NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CLASSIQUE / TRADITIONNEL


KHATIA BUNIATISHVILI, LA PIANISTE INDOMPTABLE

Dans le monde feutré de la musique classique, la pianiste géorgienne Khatia Buniatishvili détonne par sa virtuosité exemplaire, par sa précocité scénique qui débute à l’âge de six ans ou par ses interprétations aux éclats volcaniques. La jeune pianiste semble bien indomptable, mais ce serait sans compter sur une générosité qui conduit son public à suivre sa carrière au fil des évènements discographiques et des concerts qu’elle multiplie un peu partout dans le monde. Comme un enchantement inavoué, son dernier disque intitulé Kaleidoscope impacte une énergie et un souffle libérateur. On en redemande.


KHATIA BUNIATISHVILI, KALÉIDOSCOPE

Contrairement à ses habitudes la pianiste a choisi cette fois-ci d’explorer sur un même disque le répertoire de plusieurs compositeurs issus du 20e siècle. Les œuvres choisies sont célèbres pour chaque auteur qu’elles représentent : Igor Stravinsky avec Petrouchka, Maurice Ravel avec La Valse, et Modest Moussorgski avec les Tableaux d’une exposition. Les Liszt et Chopin d’hier ont laissé place aujourd’hui à trois compositeurs connus pour leurs talents d’orchestrateur, mais ici exposé au traitement sonore d’un piano solitaire.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


L'intitulé discographique Kaleidoscope est assez inattendu pour un album classique. Khatia Buniatishvili s'en explique... « Pour cet album, j’ai cherché une idée générale qui pouvait se concrétiser autour des œuvres que j'avais choisis. C’est pour cette raison qu’au programme figure Stravinsky, Moussorgski et Ravel ensemble. Les trois œuvres présentent dans ce disque sont très colorés et attractives pour les oreilles, même si au fond, elles sont assez sombres. »

Ce disque-là permet une nouvelle fois de se rapprocher de cette interprète d’exception qui déroule les notes de son clavier dans un jeu ou cohabite l’éclat et l’intime. Le bon dosage est effectivement, bien souvent, une question d'amour entre l’interprète et les compositeurs qu’il sert. Chez Khatia Buniatishvili, il ne peut en être autrement, car Moussorgski, Ravel ou Stravinsky transportent dans leur œuvre une grande part de leur personnalité. Et c’est dans cette relation extrêmement fusionnelle que la pianiste y démontre son tempérament extraordinaire, sa virtuosité technique et son engagement émotionnel total.


"QUAND JE JOUE, MON EGO N’EXISTE PLUS"

Si aujourd’hui la maturité musicale est là, son enfance indomptée se traduira par le refus de travailler la moindre gamme ; la pianiste trouvant dans cet exercice technique aucune inspiration digne de retenir son attention. Les études de Chopin ou de Liszt, bien plus passionnante à ses yeux, viendront se substituer à cette pratique sans porter ombrage à sa maîtrise instrumentale.

Sur scène, la pianiste irradie. Aussitôt les doigts posés sur le clavier, elle s’immerge dans la musique, et devient musique jusqu'à s’oublier. C’est aussi pour cela que le public vient assister à ses concerts, pour cette communion, pour ces moments qui découlent d’une intimité partagée. Khatia Buniatishvili : « J’ai naturellement un regard différent sur la musique que le public, parce que chacun la ressent à sa façon, mais quand je joue mon ego n’existe plus. Je suis la musique, donc je deviens le public moi-même. » À l'orée de ses trente ans, la Géorgienne installée à Paris a conquis de son talent précoce les deux côtés de l’Atlantique, enthousiasmant des noms aussi prestigieux que Renaud Capuçon, Martha Argerich ou Gidon Kremer. Celle que l’on surnomme “l’enchanteresse du piano” fait rejaillir la musique de Stravinsky ou de Ravel avec une fougue, mais aussi une maîtrise qui n’appartient qu’à elle.

Par Patrick Martial (Cadence Info - 04/2016)


LISTE DES TITRES

  • 1. Promenade
  • 2. I. gnomus
  • 3. Promenade
  • 4. II. il vecchio castello
  • 5. Promenade
  • 6. III. tuileries (dispute d'enfants après jeux)
  • 7. IV. bydlo
  • 8. Promenade
  • 9. V. ballet des poussins dans leurs coques
  • 10. VI. samuel goldenberg und schmuyle (deux juifs - l'un riche et l'autre pauvre)
  • 11. Promenade
  • 12. VII. limoges - le marche (la grande nouvelle)
  • 13. VIII. catacombae (sepulcrum romanum)
  • 14. Cum mortuis in lingua mortua
  • 15. IX. la cabane sur des pattes de poule (baba-yaga)
  • 16. X. la grande porte (de l'ancienne capitale kiev)
  • 17. La valse
  • 18. I. russian dance
  • 19. II. petrushka's room
  • 20. III. the shrovetide fair

Khatia Buniatishvili - Kaleidoscope - Moussorgski, Ravel, Stravinsky (Sony)


RETOUR SOMMAIRE