NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CLASSIQUE / TRADITIONNEL


FREDERIC CHOPIN, SA MUSIQUE EST DANS L'ESPACE

Faut-il encore évoquer Chopin quand, après l’année Mozart, le compositeur du piano romantique est célébré pendant toute une année à travers manifestations et concerts en tout genre ? Tout ce déballage de notes, d’envolées lyriques et de phrases bondissantes sont déjà très connu du grand public. Chopin n’est peut-être pas vulgarisé autant qu’un Mozart ou qu’un Bach, mais sa musique recueille de nombreux adeptes… ceux pour qui la sonorité d’un piano flamboyant ou profond et sombre enflamme les cœurs.


CHOPIN… LE POETE DU PIANO

La musique de Chopin serait-elle une musique sentimentale ?…

Peut-être bien !

L’univers de Chopin est enfermé tout entier dans le coffre magique du piano. L’orchestre, la voix, les sonorités instrumentales l’ont laissé presque indifférent. L’imposition de ses mains sur les touches d’ivoire et d’ébène a suffi à combler sa vie créatrice. Sa pensée a germé et s’est épanouie sur son clavier.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Aujourd’hui comme hier, on éprouve toujours une certaine hésitation à prendre au sérieux la production d’un virtuose. De leur temps, Chopin et Liszt ont été, l’un et l’autre, victimes de cette injuste prévention. Les pages brillantes écrites par des jongleurs du clavier sont trop souvent assimilées à l’outillage professionnel indispensable aux illusionnistes ou aux prestidigitateurs.

Pourtant, tout un style, toute une syntaxe, toute une conception nouvelle de l’expression mélodique et de l’écriture harmonique est sortie de ces Nocturnes, de ces Préludes, de ces Ballades et de ces Polonaises. La musique est poésie chez Frédéric Chopin. Elle est également tendresse quand ses mains font jaillir du piano des sources fraîches de poésie. D’ailleurs, ses contemporains, tels Debussy, Ravel ou Fauré se sont toujours fait un devoir de rendre un fervent hommage à ce précurseur. Les compositeurs de l’impressionnisme sont redevables à Chopin pour leur avoir ouvert des zones encore inexplorées de l’harmonie.


LA MUSIQUE DE CHOPIN, EN ROUTE VERS LES ETOILES

Chopin a marqué son époque de son empreinte. Que ce soit à Paris, Londres ou Varsovie, son talent  musical a rebondi jusqu’à notre époque, comme pour nous signifier que les grands compositeurs classiques doivent rester éternels. Frédéric Chopin est entré au panthéon de l’histoire de la musique. La résonance pianistique de son œuvre s’étend à présent bien au-delà des frontières terrestres. Sa littérature musicale pénètre au cœur de l’espace grâce à la navette spatiale Endeavour, lancée le 8 février 2010 du Cap Canaveral. A son bord, la NASA a placé un CD de la musique du compositeur et un fac-similé du manuscrit de son Prélude en la majeur n°7 de l’Opus 28.

Au fait, quel rapport existe-t-il entre Chopin et la navette Endeavour chargée de ravitailler la station spatiale internationale ?

Aucun ! La NASA explique que cette initiative n‘a rien à voir avec l’année Chopin. Elle provient du colonel George Zamka, astronaute d’origine polonaise et chef de l’expédition.


LA PIECE DE L’ESPACE…
LE PRELUDE EN LA MAJEUR N°7


Une telle initiative, fait immédiatement penser au film 2001 Odyssée de l’Espace de Stanley Kubrick, au ballet de la station survolant la terre sur fond musical de valse avec ”Le Beau Danube Bleu” ou quand Kubrick lance le signal du récit dramatique et philosophique dans une dimension qui ne l’est pas moins avec “Ainsi Parla Zarathoustra“… Mais Chopin, n’est pas Strauss, il œuvre dans une musique plus légère et aérienne, même quand la sonorité du piano en impose. La féerie musicale de Chopin conviendrait-elle à l’immensité de l’espace ? Si Chopin incarne le piano, peut-être ! Le piano n’est-il pas le roi des instruments ?

Après Beethoven et sa Neuvième Symphonie, Frédéric Chopin devient ainsi le deuxième compositeur de musique classique à être envoyé dans l’espace, vers les étoiles. Sa science musicale écourtée par une vie si brève (il est mort à l’âge de 39 ans), trouve grâce aux moyens technologiques du 21e siècle une vie éternelle. Qui s’en plaindrait ?

Par Elian Jougla (05/2010)


A consulter : Frédéric Chopin, des mélodies au service du piano


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE