NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


NATALIE DESSAY,
UNE RENCONTRE AVEC MICHEL LEGRAND

La soprano Natalie Dessay a passé près de vingt ans à interpréter quelques grands airs de l’opéra. Bach, Bellini, Brahms, Debussy, Haendel ou Mozart sont quelques-uns des compositeurs qui ont mis en valeur sa voix légère et aérienne. Aujourd’hui, elle a envie de vivre autre chose, de chanter de la variété, de se produire peut-être au théâtre et de voyager… En novembre 2014, elle a sorti un double album rassemblant en trait d’union un répertoire composé de grands airs classiques (La traviata de Verdi, Les filles de Cadix de Delibes, La Messe en Ut mineur de Mozart,…) et des chansons où prédominent Carlos Jobim, Cole Porter et Michel Legrand.


UNE TRANSITION MUSICALE DESIREE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


natalie dessay et michel legrand

En ayant passé près de vingt ans à explorer le répertoire de l’opéra, Natalie Dessay ressentait le besoin de changer de cadre, d’aspirer à autre chose. Sa rencontre avec le compositeur de musique de films et auteurs de nombreuses chansons célèbres Michel Legrand sera déterminante. Convaincu qu’il existe une sorte de passerelle entre classicisme et modernisme, grandeur et légèreté, Natalie Dessay a été dès sa jeunesse imprégnée par la chanson, de façon naturelle. C'est cette passion première qui, plus tard, l’incitera à en faire un métier et, si aujourd’hui, elle a cessé provisoirement son activité de chanteuse d’opéra, peut-être en raison de la pression exercée et des rôles de jeune fille éplorée que sa tessiture vocale lui avait imposée, Natalie Dessay aborde la mélodie légère avec sérénité et délectation.

Cette grande chanteuse lyrique a fait beaucoup pour la démocratisation du genre en développant à son avantageuse et mieux que d’autres un véritable jeu de comédien. A force de travail, elle a acquis dans le domaine du chant lyrique un talent brut, presque intuitif, ce qui l’a poussé à aller voir ailleurs, à vivre d’autres vibrations, d’autres émotions.

Avoir pour guide Michel Legrand quand on souhaite aborder un répertoire contemporain, on pourrait tomber plus mal ! La première fois, elle le rejoint sur scène pour une relecture des Parapluies de Cherbourg, célèbre comédie musicale des années 60 qu’elle a découvert dès ses jeunes années. Une œuvre totalement chantée de bout en bout qui lui a permis de se montrer au public sous un nouveau jour.

Natalie Dessay, qui n'a jamais caché sa passion pour la comédienne Nathalie Wood, est d'abord une jeune femme à l'ambition dévorante, qui s’est rêvée d’abord danseuse et trapéziste, une discipline qu’elle a expérimentée lors d’un récent "Gala de l’Union" en chantant du Michel Legrand suspendu à un trapèze. Est-ce cette audace dans les airs qui lui a donné des ailes ? Toujours est-il qu’elle ne se refuse rien ou presque rien en chantant, par exemple, des standards de musique brésilienne dans un spectacle pour le moins inhabituel qu’elle donna en 2014 au cours d’une tournée intitulée "Rio/Paris". Natalie était alors entourée de la comédienne et réalisatrice Agnès Jaoui et de la chanteuse et comédienne Helena Noguerra. Accompagnées à la guitare par Liat Cohen, elles interprétaient un répertoire comprenant, entre autres, des chansons de Carlos Jobim, de Baden Powell et de Joao Gilberto. La même année, dans un autre registre, elle sera la voix malicieuse de Gabi, la petite grenouille du film d’animation Rio 2 de Carlos Saldanha.

Le Cinéma (Claude Nougaro)
Chanson de Delphine à l'Ancien (Les Demoiselles de Rochefort)
Papa can you hear me (Yentl)

Rien ne semble vouloir arrêter cette chanteuse comédienne, brouillant les pistes à volonté, comme si elle craignait que son passé de chanteuse d’opéra ne la rattrape un jour. Bourrée de talent et plein de surprises, elle étonne sans détonner, naviguant au cœur de différents rouages artistiques.


UNE RENCONTRE DECISIVE

Toute jeune, Natalie est pleine d’entrain, la musique classique, elle la découvre en piochant dans l'énorme coffret de disques de ses parents réunissant des dizaines d’œuvres célèbres et moins célèbres. Si la musique de Mozart l’attire tout de suite, par la suite, elle devient sensible aux musiques de Chopin et de Tchaïkovski quand elle les entend inlassablement au moment des exercices à la barre. Natalie rêve de devenir une danseuse étoile, mais elle doit admettre à l’âge de 13 ans qu’elle n’en a pas les qualités. Le rêve éteint, la souffrance s’immisce dans le cœur de la jeune adolescente se demandant sans cesse ce que serait son avenir, et si à 18 ans, le théâtre lui apporte une certaine assurance, une certaine confiance en elle, c’est à vingt ans qu’elle commence à construire les premiers pas de sa future carrière de chanteuse. Dès lors, l’avenir semble tout tracé…

Michel Legrand, elle le découvre à travers le film de Jacques Demy, Peau d’âne (1970). La version chantée de ce conte populaire marquera la petite fille qu’elle était, et lui fera découvrir le cinéma sous un jour nouveau. L’univers de Demy et des musiques de Michel Legrand sont pour elle le versant essentiel d’un art populaire de qualité, si bien que sa rencontre avec le compositeur des Parapluies de Cherbourg ou des Demoiselles de Rochefort marque un nouveau départ. Alors que sa carrière avait été consacrée à la façon d’un sacerdoce au répertoire d’œuvres classiques, maintenant son répertoire se transformait en un florilège de chansons célèbres grâce à la reconnaissance de celui qu’elle admirait tant depuis son enfance.

Michel Legrand est la rencontre d’une vie, d’une carrière, pour une chanteuse qui n’est pas du sérail, qui a abordé la musique à travers le conservatoire de Bordeaux et qui a suivi une tout autre voie que son illustre accompagnateur. La chanteuse ne se considère pas comme une musicienne aguerrie. Bien qu’étant considérée dans le milieu de l’opéra, elle est très heureuse du regard que lui porte le célèbre compositeur.

Natalie Dessay se définit comme une bosseuse, comme un être qui a toujours abordé l’art du chant avec discipline, mais aussi avec de la curiosité, jusqu’au moindre détail, ne lâchant jamais rien au hasard pour progresser sans cesse et donner le meilleur d’elle-même quelles qu’en soient les circonstances. Pour elle, l’idéal se trouve dans les répétitions, dans ces moments où l’on n’a rien à prouver aux autres si ce n’est à soi-même, dans le plaisir de faire, de chercher la bonne intonation, l’idée maîtresse, la bonne justesse et d’oublier pour un temps ce fameux tract qui vous poursuit quand vous êtes sur scène.

Artiste sensible ; sensible aux textes bien écrits et aux mélodies accessibles, comprenez par-là aux mélodies qui attirent et séduisent l’oreille, la chanteuse est naturellement attirée par les voix, les graves comme les aiguës, de la plainte de Tom Waits au timbre brisé de Billie Holiday en passant par l'interprétation émouvante d’un Jacques Brel.

En dehors de ses activités professionnelles, Natalie Dessay est une personne qui voyage beaucoup, cédant à l’occasion de son temps libre pour s’associer à des causes, comme "La chaîne de l’espoir", une ONG française d'aide à l'enfance dont elle est devenue l’ambassadrice (1). Natalie Dessay : « Il faut aider partout où l’on peut, même chez nous en France. Il y a eu "Charlie" et il y a beaucoup de questions qui émergent. Ce que je sais, c’est que la solution est dans l’éducation. Plus les gens sont éduqués, plus ils peuvent être libres. »

1 - "La Chaîne de l'Espoir" est une ONG française travaillant dans les domaines de la santé et de l'éducation. Cette ONG a développé un programme en Inde via une association locale nommée TABAR.

Par Elian Jougla - 03/2015


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE