ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

JAZZ ET INLUENCES


QUATRE LIVRES AUTOUR DU JAZZ

JAZZ LADIES/LE ROMAND'UN COMBAT - STÉPHANE KOECHLIN

Le roman ‘Jazz Ladies/Le roman d’un combat‘ est un livre instructif concernant la place de la femme dans la musique jazz. Son auteur, Stéphane Koechlin, est chroniqueur musical au journal Le Figaro. Après avoir écrit une biographie sur le bluesman John Lee Hooker, Stéphane Koechlin dépeint dans ‘Jazz Ladies/Le roman d’un combat’ le sacrifice de quelques artistes féminines qui, par courage et ténacité, se sont battues pour faire valoir leur droit.

Si des personnalités comme Lil Hardin et Valaida Snow sont aujourd’hui oubliées, elles ont ouvert une brèche dans un monde artistique où l’autorité masculine était roi ; donnant l’occasion aux plus courageuses et téméraires de se frayer un chemin vers la célébrité : la grande dame du blues Bessie Smith, la pianiste et chanteuse Mary Lou Williams, la poignante Billie Holiday ou l’éternelle Ella Fitzgerald.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


D’abord considérées comme séductrices (voire rabatteuses) en chantant dans les grands orchestres, les chanteuses de jazz ont progressivement franchi les différentes étapes qui les séparaient des conditions artistiques des hommes, jusqu’à devenir leur alter ego. Plus tard, elles deviendront des militantes des droits civiques avant d’être enfin reconnues, dans les années 60/70. Des chanteuses d’aujourd’hui comme Diana Krall ou Norah Jones sont quelque part le reflet de ce combat pour la libération de la femme.

Pointant du doigt le racisme et la misogynie, Stéphane Koechlin prend soin de tout remettre dans son contexte historique, son récit étant appuyé par de nombreuses photographies. Toutefois, ce livre n’est pas destiné aux spécialistes du jazz, mais plutôt à ceux qui souhaitent comprendre la lente émancipation de la femme de couleur aux Etats-Unis.

Jazz Ladies/Le Roman d’un combat, par Stéphane Koechlin - Hors Collection éditions, 159 pages.


LES MAITRES DU JAZZ - LUCIEN MALSON

Lucien Malson est connu depuis longtemps des auditeurs de France Musique pour ses chroniques sur le jazz. Membre de l’Académie Charles-Cros et fondateur des Cahiers du jazz, Lucien Malson, en intellectuel passionné, décortique mot à mot son amour pour le jazz.

Connaissant parfaitement son histoire, d’Armstrong à Miles Davis, en passant par Parker ou Duke Ellington, son livre nous invite à découvrir de façon rigoureuse les différentes étapes de cette musique si riche et si contrastée. ‘Les maîtres du jazz‘ est une réédition revue et augmentée de plusieurs chapitres inédits (le livre a connu dix éditions successives aux Presses Universitaires de France - la première édition datant de 1972).

‘Les maîtres du jazz’ s’adresse à un large public. Vous y trouverez treize figures importantes de l’histoire du jazz et du blues analysées et commentées : King Oliver, Louis Amstrong, Sidney Bechet, Fats Waller, Duke Ellington, Lester Young, Billie Holiday, Charlie Parker, Stan Getz, Thelonious Monk, Miles Davis, John Coltrane et B. B. King.

Les Maîtres du jazz, par Lucien Malson - Edition Buchet-Chastel, 238 pages.


LA PREUVE PAR NEUF - ALAIN PAILLER

Avec son livre intitulé ‘La preuve par neuf‘, l’auteur Alain Pailler nous plonge dans l’univers du trio jazz. Les pianistes Teddy Wilson, Ahmad Jamal et Duke Ellington sont les heureux élus de cet ouvrage. Les puristes du jazz trouveront certainement regrettable un tel choix. Sans doute, auraient-ils préférés les trios de Art Tatum, Nat King Cole, Erroll Garner, Oscar Peterson ou Keith Jarrett, plus représentatifs du style à leur yeux (l’auteur aurait-il déjà prévu cette éventualité dans un prochain ouvrage… peut-être bien !)… Mais ne boudons pas notre plaisir, car Wilson, Jamal et Ellington sont des personnalités intéressantes, et chacun d’eux a enregistré quelques disques passionnants.

