NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


LA CHANTEUSE LENA REMPORTE LE CONCOURS EUROVISION 2010

La chanteuse Lena remporte le 55e concours de l’Eurovision avec sa chanson « Satellite ». La France, représentée par Jessy Matador a terminé 12e.


LENA A MIS SON « SATELLITE » SUR ORBITE

Lena est la deuxième chanteuse allemande à être couronnée depuis la création du concours il y a 55 ans. Lena, qui vient de souffler ses 19 printemps et de passer son bac, a triomphé avec “Satellite“, une chanson entraînante qui est déjà un « hit » dans son pays. “Je n’ai jamais pensé que quelque chose comme ça pourrait m’arriver“, a-t-elle confié à la télévision. Visiblement émue, elle a dit ne pas être “suffisamment forte” pour pouvoir porter son trophée, même si elle a été encouragée par de nombreux fans de son pays natal, présents physiquement dans la compétition depuis l’Allemagne jusqu’à Oslo..



Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


LENA - SATELLITE


À MORT LES LANGUES DU TERROIR ET VIVE L’ANGLAIS

Hier soir, la langue anglaise était majoritaire, étendant son hégémonie, même sur des nations n’ayant pas forcément tissé de liens culturels flagrants avec le pays de la langue de Shakespeare. Parmi eux, la Bosnie-Herzégovine, la Belgique, la Turquie, la Russie ou l’Allemagne, vainqueur avec le titre “Satellite“. Toutes ont préféré chanter en anglais, brisant en éclat l’idée d’un fédéralisme culturel qui pourrait mettre en valeur les particularismes linguistiques.

Représentant la France, Jessy Matador a réussi malgré un titre aux allures usées “Allez Ola Olé“, à séduire de nombreux téléspectateurs. Sa place de 12e est honorable. L’artiste originaire du Congo-Kinshasa, là-même où avait grandi la dernière gagnante française en date de l’Eurovision Marie Myriam avec “L’Oiseau et l’enfant“, avait espéré que, programmé en 18e positon, comme elle en son temps, il “avait sa chance”.


DES EXCENTRICITÉS DE PASSAGE

Toujours inévitable, le spectacle est bien sur scène, avec des blondes peroxydées à l’énergie communicative ou des brunes hiératiques et compassées, cheveux plus au vent que jamais à cause des ventilateurs poussés à bloc. Ces shows ont contribué au spectacle, servi par des artistes sans doute sincères et aux allures souvent décalées.

Un certain folklore était présent et faisait oublier pour un temps des prestations sans surprises. Ainsi, le numéro surprenant de la Serbie avec Milan Stankovic, ses cheveux blond platine aux racines noires et entouré de danseuses mécaniques et chantant “Ovo Je Balkan” (”Ainsi sont les Balkans”, un titre aux airs d’hymne national). Parfois, le décalage était réussi, comme la prestation de la jeune Alyosha (Ukraine) et sa tendance Patti Smith. Son “Sweet People“, sans fausse note, était en contradiction complète avec les autres artistes chantant et remuant à souhait, mais également en play-back complet !


LE GRAND SHOW MUSICAL

Le show a démarré avec l’interprétation, hors compétition, de “Fairytale” du chanteur violoniste norvégien Alexander Rybak, vainqueur l’an dernier à Moscou. Selon les organisateurs, plus de cent vingt millions de personnes devaient être devant leur téléviseur pour suivre l’événement. L’Eurovision est toujours l’événement le plus regardé de la planète avec sa diffusion dans trente-neuf États européens, mais aussi en Birmanie, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Les artistes de la musique pop européenne donnent au mauvais goût une autre dimension depuis plus de cinquante ans“, observait cette semaine le magazine américain Time. Hormis les accoutrements excentriques, c’est surtout la taille des budgets qui pose désormais problème dans une Europe en crise. Pour ce grand show musical, la radio-télévision publique norvégienne NRK a déboursé près de 25 millions d’euros, ce qui a obligé la chaîne à revendre ses droits de retransmission du Mondial en Afrique du Sud.

L’Allemagne étant le pays vainqueur, elle est tenue d’organiser l’édition suivante. Or, la Grèce et l’Islande, toutes deux dans une mauvaise passe, comptaient parmi les douze favoris des parieurs. La question financière se poserait alors en cas de victoire d’un pays d’Europe de l’Est. Le rendez-vous annuel de l’extravagance serait-il en passe de donner la migraine au pays vainqueur ?

Par Elian Jougla


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE