NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


LE SGT. PEPPER’S LONELY HEARTS CLUB BAND DES BEATLES À 50 ANS

Le 1er juin 1967 paraissait un album qui allait faire date dans l’histoire de la rock-music : Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles. Un demi-siècle après, ce disque continue encore de surprendre par son avant-gardisme, tant au niveau des idées musicales que des moyens techniques engagés. Ce 50e anniversaire nous donne l’occasion de revenir sur ce monument sonore si novateur à une époque ou l’audace était de mise.


UN ALBUM CHARNIÈRE DANS LA CARRIÈRE DES BEATLES

Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band est un album charnière dans la carrière des Beatles. Après Revolver paru l’année précédente, les Beatles n’ont plus rien à prouver sur leur légitimité à séduire un vaste public, mais les quatre de Liverpool sont aussi d’insatiables insatisfaits. À l’avant-garde des techniques d’alors et soutenu et conduit habilement par leur mentor, le compositeur arrangeur producteur et ingénieur du son – excuse du peu – Sir George Martin, et dans l’instantané d'un temps qui semble éternel, tout ce beau monde s’active sans relâche dans les studios d’Abbey Road...


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


De sa pochette, de ses chansons, mais aussi de ses prouesses techniques, tout a été dit ou presque sur le disque Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band, y compris que McCartney écoutait en boucle l’album Freak Out ! de Zappa et de ses Mothers of Invention. En nous replaçant dans le contexte de l’époque certains éléments deviennent plus clairs, à commencer par l’arrivée des magnétophones multipistes (à l’époque des 4 pistes) qui, par leurs possibilités, conduisent les Beatles et d’autres groupes phares à rechercher de nouvelles approches musicales.

Bruitages sonores, bande passée à l’envers, incorporation d’effets, etc. n’ont pas fondamentalement déformé la marque de fabrique des « chansons Beatles ». À travers l’écoute de Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band, le groupe a certes évolué, mais tout en conservant son identité première : la mélodie (si chère à McCartney). Aujourd’hui, avec le recul, le disque Sgt Pepper représente pour de nombreux amateurs de pop-music un sommet jamais égalé dans l’histoire de la musique du 20e siècle.


LES SURPRISES DU SGT PEPER’S LONELY CLUB BAND

1 - La production de ce 33 tours (à pochette double) est revenue à 25 mille livres, ce qui pour l’époque est une somme astronomique ! Une des raisons de ce chiffre s’explique par le temps passé en studio : 700 heures… Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band est déjà à l’opposé des disques produits durant l’ère de la pop-music, et qui se résume à un foisonnement de groupes éphémères, à des idées qui se télescopent et à des disques enregistrés à la va-vite !

2 - Contrairement aux albums précédents enregistrés par les Beatles, il ne sera jamais édité de single, même si le disque contient pratiquement que des tubes.

3 - La pochette est signée Peter Blake, un peintre de l’art pop, un équivalent de feu Andy Warhol. De fait, comme "Photoshop" n’existait pas encore, les quatre Beatles en uniforme – façon musiciens de fanfare – ont dû poser au milieu des plantes vertes, du parterre de fleurs et des figures de cires. La finalisation de la pochette aussi folle que surchargée de couleurs vives (comme une Inde qui laisse déjà miroiter ses mirages) est significative de la fureur qui habillait presque tout l’art pop. Cette pochette, cent fois parodiée, est devenue l’une des œuvres d’art parmi les plus iconiques des sixties.


UNE AUTRE FAÇON DE COMPOSER…

À cause et surtout grâce à l’usage des multipistes, la fabrication des chansons a trouvé une nouvelle façon d’exister sans tomber dans l’expérimental (contrairement aux Pink Floyd, travaillant alors dans un studio voisin). Pour obtenir les textures complexes de chansons telles que A Day In The Life, George Martin et les Beatles ont dû enregistrer et mixer séparément une partie des instruments (rythmes, bruitages, orchestre symphonique…) avant d’injecter le résultat sur le master principal (idem pour les voix).

Aujourd’hui, alors que le nombre de pistes n’est plus un frein à la création (même s’il est dommage de constater que cette inflation de possibilités ne s’accompagne pas toujours des mêmes effets côté création), en 1967, un quatre pistes permettait de briser, en quelque sorte, l’enregistrement d’une chanson en direct (orchestre et voix). Avec un matériel aussi préhistorique et des techniques somme toute très artisanales, force est de constater que Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band conserve une certaine fraîcheur 50 ans après sa sortie. Le son est certes dépassé, mais la qualité des chansons, l’idée d’album concept et la multitude de détails enregistrés l’ont comme épargné du temps qui passe.


UNE CONCLUSION DANS UNE ÉPOQUE TROUBLE

En 1967, la Beatlemania décline peu à peu. L’effervescence qui précède la réalisation de Sgt Peper s’éteint depuis que le groupe a tourné le dos à la scène. Les "ex-Fab four" ont bien compris qu’ils sont à un tournant de leur carrière, d’autant plus que des tensions commencent à naître entre eux (surtout entre McCartney et Lennon). Pour les Beatles, la réalisation de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band c’est d’abord un défi lancé à l’industrie du disque en plaçant la barre très haut ; l’intention première étant de se démarquer de leurs concurrents directs (Mick Jagger, admiratif et intrigué par tout le vacarme suscité autour de ce projet, viendra assister à quelques répétitions).

À proprement parlé, Sgt Pepper n’est pas un album concept car il ne raconte pas une histoire de bout en bout (ce qui est devenu au fil des ans la définition première du « concept album »). Toutefois, il propose un éventail cohérent d’ambiances, de personnages et de situations plus ou moins cocasses. La paternité des chansons fera débat car chaque membre rivalisera d’inventivité. Néanmoins, la patte McCartney prédomine, ce qui n’arrange rien dans les rapports humains. La signature de A Little Help From My Friends, Fixing A Hole, Lovely Rita ou encore Getting Better porte le sceau de l’auteur de Yesterday. Reste à Lennon l’écriture de l’un des plus beaux fleurons du disque : Lucy In The Sky With Diamonds.

Quant à A Day In The Life, qui clôt l’album, ce sera l’unique et authentique collaboration entre les deux hommes (McCartney et Lennon, respectivement âgé de 24 et 26 ans, ne composaient plus ensemble depuis un bon moment). Pour les spécialistes, ce A Day In The Life mériterait à lui seul un roman ou une thèse, même si cette pièce qui appartient désormais au patrimoine de l’humanité fut censurée à sa sortie pas la BBC, sous prétexte de références trop explicites à la drogue et au sexe.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 05/2017)


LES CHANSONS DE SGT. PEPPER

  • 01 – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band
  • 02 – With a Little Help from My Friends
  • 03 – Lucy in the Sky with Diamonds
  • 04 – Getting Better
  • 05 – Fixing a Hole
  • 06 – She’s Leaving Home
  • 07 – Being for the Benefit of Mr. Kite !
  • 08 – Within You Without You (G. Harrison)
  • 09 – When I’m Sixty-Four
  • 10 – Lovely Rita
  • 11 – Good Morning Good Morning
  • 12 – Sgt- Pepper’s Lonely Hearts Club Band (reprise)
  • 13 - A Day in the Life

PERSONNEL

The Beatles

  • Paul McCartney : basse, guitare acoustique et électrique, piano, orgue, percussions, chant, effets sonores.
  • John Lennon : guitares acoustique et électrique, orgue, piano, percussions, chant, effets sonores.
  • George Harrison : guitares acoustique et électrique, sitar, tamboura, harmonica, percussions, chant.
  • Ringo Starr : batterie, percussions, piano, harmonica, chant.

Musiciens additionnels

  • · George Martin : clavecin, orgue, piano, harmonium.
  • · Mal Evans : piano, harmonica, harmonium, percussions, chant.
  • · Neil Aspinall : harmonica, tamboura.
  • · Les Asian Music Circle : tabla, dilruba, swordmandel, percussions indiennes.
  • · Le London Symphony Orchestra

Pour le 50e anniversaire de la parution de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, "Apple Records" a eu la bonne idée de remixer le disque en y rajoutant plusieurs « takes » de certains titres (the-beatles-raid-the-vaults-for-sgt-pepper-s-lonely-hearts-club-band

À CONSULTER

L'HISTOIRE DES BEATLES

LES BEATLES ET LA CONTRE-CULTURE

L'ENREGISTREMENT DE L'ALBUM LET IT BE

LES BEATLES SONT À LIVERPOOL

LES BEATLES JOUENT LA CARTE DU STREAMING

JOHN LENNON, DE LIVERPOOL À LONDRES

GEORGE MARTIN, LE MENTOR DES BEATLES


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE