NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

INSTRUMENT DE MUSIQUE


SELMER ET SES INSTRUMENTS A VENT, L'HISTOIRE D'UNE FAMILLE

Rival direct des instruments à vent Yamaha, le fabricant Selmer est surtout célèbre pour ses saxophones et ses clarinettes qui ont résonné aux quatre coins de la planète. Selmer, c’est avant tout une histoire de famille et de générations : Henri, le fondateur, ensuite Alexandre, Maurice, Georges… jusqu’à Jérôme qui entre dans la société en 1998. Leur point en commun : une passion pour la musique et le beau son.

SELMER, DES INSTRUMENTS A VENT HAUT DE GAMME

A la clarinette, Benny Goodman et Michel Portal et . Au saxophone, John Coltrane et Michael Brecker. A la trompette, Louis Armstrong et Francis Hardy… Le point en commun de tous ces musiciens : ils jouent sur des instruments Selmer, tout comme 85 % des artistes, et même 90 % concernant les saxophonistes. Sur ce plan-là, la maison Selmer enfonce tout le monde malgré la rude concurrence en provenance d’Asie.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Dans le secteur des instruments à vent, où la France jouit d'une réputation internationale, Selmer est la firme la plus importante. Elle se classe au premier rang de la facture instrumentale hexagonale. Elle est aussi la plus prestigieuse à l’international. D’ailleurs, Selmer exporte une grande majorité de sa production, jusque dans le fief de l'ogre Yamaha. Un chiffre évoque cela : environ 30% de ses saxophones seront vendus au Japon à partir des années 90.

Bien avant que les instruments asiatiques n’envahissent les studios et les scènes, Selmer était le maître à bord. C’est à Mantes-la-jolie, petite commune située non-loin de Paris où la tradition de la facture instrumentale remonte à Henri IV, qu’Henri Selmer, clarinettiste, implante le décor de cette saga musicale assez unique dans le domaine de la facture instrumentale. C’est en 1919 que l’aventure débute réellement, quand le facteur d'instrument ouvre une nouvelle usine à Mantes. Rapidement, il comprend que pour se développer, il est nécessaire de déléguer et de distribuer les rôles et les tâches. C’est ainsi que la première direction technique sera assurée par ses gendres, Maurice et Henri Lefèvre. Dix ans plus tard, le rachat des ateliers Adolphe Sax permettra à Selmer de devenir le légataire universel du concept du saxophone.

Auparavant, Henri Selmer avait déjà prouvé ses talents de facteur d'instruments et de musicien, tout comme son frère Alexandre qui était devenu clarinettiste en intégrant l’orchestre Philharmonique de Boston. Dès 1898, le virus de l’innovation avait déjà pris place, et Henri Selmer commença à fabriquer ses premières clarinettes ; instruments qui lui vaudront une "Médaille de bronze" à l’exposition de Paris en 1900, puis une "Médaille d’or" quatre ans plus tard à l’exposition Universelle de Saint-Louis (Etats-Unis). C’est d’ailleurs grâce à son frère Alexandre qui monte un premier magasin aux Etats-Unis, que la réputation des instruments Selmer va prospérer outra-atlantique.

QUAND L'HISTOIRE D'AUJOURD’HUI NE RIME PAS AVEC CELLE HIER

Même s‘il y a eu l’aventure de la clarinette en métal (1927), de la guitare, avec notamment le modèle Maccaferri (1932) immortalisé par Django Reinhardt, de la commercialisation du synthétiseur "Clavioline" de Constant Martin (1954) et du "Variospec", un variateur d’impédance fabriqué en collaboration avec le luthier Ernest Ferron (1983), sans oublier le lancement d'une cellule microphonique d’avant-garde, spécialement destinée à l'amplification des instruments à vent (1964), la marque Selmer demeure aux yeux des « souffleurs » la référence des instruments à vent haut de gamme. A ce titre, la sonorité des saxophones altos et ténors modèle Mark VI, produit dans les années 50/60, seront éblouir les nombreux utilisateurs venus du monde jazz comme du monde classique.

A Mantes-la-jolie, les souvenirs du passé remonte parfois à la surface : dans l'usine, ce bureau-là était la chambre de la tante Juliette alors que celle-là était celle de l'oncle Henri... Mais attention ! Selmer n’est pas une entreprise qui voit le passé avec nostalgie. La production ne cesse d’innover et lance régulièrement de nouveaux modèles, comme en 2014, avec cette édition limitée à 500 exemplaires d’un alto pour les 130 ans de la marque. Chez Selmer, le high-tech cohabite avec l’artisanal, et si les machines sont à commandes numériques et l'emboutissage du laiton se fait au marteau à boule, le polissage et la gravure reste le plus souvent sous le contrôle de quelques mains expertes.

SELMER, SANS PEUR ET SANS REPROCHE

Alors aujourd’hui, finalement, qui a peur de Yamaha ? Certainement pas Selmer. A travers les générations qui se sont succédés et ses vingt mille instruments produits par an, la famille Selmer garde le cap. Les capitaux, détenus par une lignée familiale qui compte plusieurs dizaines de membres, sont disséqués, débattus régulièrement sous la houlette des présidents qui se succèdent. Faut-il approuver les comptes ? Oui, non ? Malgré la crise, le rouge serait-il absent du vocabulaire ? C’est un fait : de Yamaha à Selmer, on s’épie jusqu’à produire un bras de fer économique permanent. On observe la capacité d’innovation et de fabrication de chacun, seulement poussé par une soif d’empirisme et de technologie acoustique. Face au terrible sumotori et malgré la mise en garde économique provoquée par la disparition de vieilles maisons de piano telles Pleyel et Rameau, le fabricant Selmer dure et perdure sans jamais avoir concédé un pouce de terrain ou presque.

Par PATRICK MARTIAL (Cadence Info - 06/2015)

A CONSULTER :

L'HISTOIRE DU SAXOPHONE

LA QUALITE SONORE DU SAXOPHONE

LES FACTEURS D’INSTRUMENTS : DU BEAU SON AVANT TOUT

LUTHIER, UN METIER ARTISANAL DE PASSION ET D'EXPERIENCE

MUSICIENS ET FACTEURS, UNE RELATION DE CONFIANCE


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE