NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


LES SUCCÈS DE LA VARIÉTÉ FRANÇAISE DES ANNÉES 80

Cette page fait suite à : CHANSONS FRANÇAISES DES ANNÉES 80 (1re partie)

ACTUALITÉ

DRAME : de sinistre mémoire, le stade du Heysel garde à jamais inscrit dans son enceinte un sinistre palmarès : trente-huit morts et près de cinq cents blessés lors de la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions. L’effondrement des grilles de séparation et d’un mur, provoqué par une bagarre entre supporters, en est la cause. Depuis, l’UEAFA a instauré des normes plus strictes avec obligation de places assises.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Un autre drame, insoutenable, verra en direct, sous l’œil des caméras du monde entier et devant l’impuissance des secouristes, la très lente disparition de la petite fille Omayra, aspirée et étouffée par une boue meurtrière (suite à l’éruption du volcan Pinatubo, en Colombie).

CINÉMA : alors que l’invincible "Rambo" entame son second épisode, la comédie de Coline Serreau, Trois hommes et un couffin porte une attention toute particulière aux malaises de l’homme moderne et à ses difficultés à s’adapter aux mœurs de la vie moderne.

DISPARITION : le décès de Michel Audiard laisse les comédiens sans voix, à défaut de dialogues. Parmi sa richesse verbale, j’ai retenu cette phrase, courte mais très imagée : ‘Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.

ALLONS Y ‘TOUT DOUCEMENT’

C’est l’histoire d’une jeune Ghanéenne qui débute en chantant de la musique afro-américaine et quelques standards internationaux. Guy Cluck, alors représentant de la maison de disques Warner en Afrique, remarque son timbre de voix posé et très doux. La jeune chanteuse s’appelle Béatrice Adjorkor Anyankor et a une véritable passion depuis son jeune âge : la chanson. Prête à abandonner ses études pour suivre des voies auxquelles elle aspire, elle monte à Paris et rencontre le compositeur Jean-Paul Dréau. Ce dernier décide de lui faire enregistrer une maquette de sa dernière composition intitulée Tout Doucement.

Refusé par toutes les maisons de disques, la chanson verra le jour un an après, grâce au petit label Red Cat. Dès lors, le surnom de Bibi va orner la pochette, bien plus avenant que son patronyme. Un seul passage radio dans une émission de Michel Drucker (Studio 1) suffira pour que la chanson soit plébiscitée par les auditeurs.

Tout doucement sera l’un des gros tubes de l’été 1985 et deviendra disque d’or : « Curieusement les aiguilles tournent / Mais ce ne sont pas celles du temps qui passe / Presque en silence quand on débute en scène / C'est pas vraiment la solitude mais c'est la certitude / D'un sentiment indépendant de son attitude. ». Pour l’anecdote, la chanteuse Dalida reprendra la chanson dans une version italienne.

Dans un autre genre, Mireille Mathieu qui continue de se produire toujours en France - le public moscovite la réclamant toujours plus -, fait vibrer le hit-parade avec Femme amoureuse : « Je suis une femme amoureuse / Et je te parle clair, et tu dois savoir / Ce qu'une femme peut faire. / C'est mon droit de t'aimer / Et de vouloir te garder. / Je suis une femme amoureuse / Et je brûle d'envie de dresser autour de toi / Les murs de ma vie / C'est mon droit de t'aimer. »

ACTUALITÉ

CINÉMA : Mozart à la côte. Le film Amadeus de Milos Forman fait couler beaucoup d’encre à sa sortie, ce qui va attirer plus de 900 000 Parisiens dans les salles obscures. Comme quoi la critique suscite parfois plus de curiosité que de méfiance !

ET JULIEN CLERC ALORS !

Mon cher ‘Juju’, non je ne t’ai pas oubliée. Puisque le tandem des débuts « Etienne Roda-Gil (paroles) - Julien Clerc (musique) » n’existe plus, le chanteur doit relancer sa carrière artistique en s’entourant de nouveaux auteurs. Au milieu des années 80, le chanteur est à un tournant. Côté texte, il faut réinventer, et côté musique, on verra bien, puisque l'arrangeur et chef d'orchestre Jean-Claude Petit est déjà parti depuis longtemps.

À travers des chansons comme L’assassin assassiné, Femmes, je vous aime, Aime-moi, écrites par Jean-Loup Dabadie, La fille aux bas nylon écrite par Luc Plamandon ou encore Mon Ange écrite par Françoise Hardy, le chanteur s’ouvre un nouvel espace grâce à des textes collant davantage à sa personnalité.

ACTUALITÉ

1986. DRAME : à Cap Canaveral, aux Etats-Unis, la navette Challenger explose en plein vol, provoquant la disparition de ses sept astronautes. Cette tragédie remettra en cause la suite du programme de la navette. Commencée en 1981 avec Colombia, l’aventure de la navette spatiale s’achèvera avec Atlantis en juillet 2011.

SPORT : Bernard Tapie, croqué en taureau dans le bébête show, donne toujours de lui quand il s’agit de sauver le navire qui prend l’eau. C’est ainsi que le football marseillais voit en l'homme d'affaire un providentiel dirigeant de club, et Tapie à du flair : Jean-Pierre Papin, Eric Cantona, Basile Boli, Fabien Barthez, Didier Deschamps et bien d’autres, vont devenir des valeurs montantes au royaume du ballon rond.

Chez les ados, de nouvelles habitudes sportives voient le jour. Surtout, tout ce qui roule ! Skateboard, roller, VTT et bicross, le sport devient un jeu qui court après l'équilibre et l'adresse.

CULTURE : le chanteur Etienne Daho devient une star de la pop « à la française ». Un phénomène à lui tout seul qui fait tomber la France sous son charme. La « dahomania » gagne le pays. La presse l'encense et parle de « génération Daho ».

FAIT DIVERS : une femme, Nadine Vaujour, pour faire évader son mari incarcéré à la prison de la Santé pour vol à mains armées, décide de tenter l’impossible : apprendre à piloter un hélicoptère, survoler Paris et se positionner au-dessus de la cours de la prison pour arracher son homme des murs de l'établissement pénitenciaire. Il s’en suivra quatre mois de cavales amoureuses. Son cas fera école et donnera des idées à d’autres.

DISPARITION : un nom marque l’année 1986, celui de Coluche, qui meurt d’un stupide accident de moto. Quelques mois plus tard, son pote Thierry Le Luron disparaît à son tour à 34 ans, dans des circonstances que l’on désigne généralement par l'étiquette baptisée : "longue maladie".

LA OUATE DE LA LIBERTINE

Si, côté chanson, c’est à travers la rock‘n’roll attitude que Johnny Hallyday prends un second envol grâce aux chansons de Michel Berger et de Jean-Jacques Goldman, d’autres aux contraires s’enfoncent dans la paresse…

Comme pour de nombreuses chansons à succès, le hasard intervient souvent et démontre qu’un « tube » ne repose jamais sur une science exacte. Dans le meilleur des cas, la chanson C’est la ouate interprétée par Caroline Loeb aurait dû être une face B ; la voix de la chanteuse ne plaisant pas aux maisons de disques. Mais un jour, un certain Philippe Constantin, bientôt promu comme directeur de Barclay et grand spécialiste du monde rock, décide de signer la chanson pour la dite maison.

Pour Caroline Loeb, finie la galère ! En quelques semaines, à sa grande surprise, la chanteuse devient super star du petit écran, passant parfois sur les trois chaînes en même temps.

C’est la ouate dépassera le cadre hexagonal en s’imposant dans les médias étrangers : Argentine, Chine, Espagne, Italie… : «  De toutes les manières / C'est la ouate qu'elle préfère. / Passive, elle est pensive / En négligé de soie. / C'est la ouate. / De toutes les matières / C'est la ouate qu'elle préfère. / Passive, elle est pensive / En négligé de soie. / C'est la ouate. »

Dans un autre registre, celui-là érotique, naît une chanson intitulée Libertine. Après un premier succès (Maman a tort – 1984), la chanteuse Mylène Farmer n’a pas encore trouvé sa véritable personnalité. Tout reste encore à faire. L’équipe qui l’entoure, composé de Jérome Dahan, Laurent Boutonnat et Jean-Claude Dequéant, s’activent pour produire un premier album...

Après bien des remises en question, une vieille chanson intitulée L’amour tutti frutti est rebaptisée Libertine. Le texte de cette nouvelle version raconte la vie d’une femme de mauvaise vie : « Cendre de lune, petite bulle d'écume / Poussée par le vent je brûle et je m'enrhume / Entre mes dunes, reposent mes infortunes / C'est nue que j'apprends la vertu / Je je, suis libertine / Je suis une catin. / Je je, suis si fragile / Qu'on me tienne la main. ».

Un très long clip accompagne la sortie de Libertine. À contre courant de ce qui se produit à l’époque, le court-métrage porte l’apparat d’un film à grand spectacle avec costumes, duels et chevauchées. Se voulant également érotique, le public retiendra surtout du film la vision d’une Mylène Farmer déshabillée et aux allures provocantes. Libertine sera le premier grand tube de la chanteuse. Dès lors, Mylène Farmer imprime un style. Le sourire de la chanteuse disparaît et se fige. Le sexe, la mort et la religion prennent place dans des textes qu'elle écrit, tout droit inspirés par d'illustres écrivains (Baudelaire, Wilde, Poe...). Le public adhère et continue, encore aujourd'hui, à lui rester fidèle comme au premier jour.

ACTUALITÉ

1987 - POLITIQUE : le ministre de l’intérieur Charles Pasqua part en guerre contre le terrorisme et impose son autorité en rétablissant le visa d’entrée en France à destination de quelques pays arabes.

L’actualité de l’année 87, mais aussi celle des deux années précédentes, auront été marquées par une nouvelle forme de chantage politique : la prise d’otages. Pour Jean-Louis Normandin (cameraman) et Roger Rauque (journaliste), c’est enfin la libération tant espérée. Ils seront restés respectivement 629 et 319 jours entre les mains du Hezbollah au Liban.

JUSTICE : même si leur nombre décroît année après année, la chasse aux nazis n’est pas finie. Alors que Klaus Barbie, le chef de la gestapo lyonnaise se voit condamné à la prison à vie, un haut émissaire du IIIe Reich, Rudolph Hess, se pend dans sa cellule.

DISPARITIONS : le 22 février 1987, Andy Warhol, le plus grand représentant du « pop art », décède. Adieux les sérigraphies multicolores de Marilyn et des boîtes de soupes ! Quelques mois plus tard, le décès de Fred Astaire marque la fin d’une époque, celle des comédies musicales estampillées "Hollywood". Désormais, rien ne sera plus pareil !

« L’homme de la Pampa » parfois rude derrière son visage buriné est toujours resté courtois. (1) La disparition de Lino Ventura ne laissera personne indifférent.

(1) Allusion à un dialogue du film culte Les tontons flingueurs.

UN SOIR DE PLUIE… OU DE BLUES

Commercialement, il n’est pas fréquent d’associer des intonations jazz à de la chanson. Lorsque la parolière et chanteuse Clémence Lhomme rencontre Jacques Davidovici, ce dernier est un éminent compositeur de musique publicitaire. Au détour de quelques musiques mêlant différentes ambiances sonores, Clémence Lhomme craque pour une mélodie à l’ambiance jazz (cette musique était prévue au départ pour le café Jacques Vabre, mais se verra refusée). Après une première version dotée d’un texte en anglais, c’est finalement un texte en français qui est retenu. La chanson Un soir de pluie venait de naître.

