ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


DAVID BOWIE, DEUX INÉDITS SIGNÉS LENNON ET DYLAN EN ATTENDANT LE BIOPIC 'STARDUST'

Voici 5 ans que le chanteur David Bowie a disparu. Pour lui rendre hommage, deux reprises inédites ont vu le jour, l’une signée de John Lennon, ‘Mother’, et l’autre de Bob Dylan, ‘Tryin’ to Get to Heaven'. L’occasion pour nous de revenir sur cette star fantasque du rock qui continue de fasciner, encore et toujours…


DAVID BOWIE, PERSONNAGE CAMÉLÉON

Un titre de John Lennon, un autre de Dylan, et la voix singulière de David Bowie qui se pose dessus ; deux reprises exhumées des archives pour commémorer l’anniversaire de la disparition d’un artiste dont il reste, dans l’inconscient collectif, l'image d’un homme qui a su se ressourcer intelligemment au cœur de son époque.

Ad Block

Star planétaire, plus culte que jamais depuis sa disparition survenue le 10 janvier 2016, Bowie a construit sa légende sur scène en créant de multiples personnages fantasques, parfois drôles, étranges ou émouvants. Tel un caméléon qui n’a peur de surprendre personne, chez lui les déguisements et inspirations seront multiples avec ici un mime façon Marceau où là quelques allusions au cinéma de Kubrick. Son physique androgyne se prêtera au jeu et l’artiste ne cessera de cultiver l’ambiguïté de ses personnages, sexuels le plus souvent.


DAVID BOWIE : 'MOTHER' (John Lennon)

Bowie n’avait pas son pareil pour cultiver ses multiples influences, se proclamant fantaisiste que pour mieux légitimer les visages et les tenues éphémères sortis tout droit de son imagination fertile. Toutefois, derrière cette apparence frivole, l’artiste était un être exigeant et un grand professionnel qui savait remettre les pendules à zéro dès que sa carrière vacillait, comme au début des années 80 quand, après avoir été escroqué par son premier manager, Bowie se retrouve avec presque plus rien côté finances. Ne reculant devant rien, le chanteur fait alors appel à une « machine à tubes », le musicien et producteur Nile Rodgers, un des piliers de la musique disco, duquel surgira le titre Let’s Dance.

Ce tube devait relancer sa carrière. Celle-ci, qui était encore assez confidentielle pour le grand public, éclate enfin au grand jour mais au grand dam de l’artiste qui n’aimait guère cette période qu'il jugait artistiquement trop fabriquée. Hélas pour lui, c’est ce « Bowie » que le public retiendra !


UN DANDY DU ROCK TOUJOURS FASCINANT

Il faut bien reconnaître que le dandy du rock continue de fasciner toujours autant cinq ans après sa disparition, même auprès de la jeune génération. Sortie dans les premiers jours de cette année, la bande dessinée intitulée « Bowie » de Mike Allred (éditions Huginn & Muninn) est déjà un best-seller aux États-Unis.

En attendant le biopic cinématographique Stardust avec Johnny Flynn dans le rôle du chanteur et dont la date de sortie française ne nous a pas été communquée, les fans de toujours pourront se mettre sous la dent les deux reprises inédites réunies sur un 45T vinyle en édition limitée : Mother de John Lennon, pour qui Bowie avait beaucoup d’admiration, et Tryin’ to Get to Heaven de Bob Dylan.

Par D. Lugert (Cadence Info - 01/2021)


DAVID BOWIE : 'TRYIN’ TO GET IT HEAVEN' (Bob Dylan)

VOIR LA VIDÉO

À CONSULTER

DAVID BOWIE, UN ARTISTE AUX MILLE VISAGES

DAVID BOWIE 'THE NEXT DAY', L'ULTIME ALBUM


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com