ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


QUAND LE HARD ROCK DE LED ZEPPELIN DÉBOULA À L’ORTF

Du temps où le mouvement hippie était à son apogée, la télévision française, sous l’égide de l’ORTF, avait bien du mal à accepter de bon cœur les apparitions des groupes de rock dans les émissions de variétés. En juin 1969, pour la promotion de son premier album, le groupe Led Zeppelin sera le premier à bousculer les codes de la petite lucarne.


QUAND LA MUSIQUE HARDROCK S'INVITA DANS UNE ÉMISSION GRAND PUBLIC

Avant que n’apparaissent dans les années 70 l’émission animée par Patrice Blanc Francard, Pop2, bien peu de producteurs étaient convaincus par la culture rock. Pour tout dire, la télévision française était avare de cette musique. Elle la redoutait. Du moins, elle ne savait pas comment faire pour bien faire sans craindre de mécontenter le pouvoir en place qui, de son côté, devait faire face à une jeunesse turbulante, incomprise et rarement satisfaite.

© INA - Captures de l'émission 'Tous en scène' du 5 septembre 1969.

L’exemple le plus frappant nous est donné un an après les événements de 1968, plus exactement le 5 septembre 1969, à travers la diffusion de l’émission de variété ‘Tous en scène’. Ce soir-là, l’Office de radiodiffusion-télévision française proposait un melting-pot de vedettes de la chanson française d’alors : Françoise Hardy, Herbert Léonard, Zizi Jeanmaire ou encore Guy Marchand et Les Charlots. Au milieu de ce carambolage musical, dont l’ORTF détenait apparemment le secret de fabrication, déboulait un groupe de hard-rock totalement inconnu du grand public : Led Zeppelin ; un groupe formé de quatre jeunes anglais de 20 ans, aux cheveux longs et qui “font du bruit”, comme le dira avec insistance la presse quotidienne au lendemain de leur apparition sur le petit écran.

Durant l’émission, le public présent subira une transition sonore des plus rudes. Après la douceur de Françoise Hardy interprétant L’heure bleue, le charme de Guy Marchand, les pitreries des Charlots et avant l’interprétation de Ô Christ, je viens à toi par la fanfare de l’Armée du Salut, la distorsion de la guitare de Jimmy Page et les cris de Robert Plant venaient de résonner dans l’auditorium. Face à ce spectacle surprenant et violent, le public, comme saisi, se posa alors la question de savoir si ce qu’ils venaient d’entendre était encore de la musique !


LED ZEPPELIN : 'DAZED AND CONFUSED'
Sur le plateau de l'émission, Led Zeppelin entre et chante "Dazed and confuse". Derrière un trou du décor, Luis Rego du groupe Les Charlots regarde le groupe jouer.

LED ZEPPELIN, UN GROUPE ENCORE INCONNU

S’il est difficile de nos jours d’imaginer un tel affrontement de styles se produire dans les émissions de télévisées, excepté peut-être l’Eurovision, comment s’explique la présence de Led Zeppelin du temps de l’ORTF ?

Au moment où se présente Led Zeppelin le 19 juin 1969 pour participer à l’enregistrement de l’émission dans la petite ville du Kremlin-Bicêtre, située non loin de Paris, le groupe négocie encore avec le jeune public français ses premières gammes. Personne n’a pu voir leur spectacle de ce côté-ci de la Manche.

Ce qui va surprendre le public, jusqu’à laisser un blanc après leur prestation, c’est cette force dévastatrice répartie entre le chant scandé, hurlé, par Robert Plant, le son déphasé de la guitare de Jimmy Page (comment ne pas se souvenir du musicien expérimentant sur sa guitare l’utilisation d'un archet de violon pour en retirer des effets sonores inouïs), et la conjugaison parfaite de la rythmique basse/batterie, respectivement tenue par le discret John Paul Jones et l'exubérant John Bonham.

© INA (captures de l'émission 'Tous en scène' du 5 septembre 1969)

Avant d’être une musique à part entière, Led Zep sera d’abord un son, un univers à lui seul. Pour les Anglais, la musique de Led Zeppelin est synonyme de déflagration sonore, un avis que les Français ne tarderont pas à partager en prenant toute la mesure de ce hard-rock fraîchement débarqué.

Dans la salle, les décibels crachent leur venin et certaines personnes se bouchent les oreilles. L’impact du passage du groupe dans l’émission ‘Tous en scène’ est révolutionnaire. Le public, sans le savoir, assiste à une page importante de l’histoire de la télévision, non seulement parce que les documents filmés concernant le groupe Led Zep sont plutôt rares, ensuite à cause des raisons techniques dues à des conditions lives, souvent imprévisibles, et qui sont conditionnés à des déplacements de lourdes caméras de studio.

Plus étonnant encore, leur façon de s’accrocher à des images et à des mots qui encouragent les exigences, en laissant entendre que la promotion d’un single - même pour la télévision - ne suffit pas à couvrir leur désir. C’est ainsi que ce soir-là, le public comme les téléspectateurs auront droit à une double dose de Led Zep, en écoutant deux titres issus du premier album paru quelques mois auparavant au Royaume-Uni et qui deviendront cultes : Dazed and Confused et Communication Breakdown.


LED ZEPPELIN : 'COMMUNICATION BREAKDOWN'
Sur le plateau de l'émission, Led Zeppelin entre et chante "Communication breakdown".

D’emblée, comme prise à témoin par leur spectaculaire show télévisé, la tournée promotionnelle française de leur album venait de forger dans la tête du jeune public une attitude scénique doublée d’une alchimie sonore qui vaudra à Led Zeppelin un succès planétaire dans les années 70 avec 300 millions d’albums vendus en seulement 12 ans d’activité. Par ailleurs, en se présentant en amont du festival de Woodstock, le passage du groupe à la télévision française sera d'une valeur hautement symbolique en portant à la connaissance de chacun le début de la fin du rêve hippie et de l’amour partagé au profit de rêves plus “électriques”.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 08/2022)

À CONSULTER

L'HISTOIRE DU GROUPE LED ZEPPELIN

L'HISTOIRE DE 'STAIRWAY TO HEAVEN'


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com