Pour donner la réplique à la chanteuse, un saxophone était prévu dans l’arrangement. Un ami, Olivier Defayes, un jeune jazzman de talent, se joint alors à elle pour former un duo scénique. Ainsi est né en janvier 1987 Blues Trottoir. Un soir de pluie sera élu meilleure chanson de l’année au Midem 88, ex æquo avec Joe le taxi interprétée par Vanessa Paradis : « Un soir de pluie / Et de brouillard / Quelques taxis / Passent sans me voir / Une insomnie / Qui tourne au cauchemar / Je n’ai qu'une envie / Rentrer pas trop tard. / De toutes façons / Je ne voulais pas sortir / Et ce soir j'avais le blues / Sur le trottoir. ».

NÉ QUELQUE PART

En chanson, il existe parfois des sujets graves qui abordent les faits de société ou les problèmes liés à l’injustice. L’idée de Né quelque part vint aux oreilles de Maxime Le Forestier en bavardant avec le directeur de l’école où était scolarisé son fils. Le sujet central de la discussion tournait autour des nouvelles lois Pasqua et de son Code de la nationalité. Deux phrases de la chanson résument la profondeur du sujet : « Etre né quelque part / C'est toujours un hasard. » et « Est-ce que les gens naissent égaux en droits / À l'endroit ou ils naissent. ».

Pour renforcer la vérité de ces vers et de leur portée aux conséquences parfois tragiques, Maxime Le Forestier a l'idée d'incorporer quelques mots en zoulou écrit et reprit en chœur par Aura, une chanteuse sud-africaine. La phrase « nom'inqwando yes qxag iqwahasa. » signifiant : « Quand on a l’esprit violent, on l’a aussi confus. » reviendra à plusieurs reprises dans la chanson.

Les lois faisant autorités, et l’autorité faisant loi, Né quelque part dénonce le racisme, mais aussi la bêtise humaine quand elle s’insinue dans les couloirs de l’intolérance : « On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille / On choisit pas non plus les trottoirs de Manille / De Paris ou d'Alger / Pour apprendre à marcher / Etre né quelque part / Etre né quelque part c'est toujours un hasard / Nom'inqwando yes qxag iqwahasa. ».

ACTUALITÉ

SPORT : Mike Tyson devient un champion du monde de boxe à la personnalité scandaleuse.

SANTÉ : le sida continue de faire son œuvre à travers la planète. Pour sensibiliser les gens sur ce virus dangereux annonçant une issue fatale, un slogan voit le jour : « Le SIDA, il ne passera pas par moi ». Le ministère de la santé, impuissant, compte sur les campagnes télévisuelles et sur des émissions spéciales consacrées à cette infection pour déclencher le réflexe "préservatif". Sur sa lancé, le même ministère proclame que les publicités télévisuelles sur l’alcool seront désormais interdites. La santé des français, mais aussi le « trou de la Sécu » deviennent un combat permanent, tout comme aujourd'hui.

TÉLÉVISION : entre interview calibrée et style décontracté, Yves Mourousi invente le JT moderne. Marie-Laure Augry, co-présentatrice n’a que bien se tenir !

SOUS-ENTENDU ÉROTIQUE

Alors que Philippe Lavil poursuit sa carrière aux sons des rythmes antillais avec Kolée séré, une mélodie créole chantée en duo avec Jocelyne Beroard, l’exilé Michel Polnareff est revenu vivre sur le sol français. Après avoir composé la musique du film La Vengeance du serpent à plumes de Gérard Oury et un album intitulé Incognito (contenant la chanson La Belle veut sa revanche), le chanteur doit s’attaquer à un prochain album (Kâmâ Sutrâ – 1989). Résidant depuis quelques temps dans un luxueux hôtel de la région parisienne (Le Manoir de Chaubuisson à Fontenay-Trésigny), Polnareff cherche des sujets dans l’air du temps. La chanson Goodbye Marylou trouvera son inspiration dans le minitel, un mode de communication alors très en vogue.

