NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

JAZZ ET INLUENCES


MANU KATCHÉ, PORTRAIT AUTOUR DE "UNSTATIC"

L’ancien animateur de l’émission musicale "One Shot Not" sur Arte poursuit son chemin sur les scènes internationales entouré de son set de batterie. Sa générosité d’homme et de musicien ne laissent pas insensibles tous ceux qui ont un jour croisé sa route. Manu Katché appartient à cette catégorie de musiciens pour qui la musique est un champ de découverte, un espace fertile où règne aucun a priori, aucune barrière ni frontière…


MANU KATCHE L’ANIMATEUR

Sa pulsation rythmique laisse toujours entrevoir une ouverture dans le domaine du jazz, même si son intérêt pour les musiques pop, soul et rock le conduisent le plus souvent vers une "musique métissée'. Le batteur aime bien surprendre son public en prenant les chemins de traverse, de ceux qui nous font découvrir ses coups de cœur : des chanteurs, des pianistes, des bassistes ou des guitaristes qu'il place sous les feux des projecteurs.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


En 2010, durant sa croisade d’animateur pour Arte, son incursion dans le milieu professionnel n’a pas été sans rejaillir lors de ses interventions sur le plateau. Manu Katché avait inventé une formule magique qui marche presque à tous les coups : celle d’intéresser un maximum de gens à la musique, en faisant certes découvrir des artistes, mais surtout en suscitant de la curiosité envers un monde artistique souvent méconnu. Ainsi, des anecdotes, des astuces propres au métier du musicien n’étaient pas absentes, et cela, sans que le spectateur n’éprouve d’ennui. « D’ordinaire on me parle plutôt de mes classements dans les charts, lui voulait tout savoir sur ma pédale » (une commande au pied qui lui permet de s’autosampler en direct), se souvient Anaïs. « Il pose des questions de musiciens, mais sans être trop technique, ce n’est pas le salon de l’auto ! », lance le producteur et compositeur Bertrand Burgalat. « On sent qu’il veut évangéliser, communiquer son intérêt pour un artiste. Manu n’est pas du genre à te demander : c’est quoi, ton actualité ? ».

Pour "One Shot Not", la caméra se promenait du plateau jusqu’à l’entrée des artistes dans les loges et/ou les couloirs (cette façon de filmer est assez répandue dans les émissions de variété et même dans celles qui sont politiques). Ce type même de présentation offrait au spectateur le sentiment d’être au contact des invités de façon plus intime, de savoir ce qui se passait dans les coulisses.

Les rencontres entre artistes permettaient l’échange et stimulaient l’envie de partager. C’est, en quelque sorte, un travail de préparation qui précède le live. Les artistes se rencontraient parfois avec émotion, impressionnés quand ils font face à une légende vivante. . Manu Katché : « Faire une jam avec le bassiste Marcus Miller ou le trompettiste Alex Tassel, c’était vachement agréable, car il y avait tout à coup une complicité qui s’installait. Et ça, c’était génial ! »

Parfois, c’est une envie terrible de communier en musique qui se présentait, alors les musiciens se lançaient dans des improvisations collectives. C’est ainsi que les invités arrivaient à trouver grâce aux yeux des spectateurs ; l’humanisation de leur comportement faisant oublier pendant un court instant le côté star de leur personnage.


MANU KATCHÉ L’INDEFINISSABLE MUSICIEN

Si le mot Katché signifie « cogner » en occitan, celui-ci ne convient certainement pas au profil du musicien, son art étant plus proche du feeling, de la rigueur et du touché. Manu Katché ne me démentira pas si je dis que l’important est dans le groove, dans cette « com » indéfinissable qui place chaque musicien sur orbite. C’est dans ces moments-là que l’on trouve l’harmonie du temps et du tempo. Aujourd’hui et plus qu’hier, le rythme est devenu indissociable des musiques actuelles et Manu Katché est sur la liste de ses invités depuis le début des années 80 quand il accompagnait un certain Michel Jonasz...

Beaucoup d’artistes s’accordent pour dire que son jeu est unique, tonifiant, surprenant, mais rarement démonstratif. Il faut reconnaître que l'expérience du batteur est assez immense tant celui-ci a visité toutes sortes de rythmiques aussi bien dans le milieu de la « variété » que dans le jazz ou le rock. La liste des artistes qu’il a accompagnés est plutôt extraordinaire. Outre les jazzmen Michel Petrucciani et Jan Garbarek, Manu Katché a notamment utilisé ses baguettes pour servir des artistes et des groupes de statures internationales : Dire Straits, Tear for Fears, Tracy Chapman, Peter Gabriel, Sting, Joni Mitchell, Joe Satriani, Stevie Wonder et Youssou N’Dour.


L'ALBUM UNSTATIC, SANS ÉGAREMENT

On ne naît pas batteur par hasard, et son dernier album Unstatic nous en offre un aperçu cinglant. À la tête d’un petit collectif d’amis musiciens parmi lesquels on trouve le saxophoniste norvégien Tore Brunborg, le trompettiste italien Luca Aquino et le claviériste anglais Jim « James » Watson, Manu Katché a voulu revenir à une formule quintet en invitant la contrebassiste norvégienne Ellen Andrea Wang à rejoindre son groupe (à noter que la musicienne prête également sa voix sur le titre mélancolique Blossom). Amoureux du jazz nordique et du jazzfunk, Manu Katché a invité également le tromboniste leader du "Funk Unit" Nils Langren sur près de la moitié des titres.

Une fois de plus la musique de Manu Katché est à l’image de sa carrière, celle d’un musicien du voyage. Unstatic, comme son nom l’indique, est une invitation au mouvement, une incursion à travers les styles et les continents avec des morceaux relevés tels Ride me Up et Unstatic jusqu’au groove urbain de City, des titres qui alternent avec de jolies ballades comme Trickle et Daze dazys ou un air de rumba (Introducciòn). Onze compositions originales, comme autant de paysages sonores pris dans les filets d’un jeu collectif vif, incisif et inventif.


Manu Katché - Teaser Unstatic


Quand on est musicien c’est le son qui prime, et chez Manu Katché le background est essentiellement mélodique. Le piano est passé par-là et il en reste des traces au moment où le batteur dessine l’ébauche de ses compositions. Ce n’est pas la performance virtuose qui prédomine et qui l’inspire mais des petites fêlures qui conditionnent sa créativité. L’impact mélodique va jusqu’au-boutisme d’un set de batterie que le musicien a confectionné avec soins en utilisant différents toms accordés et de petites cymbales. Tout comme le piano, le maniement des percussions classiques appris au conservatoire a, là-aussi, laissé quelques traces. « Je suis un batteur coloriste plutôt qu’une grosse machine à taper » dit-il.

Manu Katché apporte dans sa musique une culture profonde qui va de l’Afrique du Nord à l’Afrique du Sud jusqu’aux musiques kabyles en passant par la soul ou le rock anglais. Toutefois, si son inspiration musicale est une synthèse de toutes ces pigmentations sonores, le musicien revendique également, haut et fort, toute la richesse et l’éclectisme de la culture française et de ses origines.


L’ESSENTIEL DE SA DISCOGRAPHIE

  • It's About Time (BMG France - 1991)
  • Stick around (Zildjian - 1994)
  • Neighbourhood (ECM - 2005)
  • Playground (ECM - 2007)
  • Third Round (ECM - 2010)
  • Manu Katché (ECM - 2012)
  • Touchstone For Manu (ECM - 2014)
  • Live in concert (ACT - 2014)
  • Unstatic (Anteprima Productions - 2016)

Écouter/télécharger des extraits de UNSTATIC sur Amazon

Par Elian Jougla (Cadence Info - 06/2016)


RETOUR SOMMAIRE