L'info culturelle des musiques d'hier et d'aujourd'hui

CHANSON


DANIEL BALAVOINE : "MON FILS, MA BATAILLE", HISTOIRE DE LA CHANSON

Au cours de sa carrière, Daniel Balavoine a fréquemment fait entendre sa voix pour soutenir des causes majeures ou pour exprimer des opinions tranchées. C'était une "grande gueule", dans le bon sens du terme. Dans la chanson Mon fils, ma bataille, écrite en 1980 pour l'album Un autre monde, le chanteur évoque le douloureux problème de la garde des enfants par le père, après une séparation.


UNE CHANSON PORTANT SUR LA GARDE DES ENFANTS

© Alain Marouani - Barclay (pochette du 45 tours)

Révélé au public par son passage dans Starmania, Daniel Balavoine est l'auteur de tubes inoubliables. Mon fils, ma bataille est l'un d'eux. La chanson raconte l'histoire d'un père à qui l'on entend retirer la garde de son enfant au profit d'une mère qui a pourtant quitté le domicile conjugal. Dès le premier couplet, l'interprète exprime sa tristesse et son désarroi : « Ça fait longtemps que t'es partie / Maintenant / Je t'écoute démonter ma vie / En pleurant / Si j'avais su qu'un matin / Je serais là, sali, jugé, sur un banc / Par l'ombre d'un corps / Que j'ai serré si souvent / Pour un enfant »« . »

Chanson vérité, avec un texte épris de justice, l'auteur-compositeur s'attaque à la loi française dans laquelle le père est souvent lésé par rapport à la mère pour l'obtention de la garde des enfants au moment de la séparation. Le leitmotiv arrive avec le refrain dans lequel le père engage toute sa détermination à réclamer justice : « Les juges et les lois / Ça m'fait pas peur / C'est mon fils ma bataille / Fallait pas qu'elle s'en aille. », poursuivant avec encore plus de véhémences dans les vers qui suivent : « Je vais tout casser / Si vous touchez / Au fruit de mes entrailles / Fallait pas qu'elle s'en aille. »

Au moment où les paroles sont écrites, Balavoine n'a pas encore d'enfant (son fils Jérémie naîtra en 1984). L'inspiration lui est venue alors qu'il avait assisté à la projection de Kramer contre Kramer au cinéma. Ce film, avec Meryl Streep et Dustin Hoffman, évoque le problème de la garde des enfants en cas de séparation, un thème qui le touche tout particulièrement pour l'avoir vécu avec ses propres parents alors qu'il avait six ans. Le chanteur s'est également ressourcé de l'histoire de son ami guitariste Colin Swinburne, qui lui avait évoqué son pénible divorce.

Portant ce texte poignant avec beaucoup de conviction et de fougue, Daniel Balavoine nous transmet le sentiment d'injustice ressenti durant cette épreuve douloureuse. Dans les paroles, il utilise l'expression « fruit de mes entrailles », un détournement du « Je vous salue Marie » qui est une manière pour le chanteur de s'approprier sa part de féminité et de faire avancer la notion de paternité. Sans le vouloir, le chanteur annonce en effet le phénomène sociologique des "papas poules" que le cinéma a exploité à l'occasion, comme avec Demain tout commence (2009) ; une comédie familiale dans laquelle Omar Sy interprète un "papa poule" extrêmement touchant, contraint d'élever seul sa fille.


DANIEL BALAVOINE "MON FILS, MA BATAILLE" (1980)

À sa sortie, la chanson a rencontré un succès éclatant en s'écoulant à 500 000 exemplaires et en se positionnant à la deuxième place du hit-parade en France. Elle demeure l'une de ses plus grandes réussites commerciales. À noter que sur le thème du divorce, Michel Delpech avait évoqué six ans plus tôt, à travers la chanson Les divorcés, un autre des travers de l'absurdité de la loi qui ne permettait pas encore à l'époque la séparation par consentement mutuel (la partie réclamant le divorce avait pour obligation de fournir des torts vis-à-vis du conjoint ou de la conjointe). Ce sujet lui avait été suggéré par le coauteur du texte, Jean-Michel Rivat, qui avait vécu les tourments de la désunion.

Par D. Lugert (Cadence Info - 01/2024)

À CONSULTER

DANIEL BALAVOINE, LE PORTRAIT D’UN HOMME ENGAGÉ

Le 14 janvier 1986 disparaissait le chanteur Daniel Balavoine. Ce portrait accompagné d'une courte biographie du chanteur nous plonge dans les années 80. Si les coups de gueule de Daniel Balavoine ont fait date, ses chansons 'L'Aziza' et 'Mon fils ma bataille' sont quant à elles devenus des classiques de la chanson française.

LES FINS TRAGIQUES DE QUELQUES STARS

Janis Joplin, Jimi Hendrix, Jim Morrison et John Lennon. Leur point en commun est d’avoir eu leur destin brisé alors qu’ils étaient en haut de l’affiche. À la surprise générale, ils ont brûlé leurs ailes ou subit un jour ce que réserve parfois les accidents de la vie.


2e PARTIE : CLAUDE FRANÇOIS, MICHEL BERGER ET BALAVOINE. Terrassés à l'aube de la maturité ou partis trop précipitamment, ils sont devenus de véritables légendes...


D'AUTRES HISTOIRES DE CHANSONS

RETOUR SOMMAIRE
FB  TW  YT
CADENCEINFO.COM
le spécialiste de l'info musicale