ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


LA MUSIQUE POP, HISTOIRE AU CŒUR D'UNE SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION

L'art Pop, la culture Pop, la musique Pop, toutes ces expressions aujourd'hui si courantes nous renvoient dans les années 60/70. Pop vient de l'expression anglaise "Popular art". La Pop désigne un ensemble d'images populaires englobant tour à tour la publicité, la télévision, le cinéma, la peinture, la mode, les superstars, etc… tout ce qui est accepté et consommé comme étant la manifestation d'un désir populaire.


NAISSANCE D'UNE CULTURE DE MASSE

Le "Popular art" est lié à un système industriel de consommation et à un contexte sociologique bien particulier. Les images de la culture populaire produites pour les masses sont distribuées par les divers moyens de communication : la télévision en tête.

Depuis la fin des années cinquante, notre civilisation occidentale s'appuie sur la consommation à partir de laquelle se développent tous les modes et les styles. La peinture, la musique, l'art dans son ensemble se consomment comme des produits "comestibles". Les images de la rue, les médias nous apportent les messages des changements et des transformations de la société. Jour après jour, de nouvelles stars naissent et s'offrent à nous en tant que modèles à imiter. Un sandwich comme une bouteille de coca-cola sont transformés en œuvres d'art et deviennent les exemples d'une nouvelle tendance… les nouveaux objets d'un art de consommation, d'une culture de masse.


LA MUSIQUE POP, UN BESOIN D'IDENTITÉ TRÈS RENTABLE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Dans le monde de la Pop, la musique a été certainement l'un des courants majeurs les plus représentatifs au niveau de la jeunesse. L'industrie, à la fin des années 50, toujours à la recherche de rentabilité et après bien des efforts pour surmonter les difficultés de l'après-guerre, voyait dans la nouvelle génération une clientèle économique de plus en plus indépendante. Bien que les "teenagers" disposaient d'argent, ils ne pouvaient rien se procurer qui leur fût propre : clubs, vêtements, etc. Des hommes d'affaires comprirent que ces besoins d'identité réclamés par cette nouvelle jeunesse étaient vital. Des objets de consommation divers comme les motos, les blousons et surtout tout ce qui concerne la musique allaient servir leur intérêt.

À cette époque agitée, la musique rock est en plein essor et sa commercialisation a pour but, avant tout, de divertir une jeunesse qui se cherche. Au début des années 60, les liens de plus en plus proches entre le mouvement Pop et la "contre-culture" éleve la musique à un niveau commercial jamais atteint, au point de devenir l'objet de toutes les attentions pour l'industrie discographique. Quand on imagine qu'il suffisait de vendre 10.000 exemplaires, aux États-Unis, pour rentabiliser un 33 tours produit par les grosses firmes… on croit rêver !

Entre 1960 et 1970, le chiffre d'affaire passe de 800 millions à 2 milliards (en 1970). Le cinéma vient confirmer cet essor avec des films musicaux qui deviennent "cultes" au bout de quelques mois et réalisés le plus souvent dans des conditions "live". Les festivals de Woodstock, Monterey, Altmont et de l'île de Wight sont les plus célèbres. Des salles de concert deviennent célèbres : Avalon, Filmore, Royal Albert Hall… et entrent rapidement dans l'histoire de la musique Pop.

Jusqu'au début des années 80, l'industrie discographique reste à l'apogée, tandis que le mouvement Pop disparaît, récusant la commercialisation qui lui apparaît comme le reflet d'une société de consommation. La musique Pop devient en quelques années un mouvement de protestation dit "contre-culturel"… ce qui lui vaudra quelques années plus tard, sa perte.


LE MOUVEMENT HIPPY... OBJET DE LA "CONTRE-CULTURE"

La "contre-culture hippy" naît au milieu des années 60 à San Francisco et se répand rapidement à travers des groupes de jeunes qui se réunissent et dont le nombre va toujours en s'amplifiant. La phrase est lâchée : "la société ne nous rend pas heureux, elle fait de nous des individus broyés… nous sommes les rouages d'un système qui nous opprime." Les slogans ou les phrases entendus ici ou là semblent sans avenir.

Cette naïveté et ce mode de vie à base d'amour, à contre-courant de tout acte "violent" se traduisent pour certains par des activités manuelles, artisanales, culturelles ou liées au travail de la terre et consistent pour d'autres à absorber des drogues modifiant l'état de conscience et à écouter ou composer de la musique (je me garderai bien de faire un lien entre ces trois dernières occupations).

S'ils sont appelés les enfants des fleurs, "childrens flowers", il ne faut surtout pas imaginer que le mouvement Hippie rime avec oisiveté ! Si le travail de la nature est, avec le plaisir de la musique, les pivots importants de l'évolution de ce mouvement, il ne faut pas oublier que par la suite, les "ex-hippies" ont été à l'origine du phénomène des mouvements communautaires. Leurs luttes contre la société établie et la solitude se poursuivirent pendant les années 70.


NAISSANCE D'UNE MUSIQUE : LA "POP-MUSIC"

C'est à San Francisco, berceau du mouvement Hippie, et à Londres que la 'Pop-music' surgit avec le plus de force. On peut situer son point culminant en 1967 et 1968. Ce mouvement musical sert alors de porte-voix à la "contre-culture". Ce qu'il y a d'étonnant dans cette tendance musicale, c'est que les plus connus ne sont pas forcément les plus grands. Si je devais citer le nombre d'artistes ou de formations nés à cette époque, la liste serait longue. Citons quand même, parmi les plus représentatifs du genre musical pop : Crosby, Stills, Nash and Young, Santana, The Doors, The Who, Jimi Hendrix, The Byrds, Janis Joplin, Led Zeppelin…

La musique Pop est portée par un mysticisme important où les musiciens et les auteurs deviennent des apôtres, porteurs de paix et de partage ou bien des chamans reliés au cosmos par un fil magique et convaincus de la portée de leurs messages. Les textes en disent long : "… et le jour viendra où vous comprendrez que nous ne faisons tous qu'un et que la vie s'écoule en vous, en dehors de vous (The Beatles - Sgt. Pepper)."

Même si cela peut paraître aujourd'hui désuet et superficiel, dans le contexte de la guerre du Vietnam, ce genre de texte représentait une force vivante pour une paix libératrice. Bien que n'appartenant pas à cette mouvance, des auteurs folks comme Joan Baez, Bob Dylan ou Pete Seeger, par et à cause de leurs paroles ont captivé un auditoire à l'horizon trouble ("…comment te sens-tu, maintenant que tu te diriges par toi-même, sans foyer où aller, tout à fait inconnu, comme une pierre qui roule ?" - Bob Dylan). Les textes étaient repris aussi en cœur par d'autres interprètes (ex : Bob Dylan par The Byrds).

© Rowland Scherman (1963) - Joan Baez et Bob Dylan, à cause de leurs écrits, seront "capturés" par le mouvement pop


WOODSTOCK ET ALTAMONT... GRANDS FESTIVALS DE MUSIQUE POP

Nous sommes en 1969, sur le commencement du déclin du mouvement Hippie. Le festival de Woodstock est LE concert qui fera date dans l'histoire de la musique Pop. C'est une manifestation de masse, porteuse de la "contre-culture". Que ce soit le vétéran, le rebelle ou le non-conformiste, ils se retrouvèrent tous dans un même élan d'idées et de partage pour assister pendant trois jours à une messe de musique Pop non-stop. La nuit comme le jour, sous la pluie comme au soleil, ils restèrent là à entendre des artistes comme Grateful Dead, Jimi Hendrix, Santana ou Richie Havens. Une ambiance douce et chargée d'émotions, aux allures irréelles et magiques, symbolisait pour quelques temps encore le monde que la jeunesse espérait habiter.

Quelques mois plus tard, au festival de musique Pop d'Altamont, l'ambiance fut tout autre, plus "électrique", la violence s'exprimera et se mélangera aux sons des Rolling Stones. Sur une aire immense recouverte d'herbe sèche et jaunâtre, alors qu'un grand nombre de personnes était allongé, endormi ou écoutait la musique que distillaient des hauts-parleurs, la présence de Hells Angels déclencha la violence. De nombreuses rixes se produisirent quelques heures seulement après le début du festival lors de la prestation des Rolling Stones. La violence fut telle qu'une centaine de personnes dut être emportée vers les hôpitaux les plus proches.

Du pacifisme à la violence, le pas avait été franchi. Le mouvement Hippie ne se remettra pas de ce festival et les échos de la presse annonceront le commencement de la fin d'un certain rêve, qui prendra corps, à la disparition de deux figures importantes de la musique Pop : Janis Joplin et Jimi Hendrix. "La révolution culturelle exige que les gens changent leur façon de vivre… Woodstock fut un "voyage" dans l'avenir, la première tentative d'affirmer pleinement l'homme sur la terre…" (Abbie Hoffman).


JEFFERSON AIRPLANE : WHITE RABBIT (Grace Slick, chant - Woodstock, 17 août 1969)

L'un des derniers festivals de musique non-stop dans la mouvance "post-68" dura 2 jours et se déroula en France au circuit du Castelet en 1976 sous le nom de Riviera 76. Bien que l'ambiance fût du genre "revival", c'était bien un après Woodstock, car même si des noms prestigieux comme Joe Cooker (déjà présent à Woodstock), Eddie Palmieri, Stuff, Magma, Passport se trouvaient à l'affiche , la flamme Hippie était bien éteinte.


LA FIN D'UNE ÉPOQUE RÊVÉE

Au début des annéees 70, comme marqué par les drogues nocives, les filous et les trafiquants en tous genres, le mouvement Hippie ne résista pas et éclata. Les temps avaient changé. Une certaine jeunesse qui avait placé ses espoirs dans ce mouvement, ne trouvant pas de repères dans l'avenir ("no future"), devant un système de pensée qui s'essoufflait, se morcelait et surtout à cause de leurs "idoles" protégées par un train de vie différent du leur, n'arrivait plus à s'identifier à ce mouvement. Les problèmes qui se posaient à eux étaient trop éloignés de leurs conditions de vie et ne répondaient plus à leurs attentes et à leurs préoccupations premières. Le public qui assistait au concert avait changé. Déjà, à partir de 1966, nous étions passés de jeunes hystériques aux cheveux courts pour arriver à un public léthargique aux cheveux longs.

À la fin de son existence, appartenir au mouvement Pop, c'était intégrer un monde communautaire toujours en quête d'esthétisme et un monde social qui ne parvenait plus à se trouver et à se construire.


LA SURVIVANCE DE LA POP

Il n'existe pas aujourd'hui de lien direct avec la musique Pop des années 60 et celle qui en porte aujourd'hui l'étiquette. Si quelques groupes ont su traverser les décennies, avec une tonalité nettement commerciale, ils y sont parvenus également grâce à leur talent (Santana, Pink Floyd…). Les autres resteront d'éternels inconnus, sauf pour quelques inconditionnels ou nostalgiques de cette époque.

Si la musique des années 60, voire 70, cherchait une énergie et une originalité à travers une force vitale étroitement liée à la conception d'un autre monde, il n'en est rien aujourd'hui. La musique actuelle est plutôt technique et maniériste. La production actuelle se concentre davantage sur le travail du son ou de la perfection sonore au détriment de la musique vivante de concert. Ce n'est pas seulement une question de coût ou de marketing… c'est également une question de demande qui existe de moins en moins. L'identification de la musique au niveau de l'enrichissement social cède sa place, de plus en plus souvent, à un travail de laboratoire de plus en plus individualiste.

Puisque le mouvement Pop refusait ou critiquait la société de consommation, on pourrait se demander aujourd'hui pourquoi il a été toléré par une politique américaine encore à l'époque enfermée dans des interdits et des préjugés. Ne s'agirait-il pas au fond d'une manœuvre post-industrielle pour imposer aux masses des goûts et des idées en prétendant que ce seraient les leurs ?

Cette "nouvelle culture", même si elle était reliée d'une certaine manière à des circonstances géopolitiques, malgré et à cause des raisons économiques et sociales qui sévissaient durant les années soixante, elle était belle et bien la représentation d'une société de masse basée sur la consommation. La "contre-culture" a voulu s'attaquer à ce système de consommation, mais dans son effort pour se faire reconnaître, elle a échoué ou a été simplement assimilée.

Même si cette vision peut paraître assez simpliste, il faut reconnaître que le mouvement Pop avec sa musique, sa mode, son art a provoqué un changement culturel important non seulement dans la société américaine mais également à travers la planète. Des innovations technologiques importantes ont évolué ou vu le jour à cette époque (les communications, l'utilisation de nouveaux matériaux, l'aérospatiale,…) et continuent encore aujourd'hui à exister, à évoluer pour transformer notre vision de demain.


EN FORME DE CONCLUSION

Ce mouvement artistique, tout en étant le symbole d'un style ou d'un genre spécialisé, est utilisé aujourd'hui par tout le monde. Le "Pop", cette forme d'art aux multiples facettes… musique, décoration, stylisme, peinture, sculpture, etc…est devenue une expression traditionnelle de notre temps, tant son utilisation et toutes les influences qui en découlent sont grandes parmi nous.

Dans une société de consommation, la liberté de l'individu et son identité individuelle sont toujours menacées. Culturellement, nous sommes comme obligés d'accepter une technologie, une production de masse. Si notre bonheur paraît venir de notre identification aux biens de consommation, l'art devient un objet de commerce quelconque. La qualité est subordonnée à la quantité. L'acte créateur cède la place à la technique. Tout ce qui est le plus grand, le plus fort, le plus vendu constitue la société de masse.

Il est difficile aujourd'hui pour un artiste populaire de snober la culture de masse, puisqu'il en fait partie. Le bon ou le mauvais goût n'a pas de valeur absolue, il ne s'implique qu'avec le temps. Il est difficile de dire si ce que nous trouvons vulgaire, aujourd'hui, ne sera pas, demain, l'ultime raffinement du bon goût.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 12/2018)


QUELQUES GRANDS NOMS DU MOUVEMENT POP

  • Adami, Allen Jones, Peter Philips : peinture.
  • Jordan Belson : cinéma.
  • Mary Quant : mode.
  • George Segal : sculpture.
  • Betty Thompson : dessin.
  • Andy Warhol : publicité



MUSIQUE POP : SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE

  • América - A horse with no name
  • Aphrodite's Child - Rain and tears
  • The Beatles - Sgt Pepper's lonely hearts...(alb)
  • Blood Sweat & Tears - Smiling faces
  • Booker T. and the MG'S - Green onions
  • David Bowie - Ziggy stardust (alb)
  • James Brown - Papa's got a brand new bag
  • Buffalo Springfield - For what it's worth
  • Byrds - Mr. tambourine man
  • Cactus - Big mama boogie
  • J.J Calle - Cocaine
  • Canned Heat - Refried boogie
  • Chicago - 25 or 6 to 4
  • Eric Clapton - For your love
  • Alice Cooper - I am 18
  • Cream - Disraeli Gears
  • Creedence Clearwater Revival - Proud Mary
  • Crosby, Stills, Nash & Young - Judy blue eyes
  • Neil Diamond - Jonathan Livingstone Seagull (alb)
  • Donovan - Sunshine superman
  • The Doors - Light my fire
  • Bob Dylan - Mister tambourine man
  • The Eagles - Take it easy
  • Emerson, Lake & Palmer - Tarkus (alb)
  • The Faces - Maggie May
  • Marianne Faithfull - As tears go by
  • Roberta Flack - Killing me softly with his song
  • Fleetwood Mac - Albatros
  • Aretha Franklin - Respect
  • Genesis - Foxtrot (album)
  • Grateful Dead - Aoxomoxoa (alb)
  • Isaac Hayes - Walk on by
  • Jimi Hendrix - Are you experienced (alb)
  • Jefferson Airplane - After bathing at Baxter's (alb)
  • Jethro Tull - Bourrée
  • Elton John - Honky Chateau (alb)
  • Janis Joplin - Pearl (album)
  • Carole King - Tapestry (alb)
  • King Crimson - In the court of the Crimson king
  • Led Zeppelin - How many more times
  • Mama's and Papa's - Monday monday
  • John Mayall - Bluesbreackers (alb)
  • Curtis Mayfield - Superfly (alb)
  • Scott McKenzie - If you going to San Francisco
  • Joni Mitchell - Both sides now
  • Moody Blues - Go now
  • Mothers of invention - Chunga's revenge (alb)
  • Mike Oldfied - Tubular bells (alb)
  • Pink Floyd - Dark side of the moon (alb)
  • Procol Harum - A whiter shade of pale
  • Otis Redding - Satisfaction
  • Carlos Santana - Soul sacrifice
  • Simon & Garfunkel - Sounds of silence
  • Sly and the family stone - Dance to the music
  • Soft Machine - Soft Machine (alb)
  • Sonny and Cher - Bang bang
  • Cat Stevens - Lady d'Arbanville
  • Ten Years After - I'm going home
  • Traffic - Paper sun
  • Ike and Tina Turner - Proud Mary
  • Velvet Underground - White light (alb)
  • The Who - Tommy (alb)
  • Stevie Wonder - Innervisions (alb)
  • Yes - Close to the edge (alb)



MUSIQUE POP : SÉLECTION FILMS

Magical Mystery Tour (The Beatles - 1967) / Monterey pop (concert live - 1967) / Alice's Restaurant (étude sociologique - 1969) / Easy Rider (étude sociologique - 1969) / Performance (étude sociologique - 1970 ) / Sweet Toronto (concert live - 1970) / Woodstock (concert live - 1970) / Gimme Shelter (concert live - 1971) / 200 motels (Frank Zappa - 1971) / Bangla Desh (concert live - 1972) / Pink Floyd a Pompéi (concert live - 1972) / American Graffiti (film sociologique - 1973) / Stardust (film sociologique - 1974) / Nashville (étude sociologique - 1975) - Hotel Woodstock (comment est né le "Festival de Woodstock" - 2009)


À CONSULTER

LA POP-MUSIC, LE GRAND MÉLANGE DES GENRES

LE TOP DES DISQUES ROCK DES ANNÉES 60

LES PLUS BELLES CHANSONS DE L'HISTOIRE DE LA MUSIQUE ROCK ET POP


RETOUR SOMMAIRE