ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT

MUSIQUE DE FILMS


LA SÉRIE DES JAMES BOND ET DE SES MUSIQUES

Cette page est la suite de LE THÈME DE JAMES BOND, SES CHANSONS ET MUSIQUES DE FILMS


JAMES BOND : LIVE AND LET DIE

En principe, quand les producteurs se mettent à réfléchir, le cigare entre les dents, c’est que des événements majeurs vont se produire… Il faut renouveler le concept, se disent-ils. On doit faire appel à des musiciens que les jeunes apprécient. Finis, les Tom Jones, les Josephine Baker, non, je voulais dire les Shirley Bassey. Il faut du rock !… Voyons, à qui pourrait-on proposer la réalisation de la prochaine musique de James Bond… à un musicien anglais de préférence, non ?… Et si l’on faisait appel à l’ancien Beatles, Paul McCartney ? Pourquoi pas !


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Paul McCartney est OK à condition que George Martin soit dans le coup… (Sir George Martin est l’ancien producteur des Beatles, mais également le bidouilleur sonore des derniers albums des Beatles)… D’accord !

La chanson Live and Let die qui est un vrai succès, mais également l’ensemble de la bande son va contribuer au succès du film (dans le film, la chanson phare est également chantée par Brenda Arnau).

Personnellement, je ne connaissais pas la chanteuse Lulu, qui sera l’interprète de la chanson-titre The Man with the golden gun. Cette chanteuse aimée des teenagers sera donc la voix héroïque de L’homme au pistolet d’or (1974).

Passons, passons… L’espion qui m’aimait de Lewis Gilbert (1977) avec la chanteuse Carly Simon et le retour de Shirley Bassey pour sa troisième prestation (elle doit plaire à quelqu’un… c’est sûr !) dans le film Moonraker de Lewis Gilbert (1979). Ainsi, à la poursuite du film suivant, nous aboutissons à Rien que pour vos yeux de John Glen (1983). Dans cenouvel épisode, pour la première fois, apparaît au générique l’interprète de la chanson en chair et en os. Exit le glamour de la pin-up inconnue, la grâce de la chanteuse Sheena Easton jouera à merveille son rôle en faisant passer tout son fluide à l’écran. Personne ne viendra s’en plaindre, surtout pas les producteurs !


LA GUERRE DES BONDS

Mais que se passe-t-il encore ? Roger Moore et Sean Connery en viendraient-ils aux mains ?

(c’est pour le suspense)

Alors que Roger Moore tourne Octopussy, de John Glen (1983) ne voici pas que le vieux Sean Connery souhaite reprendre du service pour sa majesté, avec un titre très évocateur, mais certainement involontaire de sa part, Jamais plus jamais d’Irvin Kershner (1983 - Ce film est une nouvelle version de Opération Tonnerre).

Mais quand est-ce qu’ils vont prendre leur retraite ces deux-là ?… Ils ont plus de cinquante ans. Il est temps que la relève arrive, surtout que côté musical, ce n’est pas terrible ! Rita Coolidge qui, comme les deux héros, n’est pas de première jeunesse chante All time high pour le film Octopussy. Quant à Jamais plus jamais, en faisant appel au trompettiste Herb Alpert et à son épouse Lani Hall, on se demande qui a jugé bon d’une telle association musicale !

Enfin, une jeune recrue est sur le sentier de la guerre des Bonds. L’acteur Timothy Dalton devient le nouveau héros en titre. Certes, son apparence physique est très différente de Sean Connery, il n’a pas la mâle assurance du premier James Bond, mais il a pour lui un âge plus conforme à l’image du héros.

De nouveau, les producteurs souhaitent rajeunir l’effectif des cadres en faisant appel à de jeunes loups affamés. Le trio norvégien A-Ha, qui est déjà à la tête de quelques tubes, ne voit pas d’un mauvais œil une future participation pour un prochain film de James Bond. Quelques retombées médiatiques supplémentaires, c’est toujours bon à prendre ! Titre du film : Tuer n’est pas jouer, 15e film de la série à être réalisé par John Glen (c’est encore lui qui officie aux manettes en 1987).

Cependant, même si John Barry collabore étroitement avec Pal Waaktar, le chanteur et guitariste de la formation, A-Ha jouent les mauvaises têtes en déclarant que le cinéma à la ‘James Bond’ ne les intéresse pas vraiment. Aussi, leur album ‘Stay On These Roads‘ verra une version différente de celle imposée par John Barry. The Pretenders seront également présents et signeront pour ce film deux titres : If there was a man et Where has everybody gone ?.

En 1988, pour le film Permis de tuer réalisé par John Glen (faut-il encore le préciser), les rumeurs les plus folles commencent à circuler… la musique serait confiée à Eric Clapton et Rod Stewart ! Mais qu’en pense le premier intéressé John Barry ? Pas grand-chose. Il est malade depuis le tournage de Tuer n’est pas jouer et il a décidé de se retirer sans avoir reçu aucun insigne d’honneur de la Reine du Canada, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne, d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires, ni du chef du Commonwealth, ni non plus des défenseurs de la Foi. Bref, il faut trouver quelqu’un pour le remplacer. Ce sera Michael Kamen, un habitué des grosses productions américaines. La chanson générique License to kill sera confiée à Gladis Knight, tandis que Patti Labelle chantera la chanson générique de fin If you asked me to.

Mais à présent et si vous me suivez toujours, la place toute chaude de James Bond est en train de refroidir. En effet, Timothy Dalton s’est dit : “Au-delà de deux films dans la peau de James Bond, cela devient dangereux, mieux vaut que je me tire !“. Pierce Brosnan le remplace pour le film GoldenEye de Martin Campbell (1995) (tiens le réalisateur John Glen n’est plus là… aurait-il craqué ?).

Même si le nouveau James Bond malgré son élégance paraît terne face à l’imposant Sean Connery, le nouvel agent secret n’a pas fini d’abattre toutes ses cartes… car voici que se pointe un compositeur enfin français. Petite pointe d’orgueil chauviniste de ma part, pour un musicien qui a déjà composé quelques bonnes musiques de films pour Luc Besson, le dénommé Eric Serra.

Malheureusement, le temps imparti pour la réalisation de la bande-son n’a pas permis à l’ambassadeur musical de Subway ou du Grand Bleu de jouer gagnant. Aussi, regrettera-t-il sa participation à cette nouvelle aventure de James, car, en effet, composer une trentaine de thèmes musicaux en trente jours n’est pas à la portée de tout le monde, surtout lorsqu’on est titillé par une pointe de perfectionnisme de bon aloi !


JAMES BOND, LA FIN QUI N'A PAS DE FIN

Après Golden Eye, un compositeur est devenu omniprésent en inscrivant son nom sur les nouvelles affiches des aventures de James Bond : David Arnold.

C’est ainsi que les musiques des films suivants seront signées par ce jeune compositeur qui a travaillé avec The Clash et Björk :

  • Demain ne meurt jamais (de Roger Spottiswoode – 1997 - Interprétation de la chanson générique par Sheryl Crow).
  • Le monde ne suffit pas (de Michael Apted – 1999- Pour ce film, Sophie Marceau donne la réplique à James).
  • Meurs un autre jour (de Lee Tamahori – 2002 – Madonna écrit et chante la chanson générique Die another day).
  • Casino Royale (dans ce remake moins fantasque et plus sérieux que la version David Niven, c’est Daniel Craig qui tient à présent le rôle de James Bond. You Know My Name écrite et interprétée par Chris Cornell sert de chanson générique).
  • Quantum of solace (de Marc Foster – 2008 – ou quand la chanson générique Another Way To Die joue une nouvelle fois la carte branchée avec Alicia Keys et Jack White).

Voilà la boucle est bouclée, enfin presque, puisqu’un nouveau James Bond (n°23) serait en préparation…

Mais de qui se moque t-on ? De personne, puisque le tiroir caisse continue de résonner et que les scénaristes continuent de trouver des parades à l’ennui. Je ne sais pas si la nostalgie doit s’en mêler ou pas, mais pour moi, les derniers James Bond tournent en rond et les clichés propres aux films de série prennent le dessus.

On ne peut pas impunément tout miser sur des effets spectaculaires ou sur quelques pin-up de circonstance, ni sur une musique stéréotypée pour que le public adhère de façon aveugle. Bientôt 50 ans de filmographie pour un seul personnage, c’est du jamais vu dans le cinéma ! D’ailleurs, le cinéma a-t-il besoin de cela pour se prouver à lui-même qu’il est capable du meilleur comme du pire ?

Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2011)


RETOUR SOMMAIRE