MUSIQUE DE FILMS


QUELQUES CHANSONS INOUBLIABLES DU GRAND ÉCRAN

Les chansons utilisées au cinéma ont joué, pour la plupart, un rôle déterminant dans les films qu'elles ont accompagnées, et même après en devenant des classiques. La génèse et les circonstances de leur créations, tout comme leur carrière, nous poussent en tout cas à le croire ! Cette page est la troisième et dernière partie consacrée aux "CHANSONS CÉLÈBRES DU CINÉMA".


DES HISTOIRES DE CHANSON CÉLÈBRES


31 - RAINDROP KEEP FALLING ON MY HEAD - Hal David / Burt Bacharach (Butch Cassidy and the sundance kid - Butch Cassidy et le kid - George Roy Hill - 1969)

Ce western est un peu à part dans le cinéma des années 60. Il est basé sur un duo d'acteur en vogue pour l'époque : Robert Redford/Paul Newman, et d'autre part, il délivre des messages contre les institutions et l'amour en communauté (le film est tourné en pleine révolution Hippie). Le film remporte de nombreux oscars : le scénario, la photographie et la musique, signée de main de maître par un compositeur à succès, Burt Bacharach. La chanson Raindrop keep falling on my head intervient dans le film au moment où Paul Newman réalise des "acrobaties" à bicyclette sous le regard admiratif de Katherine Ross. La chanson au départ devait être interprétée par Ray Stevens, mais en définitive elle sera chantée par Billy Joe Thomas. La version française (Toute la pluie tombe sur moi) sera l'un des plus grands succès de Sacha Distel.


32 - REALITY - Jeff Jordan / Vladimir Cosma (La boum - Claude Pinoteau - 1980)


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Ce film révéla la comédienne Sophie Marceau. Comme souvent, les comédies servent de révélateur aux maux de la société. Dans cette satire gentillette, le conflit de génération, les fugues, le rapport ados/parents dans un milieu bourgeois sont mis en avant. Tous ces ingrédients participeront au succès du film. La bande son, dans l'air du temps, est signée par un habitué du box-office : Vladimir Cosma. Sur des paroles anglaises commises par Jeff Jordan, Réality fut disque d'or au bout de trois semaines. La chanson Your eyes du film La boum 2 (Claude Pinoteau - 1983) et écrite par les mêmes auteurs ne rencontra pas le même succès.


RICHARD SANDERSON : REALITY


33 - THE ROSE - Amanda McBroom (The rose - Mark Rydell - 1979)

The rose est un film porté par la chanteuse/comédienne Bette Midler. Pour sa première apparition à l'écran, elle incarne de façon saisissante le destin tragique d'une pop-star. Le film calqué en grande partie sur la vie de Janis Joplin (sauf la fin, le suicide n'a pas lieu dans une chambre d'hôtel, mais sur scène devant ses fans) vaut à Bette Midler qui incarne le personnage la reconnaissance du public. Bien plus tard, la chanteuse et comédienne rejouera d'autres rôles pour le grand écran, surtout des comédies (Le clochard de Beverly Hills, Y'a t-il quelqu'un pour tuer ma femme ?). La chanson The rose est interprétée dans le film de façon émouvante et fait penser à bien des égards à la voie blues et cassée de Janis Joplin.


34 - THE SHADOW OF YOUR SMILES - Paul Francis Webster / Johnny Mandel (The sandpiper - Le chevalier des sables - Vincente Minnelli - 1965)

Grand succès pour le chanteur de jazz Tony Bennett, The shadow of your smiles est une lente mélodie langoureuse qui sera au répertoire de nombreux jazzmen. Ce film réunissait le couple hollywoodien le plus célèbre des années 60, Richard Burton et Elisabeth Taylor que les spectateurs avaient déjà vus quelques années plus tôt dans César et Cléopâtre. Richard Burton incarnait un pasteur tandis qu'Elisabeth Taylor jouait le rôle d'une artiste. La chanson accompagnait le film dans les moments intimes et amoureux du couple. Elle est reprise à la fin du film, orchestrée de façon symphonique et accompagnée de chœurs.


35 - SHAFT - Isaac Hayes (Shaft - Gordon Parks - 1971)

La bande son révéla le compositeur Isaac Hayes au niveau international. Ce compositeur, ancien saxophoniste de Otis Redding, signe avec la chanson Shaft un hit international (elle reçoit un oscar). L'orchestration est typique de l'époque : roulement de charleston et guitare wah wah. La bande son navigue entre blues, soul et jazz (Café Regio's, Ellie's love thème). Ce film fut tourné à une époque où aux États-Unis la lutte pour l'égalité raciale entre noirs et blancs progressait. Le détective noir devait être un exemple d'intégration dans la société américaine. Au départ, le rôle qui devait revenir à Isaac Hayes, sera confié au dernier moment par les producteurs à Richard Roundtree.


