NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

MUSIQUE DE FILMS


PIERRE JANSEN, PORTRAIT DU COMPOSITEUR NOUVELLE VAGUE

C’est à partir de 1960 que Pierre Jansen se consacre au cinéma (Les bonnes femmes, de Claude Chabrol). La musique de Pierre Jansen est étroitement liée aux films de Claude Chabrol. Reconnaissable, identifiable dès les premières mesures, sa musique, à la façon de Bernard Herrmann pour Alfred Hitchcock, colle parfaitement à l’univers du petit homme à lunette.


PIERRE JANSEN, DES MUSIQUES DRAMATIQUES À LA TONALITÉ CONTEMPORAINE

« Je pense que la musique de cinéma pourrait être la plus vaste synthèse de toute notre culture musicale ». Rien n’est plus vrai que cette phrase de Pierre Jansen qui résume parfaitement ce que devrait être la musique de films. Le compositeur rajoute : « Qu’elle soit le support ou le prolongement de l’image ou qu’au contraire elle s’y oppose, son contenu cinématographique reste irremplaçable. Mais il faudrait pour cela qu’elle puisse garder toute son autonomie et sa spécificité. C’est donc en se reconnaissant en tant que telle que la musique de film conservera au sein de la bande sonore sa vraie place et sa pleine efficacité. »

Paraphrasant subtilement l'esprit de certaines musiques contemporaines, mais sans jamais en prendre possession totalement, l’art musical de Pierre Jansen a souvent été sous-estimé. En réalité, son œuvre vise à éviter au maximum la déperdition de la valeur musicale quand celle-ci est confrontée au discours cinématographique. Et si musique ne court après des thèmes forts, identifiables à coup sûr, ses orchestrations, tantôt intimistes, tantôt dramatiques, ont toujours su créer une histoire à l’intérieur de chaque film, et c’est peut-être cela le plus important.

À partir des années 70, Pierre Jansen se détachera progressivement du cinéma pour devenir un musicien important à la télévision. Ses collaborations avec Serge Moati et Josée Dayan deviendront des modèles du genre.


PIERRE JANSEN - FILMOGRAPHIE (Sélection)

  • Landru (Claude Chabrol – 1963)
  • La ligne de démarcation (Claude Chabrol – 1966)
  • Que la bête meure (Claude Chabrol – 1969)
  • La décade prodigieuse (Claude Chabrol – 1971)
  • Le pain noir (Serge Moati – 1974 T.V.)
  • La dentellière (Claude Goretta – 1977)
  • Violette Nauzière (Claude Chabrol – 1978)
  • L’état sauvage (Francis Girod - 1978)

PIERRE JANSEN - LES INNOCENTS AUX MAINS SALES


AUTRES COMPOSITEURS 'NOUVELLE VAGUE'

RETOUR SOMMAIRE