Porté par la voix superbe de Michel Polnareff, le texte de la chanson repose sur des sous-entendus érotiques : « Quand l´écran s´allume, je tape sur mon clavier / Tous les mots sans voix qu´on se dit avec les doigts / Et j´envoie dans la nuit / Un message pour celle qui / Me répondra OK pour un rendez-vous. » et « Quand j´ai caressé son nom sur mon écran / Je me tape Marylou sur mon clavier / Quand elle se déshabille / Je lui mets avec les doigts / Message reçu OK, code Marylou. ».

De son côté, armé de sa voix grave et sensuelle, Marc Lavoine clame que son amour a les yeux revolvers : « Un peu spéciale, elle est célibataire / Le visage pâle, les cheveux en arrière / Et j'aime ça. / Elle se dessine sous des jupes fendues / Et je devine des histoires défendues / C'est comme ça. / Tell'ment si belle quand elle sort / Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort. / Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue / Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu. / Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue / Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu. »

ACTUALITÉ

1988 – CULTURE : la pyramide du Louvre ouvre ses portes. Les innovations et le design sont bien là, Mitterand aussi, qui l’inaugure et qui assume, malgré la maladie, son second septennat. Michel Rocard, nommée premier ministre, crée le premier gouvernement dit « d’ouverture ». Michel Rocard sera le ministre de la CSG (Contribution Sociale Généralisée), de la première réforme des retraites, mais aussi du RMI (Revenu Minimum d'Insertion).

DISPARITIONS : Pierre Desproges gardera à jamais son visage impassible. Difficile l’humour dans de telles circonstances ! Françoise Dolto s’éteint à l’âge de 69 ans. Grâce à ses nombreuses émissions de radio, la psychanalyste a communiqué aux auditeurs son regard bienveillant sur les problèmes liés au développement psychomoteur des enfants.

CONCOURS : les nationalités sont devenues interchangeables… La chanteuse québécoise Céline Dion remporte à Dublin le Concours Eurovision de la chanson pour la Suisse.

CINÉMA : Tom Cruise, en attendant de devenir un homme d’action dans le film Mission Impossible, triomphe dans Cocktail. Le beau gosse est en train de devenir un phénomène de bar. Il faut dire qu’il a le ‘flair bartending’ dans la peau. Ses jongleries, avec shaker et verres en mains, sont proches du numéro de cirque et valorisent le métier de barman. Qu'on se le dise !

MYLENE FARMER ET LES GIPSY KINGS CONFIRMENT

La chanteuse Mylène Farmer confirme son talent et sa personnalité avec son second album baptisé : Ainsi soit je. Devenu disque de diamant, le disque contient plusieurs tubes : Pourvu qu’elles soient douces, Allan... La chanson Sans contrefaçon triomphe. C'est un clin d'œil à son idole de jeunesse Sylvie Vartan qui chantait Comme un garçon. Il ne faut donc pas chercher dans le texte certaines allusions avérées : « A mots doux je peux le dire / Sans contrefaçon / Je suis un garçon / Et pour un empire / Je ne veux me dévêtir / Puisque sans contrefaçon / Je suis un garçon »

Les Gipsy Kings triomphent en France mais aussi à l’étranger (Italie, Espagne, Etats-Unis) en mettant du soleil dans la variété. Leurs chansons à l’ambiance ‘olé’ enflamment les salles. Cette histoire de famille qui a débuté dans les années 70 sèmera sur son chemin de nombreux tubes dont les plus célèbres seront  Bamboleo, Djobi Djoba ou encore Camino et Gitano Soy. Le groupe n’hésitera pas à adapter quelques classiques qu’ils façonneront aux rythmes de leurs guitares : Volare et un inattendu Hotel California des Eagles.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 04/2014)


SUJETS CONNEXES

LA CHANSON FRANÇAISE DES ANNÉES 60

LA CHANSON FRANÇAISE DES ANNÉES 70


RETOUR SOMMAIRE