ISAAC HAYES : SHAFT


36 - STAND BY ME - Jerry Leiber / Mike Stoller / Ben E. King

En 1960, Ben E. King, Jerry Leiber et Mike Stoller composent quatre titres en très peu de temps. Parmi ces compositions figurent Stand by me. Le succès est immédiat. Elle est reprise en France par Dalida sous le titre Tu croiras et en Italie par Adriano Celentano sous le titre Preghero. Mais c'est la version originale qui sera utilisée pour le cinéma, d'abord pour The wanderers (Les seigneurs - Philip Kaufman - 1979) et ensuite pour The Flamingo Kid (Le kid de la plage - Gary Marshall - 1984). Elle apparaît curieusement dans un film consacré à la vie de John Lennon (Imagine - Andrew Solt - 1988).


37 - LA VIE EN ROSE - Edith Piaf / Louiguy

Cette chanson célèbre d'Édith Piaf fut adaptée en Angleterre par Frank Eyton en 1947 et aux États-Unis par Mack David en 1950. Les interprétations et adaptations de la Vie en rose sont légion : façon crooner par Dean Martin, façon music-hall par Joséphine Baker ou façon disco par Grace Jones. Au cinéma c'est Édith Piaf en personne qui la chante dans le film Neuf garçons, un cœur (George Freedland - 1947), puis c'est au tour de Marlène Dietrich d'en donner sa version dans le film d'Alfred Hitchcock, Stage Fright (Le grand alibi - 1954). Plus près de nous, Claude Lelouch pour son film Édith et Marcel (1983) ne pouvait pas l'ignorer et l'incorpora à la bande son de son film.


38 - VOLARÉ (NEL BLU DIPUNTO DI BLU) - Domenico Modugno / F. Migliacci

Chanson qui a traversé le temps en de multiples adaptations très éloignées les unes des autres. On l'entend dans le film Don Camillo en Russie (Luigi Comencini - 1965), reprise en cœur par la population leur disant au revoir et dans la comédie musicale Nel blu dipunto diblu (Piero Tellini - 1958). Elle apparaît en France, interprétée par Dalida, sous le titre Dans le bleu du ciel bleu (la chanteuse reprendra la mélodie quelques années plus tard dans une version disco). En 1989, Volaré revient en force dans la comédie Vanille fraise (Gérard Oury) dans une version signée par les Gipsy Kings.


39 - WHAT'D I SAY - Ray Charles

What'd I say est un morceau entraînant empreint de swing, proche dans l'esprit d'un boogie-woogie. Il est né d'une improvisation entre Ray Charles et ses musiciens sur scène. Par la suite, les spectateurs participèrent en répondant aux What'd I Say que ses choristes, The Realetts, entonnaient. Ray Charles l'interprète au cinéma dans le film Ballad in blue (Paul Henreid - 1966) et Elvis Presley la chante dans Viva las Végas (Georges Sidney - 1964). En France, le morceau est écrit par Daniel Hortis et Pierre Saka avec comme titre Est-ce que tu le sais ?. Ce sera le premier grand tube de Dick Rivers et des Chats Sauvages. En 1984, elle réapparaît dans le film Souvenirs, souvenirs d'Ariel Zeitoun (1984 - version Ray Charles) et dans Black Rain (Ridley Scott - 1989).


40 - WHAT'S NEW PUSSYCAT ? - Hal avid / Burt Bacharach (What's new Pussycat ? - Quoi de neuf, Pussycat ? - Clive Donner - 1965)

Dès le générique la voix chaude et puissante de Tom Jones impose la mélodie de What's new Pussycat ? La chanson deviendra rapidement un hit international. Ce film marque les débuts de Woody Allen en tant qu'acteur. Au générique, on peut y voir également Romy Schneider, Peter Sellers et Peter O'Toole. Même si le film ne rencontre pas vraiment les faveurs du public, la chanson et les "wou-ou-wou" de Tom Jones s'imposeront rapidement, surtout auprès des dames qui trouveront dans la voix du chanteur beaucoup de charme et de sensualité.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 03/2019)

À CONSULTER

LA CHANSON AU CINÉMA, DES AIRS POPULAIRES POUR SÉDUIRE


RETOUR SOMMAIRE 'MUSIQUE DE FILMS'
    YouTube