Pourquoi parler du trio ?… Pour un pianiste de jazz, le trio représente un terrain expérimental de choix. Il trouve dans la contrebasse, une complémentarité qui libère la main gauche et dans la batterie, le fil conducteur de ses accents harmoniques. Tantôt impulsif ou posé, le son du trio dessine ses tableaux sonores : méditatif, chez Ahmad Jamal, cadencé, avec Teddy Wilson et impulsif sous les doigts de Duke Ellington.

Pour Alain Pailler, il ne s’agit pas de décrire à la façon d’une étude approfondie l’art et les règles de fonctionnement musical du trio jazz, mais plutôt d’exprimer un point de vue personnel sur l’amour qu’il porte à cet assemblage parfois magique. L’auteur évoque ainsi les liens de complicité qui se tissent entre les musiciens, comme pour Teddy Wilson quand il joue en compagnie du batteur Jo Jones, avançant main dans la main.

Puis, vient le tour de Duke Ellington, dont les rares enregistrements en trio démontrent qu’il n’était pas seulement un brillant chef d’orchestre, mais également un pianiste au jeu très personnel. Que ce soit en compagnie de Charles Mingus et de Max Roach (excusez du peu) ou de Sam Woodyard et de Aaron Bell (deux musiciens de l’orchestre du Duke), on serait tenté de regretter l’aventure des trios « Ellingtoniens », tant à l’écoute, le côté “faussement moderne” du pianiste fait merveille. Alain Pailler complète le portrait du pianiste en relevant quelques traits de sa personnalité, comme sa fascination pour l’Afrique ou son amour pour la Nouvelle-Orléans.

Quant à Ahmad Jamal c’est, des trois pianistes, celui qui est resté le plus fidèle au trio (ce genre de formation demeure encore aujourd’hui sa carte maîtresse). Ahmad Jamal a su créer son propre univers sonore autour de quelques accompagnateurs fidèles : le guitariste Ray Crawford, mais surtout le contrebassiste Israel Crosby et le batteur Vernell Fournier avec qui il formera son trio légendaire. Si le pianiste n’a pas une grande expérience d’accompagnateur (comme Teddy Wilson), il est de ceux qui ont porté à son plus haut niveau d’expression l’art du trio. Son jeu économe, basé sur les silences et les accents syncopés, se retrouve dans ses disques. Ecoutez « Poinciana » et vous comprendrez !

Même si 3 fois trois trios égalent neuf, Alain Pailler ne peut s’empêcher d’évoquer l’inévitable trio du pianiste Bill Evans dans son coda final. Par une courte évocation, il met en lumière les trios les plus mythiques du pianiste… Celui de Scott Lafaro (b) et Paul Motion (drms), de Eddie Gomez (b) et Marty Morrell (drms), et enfin le plus récent, composé de Marc Johnson (b) et de Joe LaBarbera (drms).

La preuve par neuf, d’Alain Pailler – Edition Rouge profond – distribué par Harmonia Mundi.


HISTOIRE DES MUSICIENS (DU JAZZ AU WORLD BEAT) - COLLECTIF

‘Histoire des musiciens‘ n’est pas à proprement parler un livre sur le jazz, mais un livre ouvert sur la musique dite “vivante”. Les musiques pop, blues ou world beat y sont souvent commentées, sans y être forcément critiquées.

‘Histoires de Musiciens‘ rassemble une collection des meilleures entrevues parues entre 1991 et 2005 dans le magazine Vibrations. La parole est donnée aux artistes, ce qui permet au lecteur de découvrir leur façon de travailler, de mieux comprendre leur rapport avec la musique et la vie… et parfois même de “tripper” avec eux sur du n’importe quoi !

Pour un féru de musique, c’est l’occasion rêvée de fréquenter tout un tas de grosses pointures comme Sun Ra (jazzman marginal), Fela Kuti, George Clinton, Tom Waits (interview conduite par le réalisateur Jim Jarmush) ou John Coltrane (ressuscité dans la revue le temps d’un article).

Histoires de musiciens, Collectif, Infolio, 303 pages.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2011)


RETOUR SOMMAIRE