MUSIQUE & SOCIÉTÉ.


CHANTEUSES ET CHANTEURS DISPARUS EN 2021

L’année 2021 a vu la disparition de quelques grands noms de la chanson française et internationale. Voici un résumé de leur respective carrière…


ILS NOUS ONT QUITTÉS EN 2021

JULOS BEAUCARNE

Ad Block

© wikimedia (détail)

Julos Beaucarne, de son vrai nom Jules Beaucarne, est né en 1936 à Écaussinnes (Belgique). Artiste ayant plusieurs cordes à son arc (chanteur, comédien, écrivain et sculpteur), il a la particularité de chanter dans les deux langues belges, le français et le wallon. Auteur-compositeur fécond, il a signé pas moins de 500 chansons, enregistré 49 albums et écrit 28 livres. Sa carrière de chanteur démarre en 1964, date de son premier 45 tours. Ses albums les plus méritoires sont L'enfant qui veut vider la mer (1968), Julos chante pour vous (1969), Chandeleur 75 (1975), Les communiqués colombophiles (1976), La p'tite gayole (1981) et l’album live Chansons d'amour (2002). La plupart de ses chansons se présentent comme des poèmes récités ou comme des monologues humoristiques. Chaque album traduit un climat, un état d'âme fait de révolte, de tendresse ponctuée de la vie quotidienne et d’humour. Contrairement à la plupart des artistes, Julos Beaucarne a toujours refusé ce qui conduit au vedettariat. Afin de conserver son indépendance, il ira jusqu’à avoir sa propre maison d'édition de disques et de livres (les Éditions Louise-Hélène France). Après le drame consécutif au meurtre de sa compagne Loulou en 1975, Julos Beaucarne change quelques peu de style en écrivant des chansons plus humanistes. Le chanteur n’a jamais voulu suivre “la même route que” pour échapper aux modes, parfois sans lendemain, seulement pour conserver dans sa bouche le mot “anarchiste“ jusqu’au bout. Julos Beaucarne meurt le 18 septembre 2021, à l'âge de 85 ans.


© Youtube

PHILIPPE CHATEL (1948-2021)

Connu pour être l'auteur de la comédie musicale Emilie Jolie en 1979, Philippe de Châteleux de Villeneuve-Bargemont de Duras, dit Philippe Chatel, est né à Paris en 1948. Son premier succès populaire, il l’obtient avec J't'aime bien Lili en 1977. Son style emprunté à la chanson française, dans sa plus grande tradition, se confirme avec d’autres titres tels que Tout quitter, Ma lycéenne et Mister Hyde. Sa référence, la comédie musicale Émilie Jolie, lui donne l’occasion de s’entourer d’artistes qu’il admire (Julien Clerc, Henri Salvador, Georges Brassens…). Ce conte vivra plusieurs aventures artistiques. En 1997, une seconde version voit le jour avec d’autres grandes vedettes de la chanson française, avant de devenir un spectacle filmé en 2011. Philippe Chatel est aussi un écrivain. Proche de Georges Brassens, il publie une biographie du chanteur sétois en 1975, puis Le Roman d'Émilie Jolie en 2004. Son dernier album studio, Renaissance (2016), exprime dans sa simplicité même ce que l’auteur de J’t’aime bien Lili a toujours désiré exprimer dans ses chansons, l’amitié. Philippe Chatel est mort le 19 février 2021, à l'âge de 72 ans, d'une crise cardiaque, à Paris. EN SAVOIR +


© wikimedia (détail)

JACOB DESVARIEUX (1955-2021)

Indissociable du groupe Kassav auquel il a donné foi à travers sa musique Zouk, Jacob Desvarieux grandit entre la Guadeloupe et la Martinique, puis au Sénégal jusqu’à l'âge de 12 ans. C’est à cet âge que la musique entre dans sa vie. Avec quelques amis (Achille Ango, Francis Cauletin, Philippe Drai, Christophe Zadire) il monte le groupe de rock 'The Bad Grass' puis 'Sweet Bananas', mais sa carrière artistique démarre véritablement à l’époque du disco, quand il croise la route de Pierre-Édouard Décimus pour fonder en 1979, Kassav. Le groupe antillais contribue alors au développement de la musique Zouk au niveau international. Tout en participant activement à la carrière du groupe, Jacob Desvarieux entreprend une carrière solo (Euphrasine's Blues en 1999) et diverses collaborations, notamment avec la formation 'Bisso Na Bisso'. Atteint par le virus du Covid-19 et hospitalisé en urgence au CHU de Pointe-à-Pitre, Jacob Desvarieux meurt le 30 juillet 2021, à l'âge de 65 ans.


© Allan warren wikimedia (détail)

PATRICK JUVET (1950-2021)

C’est d’abord comme mannequin qu’il commence sa carrière artistique En 1972, il compose Le Lundi au soleil pour Claude François avant de connaître le succès comme chanteur. Des titres de variété française (Romantiques en 1971, La musica en 1972) puis de disco (Où sont les femmes ? en 1977, I Love America en 1978) parviennent à se classer dans plusieurs pays européens. Sa rencontre avec Jean-Michel Jarre, alors parolier, est déterminante au lancement de sa carrière internationale (de cette collaboration fructueuse, naîtront 21 titres, dont Magic, Faut pas rêver et Où sont les femmes ?). Dans les années 1980, son album rock Still Alive sera le dernier en anglais, tandis que ses Rêves Immoraux lui offre l'occasion de se retirer du vedettariat sur un dernier succès. Toutefois, il revient sur le devant de la scène dans les années 90 avec la techno (Deep Dark Night en 1993). Il poursuit sa carrière jusqu’en 2009 (tournée 'Âge tendre et Têtes de bois') et devient le témoin capital de l’ère Disco à travers les nombreuses rééditions de ses principaux albums. Patrick Juvet décède le 1er avril 2021, à l'âge de 70 ans, à Barcelone (Espagne).


© Sven Mandel wikipedia (détail)

JOHN MILES (1949-2021)

Chanteur et musicien multi-instrumentiste britannique né à Jarrow (South Tyneside), John Miles est révélé par le titre Music en 1976. Au début de sa carrière, le chanteur devient membre de divers groupes dont 'The Influence' aux côtés de Paul Thompson (Roxy Music), de Vic Malcolm (Geordie) et du 'The John Miles Set' avant d'entamer sa carrière solo en 1971. Travaillant en collaboration avec le bassiste Bob Marshall, en plus du titre Music, on lui doit d’autres succès comme Highfly (1975), Remember Yesterday (1976) et Slow Down (1977). Par ailleurs, il sera un temps le guitariste accompagnateur de la chanteuse de soul Tina Turner (avant de devenir son directeur musical jusqu’au milieu des années 90) et la voix sur divers albums d'Alan Parsons Project. On le retrouve aussi à l’orgue chez Joe Cocker (album Night Call en 1992). John Miles est mort le 5 décembre 2021, à l'âge de 72 ans, à son domicile de Newcastle (Angleterre).


© Sailko wikimedia (détail)

MILVA (1939-2021)

Milva, née Maria Ilva Biolcati à Goro (Italie) en 1939, est une chanteuse très populaire de l’autre côté des alpes. Surnommée la « panthère de Goro », Milva a donné de sa voix en interprétant des chansons originales, des reprises, des musiques de films, voire de l’opéra. À ce jour, elle a vendu plus de 80 millions de disques et, comme chanteuse, le plus grand nombre d'albums en Italie (173 en comptant les albums studios, les lives et les compilations). Sa vie bascule dans la chanson du jour où elle remporte un concours de chant organisé par la RAI, en 1959. Son succès au 'Festival de Sanremo' de 1961 confirme ses talents de chanteuse. Rapidement, elle adopte Édith Piaf qu’elle met à son programme, ce qui la conduit à venir à Paris sur la scène de l'Olympia. Milva trouve ses marques et s’impose avant tout comme une rebelle (la chanson Bella ciao) et une interprète engagée défendant le prolétariat. Durant les années 60 et 70, elle s’impose tour à tour dans le répertoire de l’opéra, celui de Bertolt Brecht et de Kurt Weill, mais aussi en chantant des spirituals et des gospels. Des compositeurs travaillant pour le cinéma l'invitent : Ennio Morricone, Francis Lai et Vangelis. Puis la chanteuse se lance dans la musique dodécaphonique du compositeur Luciano Berio. Elle met un terme à sa carrière en 2010 pour des raisons de santé. Milva décède à Milan le 23 avril 2021, à l'âge de 81 ans, d'une maladie neurologique.


© Jaxmasca wikimedia (détail)

TONTON DAVID (1967-2021)

Fidèle au raggamuffin, Tonton David est un chanteur français de reggae né à La Réunion. Dans les années 80, sa participation au « Sound System High Fight International » lui apporte une certaine notoriété dans l’essor du reggae français, jusqu’à devenir un des pionniers du dancehall français grâce à son titre Peuples du monde en 1990 (compilation Rapattitude). Un premier succès voit le jour en 1994 avec la chanson Sûr et certain, jusqu’au tube qui l’immortalise : Chacun sa route, issu de la bande originale du film Un indien dans la ville, parue la même année. Signalons aussi l’album Récidiviste, en 1975, qui contient plusieurs de ses succès : Pour tout le monde pareil, Il marche seul et Fugitif en duo avec Cheb Mami, ainsi que sa collaboration en 2005 avec Dry et Demon One sur la chanson Gagne (album La Vie de Rêve). Atteint d'un AVC en descendant d’un train en gare de Metz, il est transféré à l'hôpital de Nancy où il meurt quelques jours plus tard, le 16 février 2021. EN SAVOIR +


N’OUBLIONS PAS NON PLUS…


© Arouet wikimedia (détail)

Morice Benin (1947-2021) : né Moïse Ben-Haïm à Casablanca au Maroc en 1947, Morice Benin compose ses premières chansons à 15 ans après avoir découvert Jacques Brel et les autres « pères spirituels » de la chanson française que sont Brassens, Nougaro, Bécaud et Ferré. Trois ans plus tard, il monte à Paris pour tenter sa chance en écumant les cabarets de la capitale. Artiste fougueux et authentique, il enregistre son premier 45 tours, Rage de Dents, en 1967. L’après 68 laissera des traces, et Morice Benin devient un écolo précurseur, se solidarise avec un certain nombre de « causes », et quitte Paris et le showbiz. L'artiste se distinguera en chantant en 1973 sur le plateau du Larzac, devant des dizaines de milliers de pacifistes, pour protester contre l'extension du camp militaire, avant d’entreprendre les circuits des MJC et les "villages-vacances" pour interpréter ses chansons existentielles et poético-libertaires. Il conçoit le bonheur du vivre autrement sans marginalité, dénonçant au passage le show business, la relation amoureuse et les rapports femmes-hommes. Dans les années 80, il relance sa carrière (Olympia, Le Printemps de Bourges, la Fête de l’Huma…) et sort plusieurs albums : Apocalypse, Aimer sans issue... Puis il monte différents spectacles pour enfants qui occuperont les années 90 ainsi que des stages d’écriture de chansons en Ardèche. Morice Benin est mort le 19 janvier 2021, à l’âge de 73 ans, à Die, dans la Drôme.


© John B. Mueller wikipedia (détail)

DMX (1970-2021) : de son vrai nom Earl Simmons, DMX est un rappeur né en 1970 à Mount Vernon, dans l'État de New York. Après une enfance difficile qui le conduira à survivre dans les rues en commettant des braquages et à avoir des démêlés avec la justice, DMX entame sa carrière musicale en 1988 dans le domaine du beatbox. Devenu populaire grâce à ses diverses collaborations (LL Cool J, Mase, Lox), il publie son premier album en 1998, It's Dark and Hell Is Hot, qui lui vaut un véritable succès commercial avec plus de six millions d'exemplaires écoulés. Son premier single, Get at Me Dog, relance la mode du rap hardcore. DMX devient le deuxième rappeur de l'histoire (après Tupac Shakur) à avoir publié deux albums la même année placés au Billboard 200. DMX publie un best-of, The Definition of X: The Pick of the Litter, le 12 juin 2007. Victime d'une crise cardiaque des suites d'une overdose, il décède quelques jours plus tard après son admission à l'hôpital, le 9 avril 2021, à l'âge de 50 ans, à White Plains (USA, État de New York).


© movefit.me (détail)

Gérard Filipelli (1942-2021) : il est l’une des figures parmi les plus impassibles du groupe Les Charlots ; groupe qui eut sa gloire dans les années 1970 avec leurs chansons humoristiques (Paulette, la reine des paupiettes en 1968, Sois érotique en 1970, Merci Patron en 1971). Discret, mais essentiel à la bonne marche du groupe, Gérard Filipelli agissait en tant que compositeur et choriste au sein des Charlots. Avant d’intégrer la bande à Gérard Rinaldi (Jean-Guy Fechner, Jean Sarrus et Luis Rego), il sera guitariste du groupe Les problèmes (qui comprend le chanteur Antoine mais aussi de futurs membres des Charlots : Luis Rego et Jacques Dautriche). Scénariste et producteur, il endosse le rôle d’acteur - toujours avec les Charlots - dans des comédies signées Claude Zidi (Les Bidasses en folie en 1971, Le Grand Bazar en 1973 et Bons Baisers de Hong Kong). Gérard Filippelli est mort le mardi 30 mars 2021, à l'âge de 78 ans.


Claude Lombard (1945-2021) : chanteuse et actrice belge née en 1945 à Etterbeek (Belgique), Claude Lombard baigne très tôt dans la musique grâce à son père pianiste et sa mère chanteuse. Elle étudie le piano, la guitare, la composition et sort diplômée de l’Institut national supérieur des arts du spectacle de Bruxelles. Après l’enregistrement de plusieurs albums, diverses récompenses et autres expériences artistiques - dont la comédie musicale Attention Fragile en 1979 - Claude Lombard devient en 1983 la choriste attitrée de Charles Aznavour avec qui elle tournera dans le monde entier jusqu’à la mort de celui-ci en 2018. Toutefois, on retient de cette chanteuse ses interprétations pour de nombreux génériques de séries d'animation (Disney Channel, Winnie l’Ourson, Flo et les Robinson suisses, Max et Compagnie, etc.) ainsi que sa carrière dans le doublage en tant qu'interprète, adaptatrice et directrice des parties musicales de plusieurs films (Buffy contre les vampires en 2003). Claude Lombard décède le 20 septembre 2021, à l'âge de 76 ans, à Boulogne-Billancourt (en Hauts-de-Seine).


© Harrywad wikimedia (détail)

Carlos Marin (1968-2021) : Né à Rüsselsheim en 1968 à Hesse (Allemagne) et ayant grandi à Madrid en Espagne, Carlos Marin commence sa carrière dans la musique à l'âge de huit ans et enregistre son premier album la même année. Ce début précoce dans la musique le conduit à étudier le piano. À douze ans, il remporte plusieurs prix dans des concours de télévision et participe, en Espagne, à diverses comédies musicales. Puis il chante pour le film d'animation de Tim Burton, The Nightmare Before Christmas et double le personnage du Prince dans la version espagnole du dessin animé Cendrillon en 2000. Par la suite, il chante dans des opéras où sa voix de baryton s’impose (Le Barbier de Séville, La Bohème, La Traviata, Madame Butterfly…) Carlos Marín est mort le dimanche 19 décembre 2021, à l'âge de 53 ans, des suites de la Covid-19, à Manchester (Royaume-Uni).



© Alfred Moya wikimedia (détail)

Bunny Wailer (1947-2021) : Neville O'Riley Livingston, dit Bunny Wailer, né le 10 avril 1947 à Nine Miles en Jamaïque. Véritable légende jamaïcaine du reggae, il est l'un des membres fondateurs du groupe The Wailers, avec Bob Marley et Peter Tosh ; groupe dont il prend congé en 1974 pour poursuivre une carrière solo. Comme d’autres musiciens jamaïcains, Bunny Wailer subit l’influence des musiques qui passent dans les radios américaines auxquelles viennent se greffer les traditions africaines. Son style musical, qui s'inscrit dans l'effervescence créative jamaïquaine de son époque, allie le rocksteady et le ska au reggae original. Le premier album solo de Wailer, Blackheart Man, paraît en 1976, mais ses diverses tentatives ne connaissent pas le même sort estimable que Bob Marley et Peter Tosh. Néanmoins, ses albums Time Will Tell: A Tribute to Bob Marley et Hall of Fame: Tribute to Bob Marley's 50th Anniversary recevront un Grammy, respectivement en 1990 et 1995. Durant les années 2000, il se produit sur scène avec Stephen et Ziggy Marley, les fils de Bob et Rita. Bunny Wailer meurt le 2 mars 2021, à l'âge de 73 ans, à Kingston (Jamaïque).

CadenceInfo (12/2021)

À CONSULTER

CHANTEURS ET CHANTEUSES DISPARUS EN 2019

CHANTEURS ET CHANTEUSES DISPARUS EN 2020


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com


×

Si une extension de type 'Adblock' (ou assimilée) est installée sur votre navigateur, celle-ci empêchera de consulter certaines pages de ce site dans leur intégralité. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce site collaboratif d'exister durablement. Pour obtenir un accès total, vous devez désactiver l'extension.