NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

INSTRUMENT DE MUSIQUE


LES PAUL, PORTRAIT DU GUITARISTE ET HISTOIRE DE LA GIBSON « SOLID BODY »

Au même titre que la Fender ‘Stratocaster’, les guitares Gibson signées ‘Les Paul’ ont leurs adeptes. Cette 6 cordes très polyvalente, à l’aise sur des terrains de jeu divers comme le jazz ou le rock, existera à travers de nombreux modèles dont certains sont devenus avec le temps des instruments de collection. Les guitares ‘Les Paul’ auront permis également à un jeune luthier d’associer son talent de guitariste et son nom à une marque devenue aujourd’hui culte.


LES PAUL, UN GUITARISTE CURIEUX DE TOUT

« Quand un soir de 1977, Les Paul reçut un oscar pour un disque enregistré avec Chet Atkins, le public présent fut surpris de découvrir qu’il n’était ni mort ni une guitare. » (Guitar Player 1978). Le public était dans la confusion, et il y avait peut-être matière à cela. En effet, Les Paul, qui n’était plus lié depuis 1962 par contrat avec la célèbre marque de guitare, avait eu un sérieux infarctus deux ans plus tôt...


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Né à Waukesha, dans le Wisconsin en 1916, Les Paul, de son vrai nom Lester William Polsfuss, connaît une adolescence agitée dans le Midwest. Il se réfugie dans la musique et apprend tout seul la guitare et l’harmonica. Il aborde la musique country, la musique populaire des Blancs, avant de s’orienter vars le jazz, ce qui lui permet de partager un temps cette musique avec deux légendes : Louis Armstrong et Art Tatum. En 1936, il fonde son premier trio et enregistre ses premiers disques chez Decca.

C’est en 1941 qu’il construit sa première guitare électrique dans un atelier du New Jersey, avec des pièces de fortune. Un peu de bois de pin et quelques mécaniques disparates vont lui suffire à construire une guitare à caisse pleine, une « solid body » baptisée « The Log ».

En 1944, parallèlement à ses recherches, il enregistre sous le pseudonyme de Paul Les, « Jazz At The Philharmonic » (Verve), avec au piano Nat King Cole. À cette époque, le guitariste ne privilégie pas vraiment l’une ou l'autre de ses passions. Les Paul est toujours désireux de poursuivre sa carrière artistique sans devoir abandonner son côté ‘Géo Trouvetou’.

À partir de 1945, il expérimente de nouvelles techniques de jeu et met en application le feed-back (contrôle du larsen), l’écho, le délai. D’autre part, il invente dans son garage-studio, un procédé technique qui va révolutionner l’enregistrement dans les studios : le re-recording, qui permet d’écouter une piste tout en s'enregistrant sur une autre (grâce à Les Paul, la marque Ampex sera la première à commercialiser un magnétophone multipiste).

Les Paul se marie en décembre 1949 avec Mary Ford. Ensemble, ils fondent le duo 'Colleen Summers'. Les deux artistes décrocheront plusieurs hits comme « How High the Moon », « Vaya Con Dios » en 1953 et « Hummingbird » en 1955. Mais c’est à travers son imposante discographie instrumentale que Les Paul se fait remarquer. À son actif on dénombre plus d’une trentaine d’albums enregistrés chez Decca, Capitol et Columbia.

Cet instrumentiste flashy (dixit Chet Atkins), précis dans son jeu élégant, a influencé de nombreux guitaristes de rock, sur Gibson ou non, notamment Mike Bloomfield, Peter Frampton, James Burton, Eric Clapton, Steve Miller (dont le père était le médecin de Les Paul) et Jimmy Page, qui dira de lui « Il était notre père à tous ».


LES PAUL CÔTÉ GUITARE

À la fin des années 40, la marque Gibson a pour concurrent direct Fender et notamment un modèle à corps plein, la Telecaster, qui séduit de plus en plus de musiciens. Pour Gibson, il est temps de réagir et de passer à l'offensive. En 1950, un certain McCarty est nommé à la tête de l’entreprise. Informé des recherches effectuées par Les Paul sur ce genre de guitare dépourvu de caisse de résonance - dont l'intérêt premier est d'amoindrir les effets de larsen que l'on rencontre habituellement avec les guitares à caisse creuse -, McCarty contacte Les Paul. Il sait que son prototype, « The Log », bien que déjà refusé par la firme quelques années auparavent, mérite une autre chance. Un contrat finit par être signé entre Les Paul et la marque Gibson.

Sur ce modèle, on remarque l'aspect légèrement bombé de la caisse pleine

Le modèle à corps plein « The Log » n’étant que du bricolage, il est demandé à Les Paul de construire un autre modèle « solid body » mais aux qualités irréprochables, un modèle qui respecte les règles de la lutherie tout en ayant de la personnalité.

McCarty a dans l’idée que le futur modèle doit utiliser une table légèrement galbée à la façon des modèles « archtop ». Inventé par Orville Gibson en 1905 et inspiré des méthodes de fabrication propres aux instruments à cordes comme le violon ou la mandoline, les modèles « archtop » nécessitent l’utilisation de machines spécifiques que seul détenait Gibson.

L'autre atout est Les Paul, car grâce à ses concerts et sa notoriété grandissante, il est le musicien idéal pour vulgariser les guitares de la marque Gibson. Cependant, entre le chef d’entreprise et le musicien quelques divergences existent. Leurs avis s'opposent à propos de la mise au point du combiné chevalet-cordier en trapèze et de son efficacité à restituer un jeu plus souple. Les réglages et essais successifs retarderont la commercialisation de la première guitare « Les Paul » qui ne verra le jour qu’en 1952. Intitulé « Gold Top », ce premier modèle sera suivi d’une autre deux ans plus tard, le « Custom » ; un modèle plus luxueux construit avec une table d’harmonie en acajou et qui délivre un son plus « rond ».

Malgré un léger défaut concernant les micros qui produisent en sortie un son légèrement saturé, le modèle « Custom » avait résolu le problème lié au chevalet grâce au nouveau dispositif ‘Tune-O-Matic’ qui le sépare du cordier (ce modèle sera adopté par un grand nombre de guitariste de jazz et survivra jusqu’au modèle « Cherry Sunburst » en 1958). À la couleur dorée succèdera une couleur en dégradée comme sur les modèles « Hollowbody » à caisse creuse.

Face à la concurrence des autres marques, Gibson voit ses « Les Paul » se vendrent bien moins que ce qu'il espérait. Le modèle Gibson ES-335 de type « semi hollow body » jette même un discrédit sur la « L. P. Custom », car plus polyvalente que cette dernière. Néanmoins, la « L. P. Custom » sera encore améliorée pour devenir la « L. P. Standard » en 1960 et aboutir à la « SG » (Solid Body). Ce dernier modèle marque aussi la rupture du contrat entre Les Paul et Gibson en 1963.

À partir de cette date, les guitares « Les Paul » vont devenir des instruments convoités par les collectionneurs mais aussi par les musiciens de rock et de pop qui trouveront dans leurs défauts des qualités insoupçonnés, notamment dans le son saturé qu'elles sont capables de produire. Placés entre les mains d’un Eric Clapton ou d’un Jimmy Page, les modèles « Les Paul » vont retrouver une nouvelle jeunesse.

L’évolution du son, l’arrivée des effets indépendants, la révolution rock suivie du courant « pop » incitent Gibson à produire de nouveau des « Les Paul ». Le premier modèle sera de couleur noire et équipé de deux micros humbucker. Le suivant, le modèle « Standard » utilisera deux anciens micros P-90.

La renommée des Gibson explose. En 1976, une L. P. construite entièrement en bois d’érable est commercialisée en édition limitée pour 3 000 dollars ! Pour le guitariste Les Paul, de tous les modèles, la « Recording » devient sa préférée. Sortie en 1971, elle propose des micros de faible impédance. « C'est la meilleure balance parmi toutes les guitares électriques jamais fabriquées » dira l’intéressé.

On estime le nombre de modèles « Les Paul » à une centaine, si l’on accepte toutes les variantes possibles. Certains sont même devenus particulièrement rares : la « Fireband », la plus économique, l’« Artist », la plus chère, mais aussi les « Standard », « Artisan Custom », « Custom Nickel Parts », Pro-Deluxe », « Deluxe » et « The Paul », sans compter la six cordes dessinée par Paul Mc Cartney et qui porte son nom.


DÉMO GUITARE GIBSON LES PAUL, MODÈLE "LES PAUL STANDARD"
Cette vidéo présente différents sonorités obtenues par ce modèle de Gibson. La guitare est relié directement à un ampli Marshall DSL50 sans aucune effet externe (source 'flashprius').


LES PAUL, LA FIN D’UNE HISTOIRE

Quand en 1962, Les Paul met un terme au contrat qui le lie à Gibson, le désaccord porte sur le modèle « Gibson SG » commercialisé l’année précédente. Les Paul reproche au fabriquant le changement de ligne du nouveau modèle, ce qui déclenchera une violente dispute et précipitera la fin d’une collaboration qui aura durée vingt ans.

En 1975, victime d'un infarctus et d'un traumatisme crânien, Les Paul se retire de la scène, mais continue d’expérimenter dans son atelier de Mahvah (New Jersey). Il fait ses adieux en retrouvant pour une dernière fois le public en 1992, à l’occasion d’un concert donné à Séville durant l’exposition universelle. Il décède le 12 août 2009 à l’âge de 94 ans.

Par D. Lugert (Cadence Info - 08/2018)


RETOUR SOMMAIRE