NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

SON & TECHNIQUE


LA MUSIQUE ET LA PSYCHANALYSE

La musique et la psychanalyse ont-elles à apprendre l’une de l’autre ? Peu d’auteurs semblent s’y être risqués. Aussi bien du côté des musiciens que des psychanalystes. Surtout si nous en excluons le lyrique, le chant, où souvent l’aspect narratif, plus propice à l’analyse, et la nature humaine de l’instrument vient à masquer aisément la dimension proprement musicale.

Extrait d’un article issu de journées organisées par l’École Psychanalytique du Centre Ouest de Poitiers (octobre 2007) :


MUSIQUE ET PSYCHANALYSE

A voir une partition, sans même être musicien, il paraît évident qu’on a affaire à un ordre symbolique. Les Grecs anciens ne s’y étaient pas trompés, eux qui associaient la musique aux mathématiques. La phrase musicale est en effet constituée d’éléments discrets, les notes, organisée de façon différentielle. Cette organisation, comme celle d’une langue, obéit elle-même à des règles syntaxiques, harmonie, rythme, composition, etc… Nous serions donc dans l’ordre du signifiant. Ne parle-t-on pas d’ailleurs d’interprétation ? Les instrumentistes jouant, lisant, à leur façon ce que d’autres ont écrit… Un langage musical donc.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Une objection apparaît pourtant. C’est un langage sans traduction. Traduction au sens ordinaire, celle du français vers l’anglais, de l’anglais vers l’allemand, etc… En effet, nul lexique. C’est-à-dire nulle collection des diverses combinaisons possibles des éléments discrets, des notes, en des entités stabilisées. Autrement dit aucun dictionnaire. Ou si l’ on préfère nul trésor des signifiants. Qu’en serait-il le alors de l’Autre, dans ce cadre, comme le lieu de ce trésor ? Doit-on en conclure que cette assimilation de la musique au symbolique est une erreur ?

Il est vrai que pour chacun, l’écoute de la musique est avant tout un plaisir, voire une jouissance, générateurs d’affects et de représentations. Ce qui la situerait bien plutôt du côté de l’objet. Et les représentations évoquées du côté du fantasme, d’autant qu’elles apparaissent propres à chacun. De l’objet, c’est aussi parler de la pulsion qui y serait en jeu. Celle avancée par Lacan y serait-elle appropriée ? Le ton, la modulation, la mélodie d’un objet primitif s’y profilent.

En ce sens, des hypothèses variées et nombreuses ont pu être avancées : voix de la mère, bruits divers de la vie intra-utérine, bruits du corps propre du sujet,… (Cf. les diverses bases théoriques à toutes musicothérapies). Il s’y ajouterait les effets corporels directs visés par certaines musiques, modernes, (violence des basses par exemple), ou sacrées, (derviches, etc..). [...] Alors la musique serait-elle, en effet, du côté de l’imaginaire et de l’objet ? On pourrait le croire.

Mais quelques arguments viennent entamer une pareille croyance ?

Certains compositeurs paraissent bien penser directement en musique et ne font que la transcrire directement sur le papier. N’est-ce pas l’indice, au moins pour eux, qu’il puisse y avoir des représentants de la représentation ? Et qu’à défaut d’universelle, il puisse y avoir une langue personnelle ?

Par ailleurs, si pour chacun des auditeurs, l’affect éprouvé lui est propre, la représentation évoquée lui est singulière, il apparaît qu’il puisse les partager avec d’autres (cf. les sorties de concert ou les rave-parties). Ce qui rapproche la musique de la plupart des arts (peinture, sculpture, danse, etc…). [...]

Mais ce qui reste spécifique à la musique, c’est qu’à défaut d’un dictionnaire répertoriant les diverses combinaisons de ses éléments, il existe bel et bien une grammaire réglant leur organisation diachronique, le solfège. Et par là, elle est bien de l’ordre symbolique. [...]

par Patrick Martial

Source : Jean-Jacques Lepitre - Ecolpsy

A CONSULTER

LA MUSIQUE DE RELAXATION

LA MUSICOTHERAPIE

LA PSYCHOPHONIE EN QUESTION

LA PSYCHOPHONIE, L'EQUILIBRE INTERIEUR

LE CERVEAU ET LA MUSIQUE

LA MUSIQUE ET LE CONTROLE DES EMOTIONS

QUAND LA MUSIQUE REVEILLE NOTRE MEMOIRE


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE