ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


MURCOF ET VANESSA WAGNER : STATEA, MUSIQUE MINIMALISTE ET ÉLECTRO

Depuis 2008, Fernando Corona, orfèvre en musique électro, constitue avec la pianiste classique Vanessa Wagner un duo atypique. Leur disque Statea confronte deux univers dissemblables portés par un amour commun, la musique. À l'écoute du disque, une étrange alchimie sonore entre en scène et s’élève des enceintes, produisant un équilibre parfait entre deux poids, deux mesures…


STATEA, UN MINIMALISME CLASSICO/AMBIANT


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Vanessa Wagner est une pianiste de formation classique qui joue sur scène Liszt, Debussy ou Ravel, une ambition artistique qu’elle partage depuis déjà quelques années avec d’autres modes d’expression. Pour elle, voir ce qui se passe ailleurs est une question de philosophie, une volonté d’ouvrir son spectre musical à d’autres expériences. Sa dernière aventure mêle le son du piano à l’électronique discrète de Murcof, alias Fernando Corona, un musicien mexicain dont les machines donnent à penser qu’une autre couleur, une autre dimension sonore peuvent habiter les musiques de Satie, John Cage ou de Philippe Glass. Le témoignage de leur collaboration est réuni dans le disque Statea, un album onirique qui transporte l’auditeur dans un voyage quasi mystique et cinématographique.

Écho et réverbération habillent chaque pièce pour apporter leur profondeur de champ et résonance inédites, révélant des territoires ou la notion de temps semble suspendue, nous invitant dans un intense voyage à l’intérieur de quelques rythmiques discrètes et sonorités aux couleurs sombres. Le maestro électro mexicain - qui a été enfanté à la musique par Jean-Michel Jarre et Bach -, revendique un minimalisme expérimental et délicat, placé ici sous l’influence excentrique d’Erik Satie ou de l'extatique Arvo Part.

Aux boucles et textures sonores guidées sur ordinateur répond le son d’un piano suspendu dans l’espace, diffractant aussitôt chaque pièce comme pour mieux les amplifier. Le terrain d’entente, le jeu complice, trouvent leur équilibre à travers les compositions aériennes des grands noms du minimalisme. Arvo Pärt, Morton Feldman, John Cage, Valentyn Silvestrov, John Adams, György Ligeti, Erik Satie et Philip Glass sont les invités de Statea, même si une pièce emblématique du répertoire d’Aphex Twin est venue se glisser discrétement dans la méticuleuse sélection (Avril 14th). Vanessa Wagner avait cœur de partager avec Murcof une musique de la plus iconoclaste figure de la scène électronique ; un choix judicieux quand on souhaite renforcer le lien entre musiques "savantes" et musiques "populaires".

Vanessa Wagner et Murcof interviewés à l'occasion de l'édition 2012 du festival Electroni-K de Rennes.

Méditatif, porté ici et là par quelques vagues sonores un peu plus dure, Statea ("équilibre" en italien) est avant tout un voyage dans l’introspection, à contre-courant d’une musique électro martelant chaque temps d’un coup de grosse caisse. Murcof est l’antithèse de ce cliché-là, hélas trop répandu et réducteur. Son univers à lui est plutôt instinctif, contemplatif, voire mystique, porté par des nappes aux sonorités mélancoliques et qu’il a cœur de partager avec les musiciens classiques qui croisent sa route.

L'idée de ce duo entre la pianiste classique et le maestro de l'électro réinterprétant à sa façon des compositeurs catalogués comme « minimalistes » est une merveille d'invention et de lyrisme suspendu. Signé sur le sublime label 'InFiné', Statea est un album à découvrir sans faute pour tous ceux qui ont les oreilles grandes ouvertes !


STATEA, LES TITRES

  • John Cage : In a Landscape
  • Arvo Pärt : Variations fort the Healing of Arinus
  • Aphex Twin : Avril 14th
  • György Ligeti : Musica Ricercata N°2
  • Erik Satie : Grossienne n°3
  • Morton Feldman : Piano Piece 1952
  • Valentyn Silvestrov : Farewekk, O World, O Earth
  • John Adams : China Gates
  • Philip Glass : Metamorphosis 2

Vanessa Wagner et Murcof : Statea
Label : InFiné
Parution : septembre 2016
Prix : 16 € (Fnac)

Par Patrick Martial (Cadence Info - 11/2016)


RETOUR SOMMAIRE