CHANSON


JULIETTE GRÉCO, MONTPELLIER SA VILLE NATALE

Disparue en 2020, Juliette Gréco était attachée à sa ville natale, Montpellier. À l'automne 2012, en clôture des "Internationales de la guitare", la capitale languedocienne lui avait rendu un vibrant hommage et l'avait élevée citoyenne d’honneur...


MONTPELLIER, VILLE CHÉRIE

« C’est ma ville, je suis née à Montpellier. » (1) La voix est intacte, immédiatement reconnaissable. Juliette Gréco livrait de temps en temps quelques bribes de son enfance. Née le 7 février 1927, au 2 rue Doria, dans le quartier des Arceaux, elle n’a pas trois ans quand elle quitte le Clapas.

© Victor Diaz Lamich wikimedia - Juliette Gréco (octobre 2006)

De la ville, la chanteuse conserve en mémoire l’image du Peyrou, la beauté de ces jardins en hauteur... « J’ai une passion pour la nature, l’architecture, l’étrangeté. » dira-t-elle, se souvenant de la charrette du marchand de glaces. « Il disait à sa femme : "fous-y six sous". Je choisissais de la vanille avec des fruits confits. » Quatre-vingts ans plus tard, les détails restaient intacts, comme si le temps n'avait osé ne rien effacer, comme si la mémoire, éternellement disponible, toujours vivace, vous ressourçait à la vie, au temps présent des souvenirs précieux.


UNE FEMME LIBRE ET INDÉPENDANTE

Pour beaucoup de gens, l’interprète de La Javanaise de Gainsbourg était avant tout la muse de Saint-Germain-des-Prés. Elle avait enflammé le Paris de l’après-guerre, côtoyé les plus éminents intellectuels, de Sartre à Merleau-Ponty, et partagé la vie d’artistes comme Miles Davis ou Michel Piccoli. Cependant, contrairement à un grand nombre d'artistes qui s'attachent à des épisodes de leur existence comme à des bouées, la chanteuse n'éprouvait aucune nostalgie. Elle ne se départait jamais de son insatiable curiosité envers les autres : « L’époque est différente. J’ai parfois du mal à comprendre son langage, mais j’avance. Les jeunes qui arrivent sont bouleversants. »

Rien n'est fini, tout s'éclaire justement. Et à 80 ans passés, Juliette Gréco citait le rappeur Féfé comme la chanteuse Melody Gardot, à qui elle fera appel pour son avant-dernier album studio rendant hommage aux Ponts de Paris, « Ça se traverse et c’est beau », en 2012.


JULIETTE GRÉCO : "CES GENS-LÀ" (album "Gréco chante Brel" - 2013)
Dernier album studio de la chanteuse. Les classiques chansons de Jacques Brel totalement réinventées (arrangement Bruno Fontaine).

La scène lui collait à la peau. Elle s'enthousiasmait à l'idée d'interpréter d'illustres auteurs, bien plus que de s'en remettre à sa plume. Cette démarche artistique, elle l'affrontait en étant seule ou presque, le soir venu. Seul son mari et ancien pianiste accompagnateur de Jacques Brel, Gérard Jouannest, partageait quotidiennement la scène avec elle. Pourtant, malgré la longue carrière, quand l'artiste se présentait devant le public, l'émotion la submergeait encore et toujours : « Le chemin, des coulisses à la scène, est une éternité. C’est une grande inquiétude. Malgré le talent des musiciens, des éclairagistes... je suis toute seule. » (1)

Juliette Gréco a traversé la vie avec grâce et un fol amour de liberté. « Je vis au jour le jour, la nuit, la nuit. » affirmait-elle, rajoutant non sans humour « Je fais ce que je veux. Je pense ce que je veux. ». En 2012, la Ville de Montpellier se faisait comme un devoir de rendre hommage à cette artiste qui a si souvent plaidé la cause des femmes, mais également celle des homosexuels. « J’ai l’impression de ne pas avoir été inutile », finira-t-elle par avouer.

1. source : montpellier.fr

Cadence Info (06/2022)

À CONSULTER

JULIETTE GRÉCO INTERVIEW 'MERCI !' L'ULTIME TOURNÉE

JULIETTE GRÉCO ET MILES DAVIS, LEUR IMPOSSIBLE AMOUR

LA DISPARITION DE JULIETTE GRÉCO


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com