SON & TECHNIQUE


LE WALKMAN, HISTOIRE DU PREMIER BALADEUR POUR ÉCOUTER DE LA MUSIQUE

Populaire dès le début des années 80, le walkman a été le premier baladeur à changer la vie de toute une jeunesse et celle de leurs oreilles en donnant la possibilité d’emporter la musique partout…


LE WALKMAN, J’EN VEUX UN !

Auprès des jeunes enfants d’aujourd’hui, le walkman est un petit appareil plastifié bien mystérieux. Est-ce un accordeur ? Un téléphone ? Ou bien peut-être une mini-caméra ? Bref, tant que l’objet n’est pas en situation de fonctionner, le walkman ne donne aucun signe avant-coureur de son utilité quand on a moins de 7 ou 8 ans. Par contre, dès que l’on pose le casque sur leur tête et que le son surgit, tout s’éclaire : un walkman, ça sert à écouter de la musique !

Ad Block

© Rockheim (flickr.com) - La walkman Sony TPS-L2

Le walkman est un lecteur de cassette analogique. Et c’est tout !

Pour écouter une chanson, il faut d’abord insérer une K7 et ensuite appuyer sur « play » pour lancer la lecture et « stop » pour l’arrêter - avec un petit bruit caractéristique dû au mécanisme. C'est très simple, peut-être même un peu trop !

Le problème avec la K7 (comme avec les grosses bandes) est l’accès aux morceaux. Par rapport aux lecteurs numériques actuels comme l’iPod, où l'écoute d'une chanson se fait directement en sélectionnant le titre, le walkman ne dispose d'aucune fonction automatisée. Ainsi, si l’on souhaite réécouter un morceau ou le sauter, il est nécessaire de manipuler le mécanisme du défilement rapide en l'arrêtant au juger, sans aucun repère. Malgré cet inconvénient (et bien d'autres : fragilité de la bande, qualité sonore...), le baladeur - comme disent les puristes - avait tout pour plaire : il était compact, léger et très facile à utiliser.

Lancé par le président de la firme Sony, Akio Morita, qui souhaitait écouter de la musique tout en s’adonnant à sa passion favorite, le golf, le walkman naît en 1979 avec le modèle TPS-L2. C’est le premier objet du « nomadisme technologique » ; en gros l’ancêtre de nos téléphones à tout faire d’aujourd’hui, sauf que le walkman n’avait qu’une seule fonction : « écrire la bande-son » des goûts musicaux des années 80 !

Dès sa sortie, le glouton Sony se met en quête d’inonder le marché et notamment la France. Pourquoi ? Mystère ! Les modèles se multiplient, du modèle de base à ceux haut de gamme qui seront notamment équipés du réducteur de bruit de fond Dolby, de l’autoreverse (qui permet de lire la cassette dans les deux sens sans la retourner) et d’un dispositif qui permet de repérer automatiquement les morceaux en mode avance rapide. Bien évidemment, d’autres marques emboîteront le pas, mais Sony restera le leader incontesté ; et même plus tard, quand le Discman (la version CD du baladeur) et le Mini Disc verront le jour. Un véritable monopole qui se prolongera jusqu’au seuil de l’an 2000.


LE WALKMAN, UNE INVENTION CONTESTÉE

Le walkman est une invention révolutionnaire, mais est-elle vraiment sorti de l’imagination du patron de Sony ?

Un inventeur allemand, Andreas Pavel, a toujours revendiqué sa paternité depuis le premier jour, du moins l’idée d’avoir conçu un appareil stéréo portable qu’il nomme le Stereobelt (la « ceinture stéréo »).

Dans les années 70, ce « fou de musique » rêve de transporter le son du salon – ce que l’on appelle alors la Hi-Fi – partout avec lui. Pour cet inventeur, le walkman a créé le cinéma tridimensionnel dans la vie de tous les jours, en multipliant chaque situation, dans la rue, assis dans un parc ou en faisant du sport avec un casque sur les oreilles.

