NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

MUSIQUE DE FILMS


GEORGES DELERUE, COMPOSITEUR NOUVELLE VAGUE

« Georges Delerue est un homme très intéressant parce qu’il est le plus cinéphile des musiciens ; il est l’un des seuls à comprendre parfaitement bien ce qu’on a voulu faire dans le film Tirez sur le pianiste… Il a écrit une musique que je trouve épatante. » (Cinéma 64). C’est dans ses termes que s’exprimera François Truffaut, l’ami fidèle et éternellement reconnaissant.


UNE ATTIRANCE PARTICULIÈRE POUR LE 7e ART

Comme de nombreux compositeurs travaillant pour le cinéma, Georges Delerue a d’abord été profondément attiré par cet art. Si sa formation première est celle d’un autodidacte, Georges Delerue se dirige très tôt vers un enseignement académique, celui du Conservatoire de Paris. Il sera notamment formé par un précurseur de la musique de films, Darius Milhaud.

Compositeur de très nombreux courts métrages, le musicien développe une carrière dans le domaine du documentaire (Pyramides, Carnac, Invalides, Châteaux de la Loire…), et écrit quelques belles musiques de ballet et de scène comme Renaud et Armide, d’après Cocteau et Our World, dont la partition lui vaut à New York, l’Emmy Award (1967).

Compositeur privilégié du cinéma Nouvelle Vague, Georges Delerue aura l’occasion de travailler avec quelques pointures : Godard, Resnais, Truffaut, Agnès Varda, Georges Lautner et Robbe-Grillet. Le musicien, qui a un sens de la mélodie très développé, est le digne continuateur de l’œuvre laissée par Maurice Jaubert. Tout en conservant son identité musicale première, il sera l’un des rares musiciens à être sollicité par le cinéma Hollywoodien. Les metteurs en scène Mike Nichols et John Huston feront appels à ses services. D’ailleurs, Delerue choisira de s’installer dans la capitale du cinéma américain dans les dernières années de sa vie, s’éloignant à tout jamais d’un cinéma français qui avait fini par le décevoir.

Georges Delerue a écrit une œuvre considérable, alternant entre commandes « alimentaires » et projets d’envergures. Le compositeur aura été à la croisée des chemins en vivant la lente désagrégation de sa profession pour des raisons essentiellement économiques.


GEORGES DELERUE - THÈME DE CAMILLE (du film 'Le mépris')

GEORGES DELERUE - FILMOGRAPHIE (Sélection)

  • Le corbusier (Pierre Kast – 1957)
  • Hiroshima mon amour (Alain Resnais – 1959)
  • Classe tous Risques (Claude Sautet – 1960)
  • Tirez sur le pianiste (François Truffaut – 1960)
  • Jules et Jim (François Truffaut (1961)
  • Cartouche (Philippe de Broca (1962)
  • L’homme de Rio (Philippe de Broca – 1963)
  • Le corniaud (Gérard Oury – 1964)
  • Cent mille dollars au soleil (Henri Verneuil – 1964)
  • Heureux qui comme Ulysse (Henri Colpi – 1969)
  • Jacquou le croquant (Stellio Lorenzi – 1969 T.V.)
  • Les rois maudits (Claude Barma – 1972 T.V.)
  • Calmos (Bertand Blier – 1973)
  • L’amour en fuite (François Truffaut – 1978)
  • Tendre poulet (Philippe de Broca – 1978)
  • Le cavaleur (Philippe de Broca – 1979)
  • Le dernier métro (François Truffaut – 1980)
  • La passante du sans-souci (Jacques Rouffio – 1981)

GEORGES DELERUE - THEME DE CAMILLE (du film 'Le mépris')


AUTRES COMPOSITEURS 'NOUVELLE VAGUE'


À CONSULTER

GEORGES DELERUE BO INÉDITES


RETOUR SOMMAIRE