde, mais quand elle ne chante pas, la jeune fille se transforme alors en une véritable rebelle, une tigresse. Seule la musique lui parle, et il n’y a que ça qui la motive vraiment.

En raison de son caractère bien trempé, elle est renvoyée de l’école, mais c’est aussi grâce à cette éviction qu’elle va se réaliser artistiquement. Au hi-hop va se rajouter une autre influence, le rap. Elle monte son premier groupe avec son amie d’enfance Juliette Ashby. Ensemble, elles vont faire les 400 coups. Leur nom les Sweet’N’Sour. Les jeunes filles évoluent au sein d’un univers masculin, pour ne pas dire macho. « Nous sommes des filles et nous sommes venus en découdre. On n’est pas là juste pour être vos petites amies. C’est nous qui allons décider et pas vous ! » Le ton est donné.

À 16 ans, grâce à Sylvia Young, l’occasion lui est donnée de chanter sur scène accompagnée d’un big band de jazz, le National New Jazz Orchestra. Tous les samedis soir, sa voix se ballade dans différents clubs londoniens. Certain de son talent, James Tyler, son petit copain d’alors, envoie une K7 démo à Simon Fuller (instigateur de l’émission Pop Idol en, Angleterre ou de Nouvelle Star en France. Simon Fuller est aussi derrière les grands tubes des Spice Girls, de Britney Spears ou de Madonna). Bluffé par le potentiel de la jeune chanteuse, il décide alors de la produire…


PREMIER SUCCÈS, L'ALBUM FRANK

Le 20 octobre 2003 sort le premier album, Frank, en hommage à Frank Sinatra. Pour Amy le rêve se réalise telle qu’elle l’avait imaginé. Le disque est à l’image de la chanteuse, à la fois Jazz et rhythm and blues. Dès ce premier disque, certains textes témoignent de sa sincérité, de leur causticité. Dans la chanson Stronger Than Me, elle parle sans détour de ses amours, de ses peines et de ses galères. Des textes crus magnifiés par une voix majestueuse.

Au cours de sa trop courte carrière, Amy Winehouse n’écriera que des textes personnels, dans un contexte vécu. Pour elle, c’était la seule bonne façon de placer des mots sur sa musique. C’était aussi une façon de se singulariser par rapport aux autres chanteuses de sa génération.

La chanson Stronger Than Me lui permettra de remporter l’équivalent des victoires de la musique en France, le prix Novello. Néanmoins l’album Frank est un succès d’estime et ne touche qu’un public restreint, trop jazz au goût de certains.

Lors de sa première tournée anglaise des premiers signes d’encouragements naissent. A sa grande surprise, c'est un véritable succès. Les médias se l’arrachent et tombent sous le charme de cette chanteuse qui accepte volontiers le jeu des plateaux télévisés et des interviews. Quand elle se produit sur scène, Amy prend du plaisir, cela se voit. La pulpeuse Lolita bouge et chante comme une professionnelle. Elle est très en beauté et souriante. Aussi à l’aise en studio que devant des milliers de personnes, Amy est en plein rêve et ne demande rien de plus, sauf que… la rencontre d’un homme va bouleverser son existence.


LA RENCONTRE AVEC BLAKE

Il s’appelle Blake Fielder-Civil. Elle fait sa connaissance début 2005 et c’est aussitôt le coup de foudre. Il est assistant-réalisateur de vidéo-clip et c’est l’homme de sa vie. Maintenant, quand elle chante, c’est pour lui, quand elle écrit, c’est à travers lui. L’amour fusionnel est bien là. Elle l’a dans la peau ! Aussitôt, l'entourage s'aperçoit qu'un décalage se crée entre l’image professionnelle qu'elle souhaite produire et son attitude scénique. Amy devient petit à petit le double de Blake. Le jeune homme est déjà un « bad boy » aux cicatrices sur le corps et accoutumé aux excès en tout genre : drogue, alcool…

Amy se laisse alors entraîner dans les soirées arrosées et bientôt les drogues dures. Le pire arrivera en pleine figure de ses fans quand des vidéos traîneront sur le Web, montrant une Amy en pleine déroute, en pleine addiction, essayant dans son intimité des substances toujours plus fortes, plus destructrices : ecstasy, crack, cocaïne… mais aussi des tranquillisants dans le seul but de se détendre. Les addictions entraînent le paradoxe des comportements et la jeune fille fumeuse de joints devient rapidement une junkie célèbre.

Le couple finit par se désagréger lentement et sûrement. Au bout de quelques mois, Blake la quitte pour retourner avec son ex. Le choc de cette séparation soudaine est terrible pour la chanteuse. Elle est au fond du trou. La chanson Back to Black devient la porte de sortie de ce chagrin d’amour. Comme toujours, les mots sont ses médicaments. Elle signe sa rage et ses désespoirs, ouvrant son cœur au public vers de nouvelles pistes à travers cette chanson autocritique : Tu es revenu à ce que tu connaissais / Si éloigné de tout ce que nous avons vécu ensemble / Et je marche sur une route dégueulasse / Mon destin est tout tracé / Je retournerai en dépression. / Nous ne nous sommes seulement salués qu'avec des mots / J'en mourus des centaines de fois / Toi tu retournes vers elle / Et moi je retourne... / Je retourne à nous..

Son expérience avec Blake semble ne pas lui avoir servi de leçon, car le compagnon suivant, Pete Dohertie, a lui aussi, à bien des égards, quelques ressemblance avec Blake. Il a déjà à son actif quelques relations sulfureuses et quelques accoutumances aux excès. Face à cette nouvelle union tumultueuse, sa famille, mais aussi son entourage professionnel s’inquiètent et l’encouragent à subir une cure de désintoxication. De ce conseil naîtra son plus gros tube Rehab... Mais Amy refusera la cure en question.


SUITE : DESCENTE AUX ENFERS


RETOUR SOMMAIRE