JAZZ ET INFLUENCES


LES FESTIVALS POPULAIRES DE JAZZ EN FRANCE

De nos jours, les affiches des festivals français n’ont pas à rougir de leurs homologues américains. Les gens s’y rendent en nombre. La France a depuis longtemps rattrapé son retard et fait preuve d’un réel dynamisme...


LE JAZZ DÉBARQUE EN FRANCE

Contrairement aux États-Unis, l’histoire des festivals de jazz en France ne s’est pas construite pour les mêmes raisons. Après le débarquement des GI en juin 1944 et la fin de la guerre, la jeunesse française ne souhaitait qu’une seule chose : oublier la disette et s’amuser. Les musiciens américains étaient si bien accueillis que certains d'entre eux sont restés.

Dans les dancings, les Français se défoulaient aux sons des trompettes, des saxophones et des rythmes syncopés, tandis que l’accordéon s'imposait toujours dans les bals populaires. Cette effervescence "jazzy", si soudaine, n’aura qu’un temps, et si l’on excepte la capitale, le jazz sera mis à la trappe comme étant la preuve vivante d’une musique encore incomprise du plus grand nombre.

Une question d’héritage et d’éducation, sans aucun doute, et dont la seule preuve vivante du jazz français se résumait encore à l’image de Django Reinhardt, de son ami Stéphane Grappelli et du déjà ancien orchestre de Ray Ventura.

Dominés et influencés pendant trop longtemps par les musiciens américains, c’est pourtant à leur contact que des musiciens français seront reconnus par leur façon de faire sonner leurs divers instruments. De très nombreux disques en témoignent. Au cours des vingt années qui suivent la fin de la guerre, jusqu’aux portes de la musique pop, les musiciens de jazz français, restés trop longtemps enfermés pour avoir été d'habiles revivalistes (Claude Luter, Maxim Saury, Marc Laferrière, etc.), vont gravir les échelons jusqu’à produire un jazz émancipé de toute emprise, doté d’un son et d’une approche artistique singulière.

Relayée en France par le “Nice Jazz Festival” dès 1948, le jazz va pourtant mettre du temps à rayonner sur le territoire et à rencontrer son public. Fort heureusement, l'évolution et la diversité des goûts musicaux, mais aussi la prise en main d'un jazz débarrassé du dictat américain par des musiciens français ont fait le reste. Le résultat, nous ne pouvons que le constater à travers les festivals qui ont pris possession du territoire dès les années 50 et dont vous trouverez, ci-dessous, les plus représentatifs.


'JAZZ À JUAN' ET 'NICE JAZZ FESTIVAL', LES RÉFÉRENCES

© Benoit Darcy (wikimedia) - La scène du "Nice Jazz festival" en 2002.

Ce n’est qu’à partir des années 60 que naîtra, dans la banlieue cossue et touristique d’Antibes, "Jazz à Juan". Après plus d’un demi-siècle d'existence, le festival a vu défiler les plus grands noms du jazz international. Dans la fameuse Pinède Goulde, sur cette scène qui tourne le dos à la mer méditerranée, Louis Armstrong, John Coltrane et Ella Fitzgerald sont entrés dans la légende en improvisant des duos avec Ray Charles, Miles Davis ou Sonny Rollins, confrontant leurs approches du jazz dans des joutes mémorables. Même le rock, à l’image de Joe Cocker et de Chuck Berry, trouvera une petite place pour faire entendre sa différence. Ce lieu, connu internationalement, reste un endroit prestigieux et il incarne la survivance du jazz en étant sa grande mémoire.

En savoir + : JAZZ À JUAN

Avec ses magnifiques scènes que sont les arènes de Cimiez, “Jardin” et “Matisse”, situées près d’un couvent, le "Nice Jazz Festival" demeure le navire amiral de la Côte d’azur. Depuis sa toute première édition, en 1948, qui en fit le premier grand festival international au monde, celui-ci devait s’interrompre pendant vingt-trois ans pour renaître en 1971… Mais ce n’est que trois ans plus tard, sous l’impulsion du producteur américain George Wein, que le festival décolla avec sa "Grande Parade du Jazz", dont se souviennent encore les anciens avec nostalgie. Sous sa forme actuelle, et suivant l'orientation musicale prise par d’autres festivals, le "Nice Jazz Festival" pratique l’ouverture depuis les années 1990 en offrant des concerts de musique soul et même rock. Toutefois, son côté fourre-tout et tonitruant contraste avec l’intimité de "Jazz à Juan".

En savoir + : NICE JAZZ FESTIVAL


LES AUTRES FESTIVALS DE JAZZ

BANLIEUES BLEUES

Né en 1984, sur une volonté du département de la Seine-Saint-Denis, le festival "Banlieues bleues" s’est imposé comme le rendez-vous jazz important du printemps, entre mars et avril. Au début, les concerts avaient lieu dans des gymnases, des salles des fêtes, puis l’équipement s’est amélioré et, aujourd’hui, le public répond présent pour découvrir les meilleures signatures de la musique jazz actuelle.

En savoir + : BANLIEUES BLEUES

FESTIVAL DJANGO REINHARDT

C’est dans le lieu situé sur la petite île de Samois (Fontainebleau) où avait élu domicile Django - et où il décéda en 1953 - que des héritiers de son style décidèrent de se réunir pour jouer en hommage à leur idole. Ce qui était au départ une réunion informelle de passionnés, qui durait le temps d’un week-end, allait devenir peu à peu un rendez-vous international du jazz. Désormais, au mois de juin, et pendant trois jours, c’est au bord de l’eau que les musiciens se rencontrent et donnent à leurs six cordes une lecture de tout un patrimoine chargé de nostalgie.

En savoir + : FESTIVALL DJANGO REINHARDT

© Myrabella (wikimedia) - Le Kamlot quintet lors de la 30e édition du festival Django Reinhardt à Samois-sur-Seine, en 2009.

JAZZ À SÈTE

Adossé à la Méditerranée, le Théâtre Jean Vilar, baptisé “Théâtre de la mer” par les Sétois, offre au public une vue plongeante à la fois sur la scène et sur l’immensité de la mer. Fondé en 1985 par un musicien passionné, le guitariste de jazz Louis Martinez, il convie les grands noms du jazz et fait résonner les notes, les voix et les instruments sur l'Île Singulière si chère à Georges Brassens. Durant une semaine, au mois de juillet, "Jazz à Sète" orchestre sept jours de production avec plusieurs plateaux en soirée, et une programmation « off » gratuite et accessible à tous.

En savoir + : JAZZ À SÈTE

JAZZ À VIENNE

Ce festival se déroule entre les mois de juin et juillet dans le Théâtre antique de la ville. Ses vertigineuses tribunes, presque à la verticale, impressionnent toujours les musiciens, car le public - ce “mur d'humanité", comme l’a dit si joliment Claude Nougaro -, forme une sorte d’« hydre à mille têtes » qui monte vers le ciel. Créé en 1978 par un animateur de France Inter, Jean-Paul Boutellier, "Jazz à Vienne" peut se prévaloir d’un palmarès exceptionnel, jusqu'à devenir une référence en matière d'ouverture. La chaîne M6 le comprendra très bien en transmettant de 1987 à 2003 les moments forts du festival à travers l’émission "Jazz 6" présentée par Philippe Adler.

En savoir + : JAZZ À VIENNE

JAZZ EN TÊTE

Se déroulant à Clermont-Ferrand au mois d’octobre depuis 1988, "Jazz en Tête" a été fondé et dirigé par un passionné, Xavier Felgeyronnes. Dévoué au vrai jazz sans concession et ménageant un vrai confort d’écoute dans sa maison de la culture, ce festival a vu passer quelques têtes d’affiches parmi lesquelles figurent d’éminents spécialistes : le trompettiste Miles Davis et les pianistes Herbie Hancock, Chick Corea et McCoy Tyner

En savoir + : JAZZ EN TÊTE

© Guérin Nicolas (wikimedia) - Festival "Jazz in Marciac" (2008)

JAZZ IN MARCIAC

Comment transformer un village du Gers et sa bastide du 13e siècle en capitale culturelle ? C’est ce qu’un élu local, Jean-Louis Guilhaumon, a réussi en créant en 1978 un festival œuvrant à populariser la musique de jazz. Si au départ, le projet semblait assez fou, aujourd’hui "Jazz in Marciac" est devenu l’un des plus importants rendez-vous estivaux. Un temps voué au jazz New Orleans, il a dû s’orienter vers des musiques de jazz plus populaires. Le grand chapiteau, dressé sur un champ et contenant 5 000 spectateurs, fait presque toujours le plein. Au-delà d’une programmation élogieuse, le festival tisse, dans les écoles locales, les structures d’un véritable maillage jazz en organisant des masters class ; un bon point qui conforte le désir de devenir une référence sociale et culturelle.

En savoir + : JAZZ IN MARCIAC

PARIS JAZZ FESTIVAL

Depuis 1993, au mois de juin, la capitale possède son festival. Le lieu convivial, situé au Parc Floral, à Vincennes, permet aux Parisiens d’assister aux concerts, gratuitement, sous un chapiteau après avoir payé l’entrée du parc. Le grand orchestre de Marsalis et le pianiste Chucho Valdès s’y sont produits. Désormais très populaire, le "Paris Jazz Festival" coïncide avec l’arrivée des jours de beau temps, ce qui apporte une petite touche non négligeable !

En savoir + : PARIS JAZZ FESTIVAL

Par Elian Jougla (Cadence Info - 03/2022)

À CONSULTER

LE JAZZ EN FRANCE, UNE MUSIQUE SANS FRONTIÈRES

L’AVENTURE DU JAZZ EN EUROPE APRÈS LA GUERRE


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com