ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

JAZZ ET INLUENCES


ALLAN HOLDSWORTH PORTRAIT - LA GUITARE JAZZ-ROCK PAR EXCELLENCE

Allan Holdsworth, génial inventeur d’un style de guitare jazz-rock qui a fait les beaux jours des années 70 et 80, a pourtant abordé l’instrument sur le tard, sans avoir jamais eu ni l'ambition ni l'envie de devenir vraiment un musicien professionnel. A l’adolescence, il pensait plutôt travailler dans l'électronique et se consacrer à la musique seulement en dilettante, façon mélomane plutôt que praticien.


UN GUITARISTE AUTODIDACTE

Autodidacte, il ne connaît pas le solfège et a toujours refusé tout net un compromis pédagogique avec un professeur, même très renommé. Incapable de lire une partition ou de faire l’effort de travailler sur quelques standards genre Real Book – un ouvrage où l’écriture musicale s’exprime pourtant à son minimum - Holdsworth a développé sa propre technique avec des doigtés purement personnels, doigtés qui ne l’ont jamais empêchés de délivrer des solos acrobatiques portés par des gammes pas toujours très orthodoxes.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Au fil du temps, il a mis au point un système personnel de notation avec tout un tas de repères que lui seul connaît. Son phrasé fluide et rapide, composé parfois de notes étirées au mordant légèrement faussé, ne laisse rien transparaître d'une technique apprise tout seul. Holdsworth peut être fier d’être arrivé à un tel résultat en fuyant les bancs des écoles de musique. L’écoute des disques, les relevés, c’était ça son école.

Avant-gardiste et fin observateur concernant l’évolution des technologies, Allan Holdsworth outre sa virtuosité légendaire, est également le précurseur dans le domaine des guitares synthés. Sa SynthAxe appartient à cette catégorie. C’est une sorte de ‘guitare maître’ capable de piloter des sons de synthétiseurs… Un instrument aujourd’hui passé à la trappe, mais pas pour ceux qui l’ont vu s’en servir sur scène ou ailleurs !

Allan Holdsworth (1978 - Beacon Theater de New York)


UN GUITARISTE AU CŒUR DU JAZZ-ROCK

Le style Allan Holdsworth, c’est une vélocité d’extraterrestre combinée à de longues phrases et un son très reconnaissable, comme l’est Carlos Santana dans un autre registre. Avec Holdsworth, si l’on n’est pas amateur de jazz-rock, mieux vaut changer de disque et écouter Mozart c’est plus reposant, car l’artiste est un orfèvre en la matière ; presque toute sa discographie ronronne à coups de mélodies découpées au rasoir, s’élançant rapidement pour plonger ensuite de façon abrupte dans autre chose, presque toujours sans que l’auditeur n’ait eu le temps de dire : ouf ! C’est là une des caractéristiques de son style.

S'il produit un jazz-rock sophistiqué conduisant à des délires de virtuosité parfois stériles, à d’autres moments, le guitariste est capable d’élever son style dans une phénoménale inventivité mélodique. Holdsworth est un musicien tout en contraste, passant de l’ombre à la lumière, comme par magie. Une véritable énigme dans l’histoire de la guitare électrique !


ALLAN HOLDSWORTH - RED ALERT

Les musiciens avec lesquels il a travaillé donnent le tournis. Il a joué avec toute la crème du jazz-rock des années 70 et 80. Si côté leader, il fonde avec le batteur Gary Hubsand, le bassiste Paul Carmichael et le chanteur Paul Williams, I. O. U en 1981, ce sont ses interventions dans des disques signés par d’autres artistes que le public retient surtout. Il y aura les enregistrements avec Jean-Luc Ponty et Stanley Clarke, ses passages chez Soft Machine (Bundles), Nucleus (le groupe du trompettiste Ian Carr, futur biographe de Miles Davis), et chez le batteur Tony Williams (au sein du "Lifetime").

Seulement Allan Holdsworth n’a jamais su séduire la critique. Dans ses disques, ses débordements sonores et stylistiques ont fait de lui une sorte de dinosaure d’un genre aujourd’hui défait, le jazz-rock ; et ce ne sont pas ses solos si beau en diable et si personnel qui auraient pu lui permettre d’obtenir une notoriété méritée.

Pourtant, les éloges de nombreux musiciens sont là. Holdsworth est considéré par ses pairs comme l’un des plus grands virtuoses de l’instrument. Pat Metheny : « Allan est un très grand guitariste virtuose. Son travail au milieu des années 70 avec Tony Williams était révolutionnaire et a eu un impact sur de nombreux guitaristes », sans oublier John McLaughlin qui, dans le domaine de la virtuosité, n’a jamais été le dernier de la classe : « Il me stupéfie encore ». D’autres guitaristes l’ont cité en référence, tels Larry Coryell, Frank Zappa ou Joe Satriani. Même s’il compte dans l’histoire de la guitare, Holdsworth est quelque part le mauvais élève, celui qui n’a pas choisi le bon chemin en s’enfermant dans un jazz-rock trop technique ou trop sophistiqué. Et c’est peut-être ça qui est dommage !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 08/2013)


RETOUR SOMMAIRE