MUSIQUE & SOCIÉTÉ.


DES CHANSONS TRISTES À TOUS LES TONS

Dans le domaine de la chanson, il y a d’abord celles qui sont gaies et entraînantes et qui ont pour vocation de nous faire oublier les tracas de la vie. Ensuite, celles qui élèvent le débat et les contradictions : les chansons dites à textes. Et puis, il y a les autres… surtout les tristes, de celles que nous n’avouons pas toujours écouter, mais qui font partie de notre intimité quand nous avons le « blues ».


IL PLEUT DEHORS, ET LA MUSIQUE NOUS ACCOMPAGNE DE SA LANGUEUR MONOTONE…

Mais qu’avons-nous à écouter des chansons tristes voire déprimantes ? Chercherions-nous à dramatiser plus que raison ou à combler un vide affectif ?

Ad Block

Les chansons tristes ne ciblent pas un public particulier mais tout le monde, du moins à des moments précis de l’existence. La tristesse produit une sorte d’envahissement de l’être. Quand elle est là, nos désirs sont en « stand-by ». C’est un état qui peut être passager (le plus souvent) ou durable (il faut alors consulter).

© Pixabay.com

Le but inavoué qui nous conduit à écouter des chansons tristes est d’interpeller notre conscience pour nous informer que nous sommes bien vivants. Celle qui a souvent notre faveur est rarement choisie au hasard. Dans l’espoir de nous délivrer de nos douleurs passagères, la chanson élue est alors passée en boucle afin de déclencher un hypothétique sursaut cathartique. Vive alors l’endorphine et la dopamine produites par notre cerveau, pourrions-nous dire !

Pour nous, Français, les tristes mélodies collent souvent à des artistes qui véhiculent des messages qui parlent au plus grand nombre. Cela pourrait être Jacques Brel avec Ne me quitte pas, Serge Lama avec Je suis malade ou encore Piaf avec Non, je ne regrette rien. Du vécu, quoi ! Oui, mais vous pourriez me rétorquer : « C’est pour les vieux ces chansons-là ! » Et vous auriez parfaitement raison… quoique, que celui ou celle qui ne connaît pas ou qui n’a jamais entendu ces chansons-là un jour dans sa vie doit certainement vivre au fin fond de la Sibérie, non ?


JACQUES BREL : 'NE ME QUITTE PAS'

Le point en commun de nombreuses chansons tristes, c’est qu’elles évoquent plus ou moins des sentiments liés à la solitude de chacun et où les remises en question ne sont pas toujours loin. Elles nous sont bénéfiques en nous permettant d’entrer en communication, par empathie, avec les interprètes de la chanson, comme s’il s’agissait d’un ami qui partage avec vous le même sort. Ce réconfort-là est très important parce qu’il est tout de suite identifiable et que l’on peut y mettre un nom, un visage.


LA RECETTE D’UNE CHANSON TRISTE

J’entends d’ici les musiciens qui rétorquent : « Les chansons tristes, c’est du mineur, alors que les chansons gaies, c’est du majeur ! » Ouais… Un peu facile, non ? Et pas vraiment exact.

Il est vrai que les accords mineurs apportent le sentiment d’une certaine mélancolie, mais cela ne suffit pas à tout expliquer. Écrire une chanson triste, c’est comme une « tambouille », il y a plusieurs ingrédients à réunir pour que ça marche.

Qu’il y ait des accords mineurs, oui certainement, mais le compositeur doit se ressourcer auprès d’autres familles d’accords pour que ça fonctionne. D’ailleurs, une fois placée à l’intérieur de la chanson, un accord n’est autre qu’un tout petit pion si on le compare à la mélodie.

L’autre paramètre important est le tempo. Celui-ci doit être lent, façon slow (les chansons tristes sont rarement sur un rythme « rock’n’roll » !). Ensuite, la nuance générale de la chanson (ambiance) doit être plutôt grave ; ce qui accentue la lourdeur, le sentiment qu’un monde s’écroule tout autour de soi.

Vous constaterez aussi que les chansons tristes sont rarement agressives de bout en bout… même auprès des groupes de rock. Une relative douceur doit exister. La plupart possèdent des nuances très marquées. Il peut s’agir de ralentissements, de rupture soudaine ou de crescendo, à l'image de la chanson Comme d'habitude de Claude François. Toute cette approche a pour effet de bousculer émotionnellement l’auditeur, de le saisir pour ne plus le lâcher.


RADIOHEAD : ‘CREEP’

La réussite d’une chanson triste dépend aussi de l’attitude de son créateur. Cherche-t-il à construire artificiellement un pic d’émotion venant contrebalancer des chansons plus légères ou est-ce ses propres convictions émotionnelles qui le pousse à étaler celles-ci au grand jour ? Les deux, le plus souvent.

Enfin, il est bon de signaler que ce ne sont pas toujours les chansons extrêmement tristes qui « décrochent le pompon ». La chanson Hotel California des Eagles fonctionne bien alors qu'elle n'est pas d’une grande noirceur.


ET LES INSTRUMENTAUX, QU’EN EST-IL ?

Ils prennent parfois le relais bien que moins « identifiable » vu l’absence de paroles. La différence se situe sur leur construction qui est beaucoup plus libre. Un instrumental comme Europa de Carlos Santana, avec sa guitare larmoyante, a eu sa période de « gloire ».


CARLOS SANTANA : 'EUROPA'

À certains égards la musique dite de « relaxation » peut avoir son effet sur certaines personnes, bien que le stimulus ne soit jamais aussi puissant qu’avec une chanson aussi courte qu’évocatrice. Tout au plus, une musique de relaxation provoquera un flot émotionnel différent en fonction de l’instrumentation choisie. Un piano solitaire ou un orchestre, par exemple. Le pire mal c’est qu’elle vous endorme, vous apaise, vide vos pensées négatives ou, à l’inverse, qu’elle vous énerve. La réponse ne se fait généralement pas attendre longtemps !


MUSIQUE DOUCE ET NATURE

Quant à la musique classique, elle possède un bon catalogue. Il existe quelques trésors qui pourraient faire plonger une personne optimiste dans une profonde détresse, c’est dire ! À titre d’exemple symptomatique : L’Adagio en Sol mineur d’Albinoni, qui nous ferait dire que c'est beau, mais comme c'est triste !


ALBINONI : 'ADAGIO EN SOL MINEUR'
L'Adagio en sol mineur pour violon, cordes et orgue continuo, est une composition néo-baroque populairement attribué au maître vénitien du 18ème siècle Tomaso Albinoni, mais en fait composé presque entièrement par le musicologue du 20ème siècle et biographe Albinoni Remo Giazotto.

Par Elian Jougla (Cadence Info – 10/2021)

RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com


×

Si une extension de type 'Adblock' (ou assimilée) est installée sur votre navigateur, celle-ci empêchera de consulter certaines pages de ce site dans leur intégralité. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce site collaboratif d'exister durablement. Pour obtenir un accès total, vous devez désactiver l'extension.