CHANSON


TROIS LIVRES BIOGRAPHIQUES CONSACRÉS À MICHEL BERGER, FRANÇOISE HARDY ET ANNE SYLVESTRE

Si vous êtes en mal de lecture pour vos vacances, Cadence Info vous propose de découvrir trois ouvrages biographiques consacrés à des figures essentielles de la chanson française : Michel Berger par Yves Bigot, Françoise Hardy, étoile distante, par Marie-Dominique Lelièvre et Anne Sylvestre, une vie en vrai, par Véronique Mortaigne.


MICHEL BERGER

© Seuil

Le monde est stone de l’opéra rock Starmania, Quelque chose en nous de Tennessee, composé à l'intention de Johnny Hallyday, La groupie du pianiste et Ella, elle l’a, interprétées par sa compagne d'alors France Gall, toutes ces chansons servies par des interprètes talentueux sont nées de l'imagination fertile de Michel Berger. Cet admiratif de Gershwin, fasciné autant par la soul de Ray Charles que le rock des Beatles, a marqué de son sceau la chanson française des années 70 et 80.

Yves Bigot l’a bien connu. L'ancien directeur des programmes de France 2 et de RTL, mais également patron de plusieurs maisons de disques, a longuement interrogé ses proches pour conforter la biographie de l'artiste disparu : Bernard de Bosson, Grégoire Colart, Pierre Lescure, Bernard Saint-Paul, mais aussi ses fidèles musiciens, le claviériste Serge Perathoner et le bassiste Jannick Top. Yves Bigot raconte la vie artistique et privée de son ami en toute simplicité, n'hésitant pas à l'enrichir de nombreuses anecdotes.

Cette édition « augmentée » retrace le destin hors du commun de cet artiste touche-à-tout, qui n’était pas seulement l'auteur-compositeur, pianiste et chanteur bien connu, mais aussi un concepteur réalisateur et scénographe de spectacles, un producteur et directeur artistique qui travaillait dans l'ombre d'autres artistes. Disparu en août 1992, son grand mérite est d’avoir contribué à faire chanter la France à travers ses tubes intemporels.

('Michel Berger', par Yves Bigot. Seuil, 390 p., 21 € - Date de parution : 18/03/2022).


MICHEL BERGER : ‘ÉCOUTE LA MUSIQUE’ (1974)

FRANÇOISE HARDY, ÉTOILE DISTANTE

© Flammarion

Égérie des années 60, Françoise Hardy traverse les générations de sa plume habile. La biographie de la journaliste Marie-Dominique Lelièvre, Françoise Hardy, étoile distante, révèle bien des choses sur cette artiste discrète, décrivant des débuts marqués par son désir de chanter à tout prix. Les rencontres nombreuses, parfois éphémères, de Salvador Dali à Mick Jagger, jusqu’à Bob Dylan en passant par la mode et le cinéma, sont insuffisantes pour décrire comme un roman la véritable vie de la chanteuse, d'autant que c’est au cœur des événements familiaux que se sont noués et développés la personnalité de Françoise Hardy. Néanmoins, l'auteure livre quelques anecdotes pour dépeindre au plus juste chaque époque de sa carrière. Par exemple, on y apprend que du temps des yé-yés, sa capacité d’être à la fois auteur, compositeur et interprète, lui avait permis, contrairement à ses amis Sylvie Vartan et Sheila, qui ne percevaient que leur part d'interprète, de toucher 100 % des revenus.

« Hardy c'est l'étage au dessus », dira le trublion de l'ORTF, Jean-Christophe Averty. Pourtant, rien ne la prédisposait à la célébrité. Artiste déroutante, d'un destin qui aurait pu tout autant ne pas s'accomplir, la silhouette frêle et longiligne, forte d'une personnalité déterminée, s’efface dès que l’on écoute ses pépites discographiques, mariant pour les unes des chansons bien ancrées dans leur époque (album Musique Saoule, en 1978), et pour d'autres, des désirs qui ne manquent pas d'audaces (album La question, en 1971).

Marie-Dominique Lelièvre nous offre ici un autre versant de la chanson française vu à travers le parcours d'une artiste peu conventionnelle. Pour se faire un nom, Françoise Hardy a traversé sa carrière en empruntant des voies inhabituelles. Aucun interprète n'a su, en effet, aussi habilement qu'elle, incarner une façon d'être, une modernité à l'élégance rare dont la portée court maintenant depuis plus d'un demi-siècle.

('Françoise Hardy, étoile distante', par Marie-Dominique Lelièvre, Flammarion, 304 p., 21,50 € - Date de parution : 02/02/2022).


FRANÇOISE HARDY : ‘LE TEMPS DE L’AMOUR' (1962)

ANNE SYLVESTRE, UNE VIE EN VRAI

© Équateurs

Cette biographie décrit, sous la plume habile de la critique musicale Valérie Mortaigne, celle qui fustigeait avec drôlerie un monde peuplé « d’étagères qui se prennent pour des gens / Tout bien rangé dans la tête »«  », la bien-nommée Anne Sylvestre. Disparue en 2020, elle demeurera jusqu’à la fin de sa vie cette artiste discrète qui ne courait pas après la “rentabilité médiatique”. Sa préférence allait à « ceux qui doutent », à « ceux qui paniquent ». Dans ces mots d’auteur, l’humour, la dérision étaient souvent au rendez-vous. Quand, à l'occasion, son brin de râleuse prenait le dessus, elle s’en échappait en contant ses Fabulettes destinées aux enfants ; des chansons pour « éviter la casse » due à une société prompte à nier la différence.

Se jugeant comme une « révoltée compatible », elle était la fille d’un collaborationniste notoire et avait les drapeaux et les discours populistes en horreur. Véronique Mortaigne, ex-journaliste du Monde, connaissait bien Anne Sylvestre. Son livre n’est pas avare d’anecdotes. De même, son récit saisit parfaitement les dimensions de cette artiste, en décrivant les fêlures, mais aussi les combats de cette résiliente pleine de malices. À travers un discours construit en jeux de miroirs, la journaliste tisse les fils d’une histoire très personnelle, du renouveau féministe au Bataclan.

('Anne Sylvestre, une vie en vrai', par Véronique Mortaigne, Équateurs, 220 p., 20 € - Date de parution : 27/04/2022).

Cadence Info (07/2022)


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

FB  TW  YT