NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

CLASSIQUE / TRADITIONNEL


TRISTAN MURAIL BIOGRAPHIE PORTRAIT DU COMPOSITEUR DE MUSIQUE SPECTRALE

Il existe des compositeurs qui trouvent dans les sons électroniques un prolongement naturel à ceux acoustiques. Tristan Murail appartient à cette catégorie. Chez lui, l’expérimentation sonore rime avec visions futuristes…


TRISTAN MURAIL, UN ADEPTE DES SONS ÉLECTRONIQUES

L’homme est instruit. Ses études officielles en sciences économiques et en langue arabe à l'Ecole Nationale des Langues Orientales ne le détourneront pas du chemin qu’il a déjà tracé dans sa tête : devenir compositeur de musique. Cette force et détermination est d’autant plus nécessaire quand la forme et le fond sont confrontés à un univers où toute conquête reste un défi, et où toute avancée technologique prend autant d’importance que l’écriture de l’œuvre. Pour un public de non initié, son nom est certainement moins célèbre que Pierre Boulez ou Ligeti, mais ses travaux vont pourtant conduire l'auteur de La dérive des continents et de Désintégrations à devenir un solide théoricien dans le domaine de la musique spectrale.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


1967. A l’âge de 20 ans, Tristan Murail entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d'Olivier Messiaen. Quatre ans plus tard, il reçoit le Prix de Rome, puis obtient un Premier Prix de composition du Conservatoire de Paris avant de séjourner deux ans à Rome dans la célèbre Villa Médicis. C'est lors de cette longue escale dans ce palais situé sur le mont Pincio qu'il rencontre le compositeur et poète Giacinto Scelsi, un adepte de la micropolyphonie. Cette technique d’écriture, qui a la particularité de procurer à une seule note la puissance d’infinitésimales variations, le rapproche des œuvres de Xenakis et de Ligeti qui nourrissent dès lors sa pensée…

C’est en 1973 qu’il constitue avec quelques-uns de ses confrères de la classe d'Olivier Messiaen, Gérard Grisey, Hugues Dufourt et Michaël Levinas, l'ensemble " L'Itinéraire " destiné à insuffler un nouveau cap à la musique contemporaine. Les recherches conduites par ces jeunes compositeurs vont apporter à la musique spectrale une réalité palpable. Cette musique constituée de micro-intervalles succède en quelque sorte aux calculs aléatoires et au système des douze sons générés par la musique sérielle chère à Arnold Schönberg.

Si, dans ses premières œuvres (Couleur de mer, pour quinze instruments, Au-delà du mur du son, pour grand orchestre), Tristan Murail reste tributaire du langage formel avant-gardiste de son temps, il n'en est pas moins à l’écoute des nouveaux modes de jeux et des nouvelles sonorités qui se mettent en place et qui prennent pour racine la musique électronique. Tristan Murail se prend alors de passion pour les ondes Martenot (Mach 2, 5, Les Nuages de Magellan, Tigre de verre), les orgues électroniques et autres synthétiseurs et va, grâce à l’ensemble " L'Itinéraire ", créer une sorte de laboratoire expérimental précieux où se mêleront écriture instrumentale et utilisation de l’électronique en temps réel.

Au tournant des années 80, la musique assistée par ordinateur s’impose. Pour le compositeur l’informatique est un excellent outil quand on souhaite approfondir ses recherches en matière d'analyse et de synthèse des phénomènes acoustiques. Désintégrations, en 1982, devient sa première expérience de superposition de sons instrumentaux et de sons de synthèse.

Tristan Murail développe un système personnel d'aide à la composition sur micro-ordinateur. Il a la faim des pionniers en quête de territoires neufs… Dans les années 80/90, son activité au sein de l’IRCAM ne sera pas étrangère à sa nouvelle conception dans le domaine de la musique électro-acoustique. C’est d’ailleurs à l’IRCAM qu’il enseignera sa vision toute personnelle de la musique et qu’il participera à la conception d’un programme de composition assistée par ordinateur baptisé « Patchwork ».

Fort de son expérience dans le domaine de la musique spectrale, le musicien publie de nombreux articles dans la revue musicologique Entre-temps, exposant et expliquant ses découvertes concernant les fondements théoriques et analytiques de cette musique ; l’idée maîtresse étant une modification progressive d'un état sonore pour en obtenir un second, quitte pour cela à concilier et à intégrer tout les contraires.

Après avoir enseigné l'informatique musicale à l'IRCAM et, à partir de 1997, la composition à l'université Columbia à New York jusqu'en 2010, Tristan Murail revient en Europe où il continue son professorat (Université Mozarteum de Salzbourg). Le compositeur est également appelé pour donner des concerts, pour animer des master-classes, des conférences et séminaires (Darmstadt en Allemagne, Abbaye de Royaumont, Centre Acanthes de Metz, festival Messiaen à La Grave)


GONDWANA (1980)


L'ŒUVRE DE TRISTAN MURAIL

Son œuvre est multiforme : musique d’orchestre, musique de chambre, pour ensemble et pour soliste. Sa musique actuelle tend vers plus de mobilité et de vigueur, même si sa densité et sa complexité requièrent une écoute attentive. Le compositeur est hanté par des visions futuristes et des ailleurs chimériques, provocant à la fois une déstabilisation et un étonnement chez l’auditeur. Ses musiques dialoguent en temps réel avec tout l'arsenal possible et inimaginable que procure le parc informatique, même si de temps en temps le compositeur renoue avec la tentation du passé (Les Sept Paroles, pour orchestre et chœur, œuvre dans laquelle se mêlent sonorités virtuelles, voix et instruments acoustiques)

Parmi ses œuvres récentes citons : Terre d'ombre, 2003-2004 - Pour adoucir le cours du temps, 2005 – Légendes urbaines, 2006 – Contes cruels (une commande de la Radio Néerlandaise pour le Festival Output), 2007 - Les Sept Paroles, pour orchestre, chœur et électronique, 2010 - La Chambre des cartes, 2011 - Reflections, Reflets, 2013.

Par PATRICK MARTIAL (Cadence Info - 09/2016)


RETOUR SOMMAIRE