En 1979, à la sortie du walkman, Andreas Pavel a 34 ans et les dents longues car il réclame la paternité du walkman pour avoir déposé l’idée deux plus tôt. L’inventeur allemand avait déjà tout imaginé : l’emplacement pour la cassette, le mécanisme de la tête de lecture, le tout dans un logement le plus compact possible, et même la façon de le porter sur soi. Ce qui manquait à Andreas Pavel, Sony l’avait. La marque japonaise avait la technologie et la force de frappe d’un grand groupe.

Alors que le walkman japonais s'était déjà vendu à plusieurs centaines de millions d'exemplaires en quelques mois, Andreas Pavel se devait de réagir. Or la société Sony, qui en avait vu d'autres, invitait ses avocats pour une guerre sans merci, une guerre qui allait durer 23 années ! Au bout d’interminables négociations qui faillit ruiner l’inventeur, sa ténacité devait payer en recevant quelques millions d’euros ; une somme largement suffisante pour régler les frais de justice et concevoir de nouvelles inventions.

LES 40 ANS DU WALKMAN
En 2019, la firme Sony avait organisé au Japon une gigantesque exposition pour célébrer les 40 ans du walkman (reportage CNews).

L’EFFET WALKMAN

Si le walkman a provoqué une révolution, c’est qu’il offrait une nouvelle forme de liberté et d’indépendance. Les musiciens et les chanteurs seront parmi les premiers à voir dans le walkman un objet précieux et utile. Yves Simon, Laurent Voulzy et même Georges Brassens apprécieront son usage.

Le succès du baladeur s’explique par le ressenti qui peut être extrêmement différent en fonction de la musique choisie et du lieu où l’on se trouve. Le walkman apporte de la magie en immergeant l’auditeur dans une bulle qui le fait planer et qui lui fait voir l’animation de la rue, la vie d’une place publique ou d’un parc avec un autre regard. De même, au cœur de la nature, le walkman peut transporter l’auditeur vers un ailleurs en l’isolant des bruits naturels. Certains y verront même une façon de méditer.

© pixabay.com - Un modèle récent de walkman équipé d’un disque dur. Un fonctionnement aussi simple mais plus performant.

À son lancement, personne ne se doutait aussi que le walkman allait provoquer un changement majeur du comportement des individus en société, favorisant une attitude égocentrique qui depuis n'a fait que s'accentuer. À cause de sa vulgarisation, la musique ne se partageait plus comme avant. Équipé de discrets écouteurs aux oreilles et du baladeur clipsé à la ceinture du pantalon, l’adulte ou « l’enfant au walkman », comme le chantait Julien Clerc, vous croisait dans la rue sans vous remarquer (comme aujourd’hui avec les téléphones portables, mais sans la parole de l'utilisateur et les oreilles indiscrètes du passant).

Ce fait de société sera relayé par les médias comme un phénomène assez étrange, voire surnaturel tant son usage va se répandre à la vitesse grand V et en toute occasion : dans la rue, au travail, sur la plage, à l’hôpital, etc. Aujourd’hui, le walkman est désormais collector et se trouve rattaché à une forme de nostalgie chez celui ou celle qui l’a utilisé dans les années 80. Personnellement, j’ai gardé mon vieux Sony et il marche toujours, sauf que les K7 n’ont pas aussi bien vieillies !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 10/2021)

À CONSULTER

CHOISIR UN CASQUE POUR BALADEUR

LES CASQUES AUDIO AFTERSHOKZ POUR SPORTIFS

TEST AUDITIF POUR OREILLES SENSIBLES ET MUSICALES

QUAND LA MUSIQUE REND SOURD, LES BALADEURS SONT SOUVENT EN CAUSE


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com


×

Si une extension de type 'Adblock' (ou assimilée) est installée sur votre navigateur, celle-ci empêchera de consulter certaines pages de ce site dans leur intégralité. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce site collaboratif d'exister durablement. Pour obtenir un accès total, vous devez désactiver l'extension.