MUSIQUE & SOCIÉTÉ.


CHANTEURS ET CHANTEUSES DISPARUS EN 2020

En partie à cause du Covid-19, l'année 2020 a vu disparaître de nombreux chanteurs et chanteuses. Ces artistes, parfois oubliés au regard du temps qui passe ou simplement à cause d’une carrière qui avait pris fin, voient pourtant leur disparition s’accompagner de quelques souvenirs nostalgiques. Voici un résumé de leur carrière respective.


ILS NOUS ONT QUITTÉS EN 2020

GRAEME ALLWRIGHT (1926-2020)

Ce néo-zélandais aura un début de carrière difficile. Son premier disque, Le trimardeur, est enregistré en 1965 alors qu’il est âgé de 39 ans, mais la réussite de ses deux premiers albums (Joue, joue, joue en 1966 et Le jour de clarté en 1968) le projette au premier plan, surtout auprès de la jeune génération. Compositeur et chanteur inconditionnel de musique folk, Graeme Allwright est l’un des rares artistes à avoir introduit des œuvres appartenant au protest song américain (Woody Guthrie, Pete Seeger, Bob Dylan…). Par ailleurs, il a adapté une partie du répertoire de Leonard Cohen (Suzanne, L’étranger…). Graeme Allwright a aussi composé quelques ballades que le grand public retiendra : La Berceuse du clochard, La chanson de l'adieu, Jolie bouteille, Jusqu'à la ceinture… Dans les années 70, quelque peu effrayé par le succès et les exigences du show-business, le chanteur tendra à se marginaliser et à prendre de la distance jusqu’à devenir un globe-trotteur (Éthiopie, Inde, La Réunion, etc.), ne faisant des apparitions sur le sol français que pour enregistrer de nouveaux disques et pour se produire un temps sur scène. Dans les années 2000, il flirtera avec le jazz, sa passion d’adolescent. Graeme Allwright meurt dans son sommeil à l’âge de 93 ans, le 16 février 2020 dans la maison de retraite de Pont-aux-Dames.


OSCAR CHAVEZ (1935-2020)

À la fois chanteur, compositeur et acteur, la disparition d’Óscar Chávez a été pour son pays natal, le Mexique, mais aussi pour toute l’Amérique latine, d’une profonde blessure. Óscar Chávez était un artiste engagé qui soutenait notamment l’Armée zapatiste en lutte contre le pouvoir en place. La musique et surtout la chanson qu'il honorera durant toute sa longue carrière, feront quelque peu oublier l’acteur des années 60. En plus de quarante ans, le compositeur mexicain publiera plus de 50 albums, dont 20 en studio. Le 30 avril 2020, ses antécédents de tabagisme associés au Covid-19 seront l’élément déclencheur de la pneumonie qui lui sera fatale.


CHRISTOPHE (1945-2020)

Le chanteur commence sa carrière en 1965. Alors que la vague Yéyé est omniprésente, Christophe prend le contre-pied de ce mouvement en lançant le slow Aline. Toutefois, ce premier tube ne l’empêche pas de figurer sur la célèbre photo de Jean-Marie Périer réunissant les 46 vedettes françaises plus ou moins Yéyé de l'époque. Après un passage à vide, il revient avec des chansons qui impriment les années 70 : Les mots bleus, Señorita… Puis, en 1983, iI obtient un autre grand succès avec la ballade Succès fou. À partir de la décennie suivante, Christophe devient plus ambitieux. L'album Bevilacqua surprendra par sa modernité et son audace, mais malgré sa volonté de se démarquer en proposant des albums toujours plus personnels, la suite de sa carrière sera en demi-teinte. Après une dernière apparition publique lors d’un 'Taratata' en février 2020, Christophe, souffrant d'un emphysème pulmonaire aggravé par le Covid-19, devait être transporté le 1er avril 2020 en urgence à l’hôpital Cochin de Paris pour y décéder deux semaines plus tard. EN SAVOIR +


RENÉE CLAUDE (1939-2020)

Moins célèbre en France qu’elle ne l’est au Québec, Renée Claude était chanteuse et actrice. Née à Montréal, elle débute sa carrière en 1960, d'abord en interprètant des chansons françaises (Bécaud, Brassens, Ferré…) avant de se tourner vers des auteurs québécois comme Jean-Pierre Ferland. Parallèlement à cette activité, Renée Claude animera des émissions radiophoniques. En 1967, elle connaît son premier grand succès avec la chanson Shippagan. Incarnant l’esprit libertaire et féministe propre aux années 70, les Français découvrent sa voix grâce à la complicité de quelques nouveaux auteurs : Stéphane Venne (C'est notre fête aujourd'hui, Tu trouveras la paix, etc.), Michel Conte (Viens faire un tour) puis plus tard avec Luc Plamandon (Le monde est fou). Après un court passage orienté rock (Le futur est femme – 1986) et une participation à l’opéra Nelligan (1990), Renée Claude diversifie sa carrière en jouant des rôles au théâtre et au cinéma (Station Nord – 2002), sans toutefois délaisser la chanson. On doit à cette artiste d’avoir révélée le talent de quelques auteurs-compositeurs québécois : Stéphane Venne, Luc Plamondon et Germain Gauthier, entre autres. Atteinte de la maladie d’Alzheimer, Renée Claude est morte le 12 mai 2020 à Montréal, emportée par le Covid-19.


ANNIE CORDY (1928-2020)

Sous-valorisée en tant qu’actrice, on conserve d’Annie Cordy un personnage gai et enjoué que ses chansons ont eu l’art de déployer. Avec sa quarantaine de rôles joués pour le 7e art, ses quelques 600 chansons, sans compter sa vingtaine de comédies musicales, d’opérettes et ses apparitions dans des séries, des téléfilms et des publicités, Annie Cordy n’aura pas ménagé sa peine pour donner à sa longue carrière des réponses enthousiastes. Très énergique, même à un âge avancé, elle avait la passion d'un métier qu'elle conjuguait au pluriel. Celle qui avait toujours le sourire face au public, portait parfois le masque de la gravité sur grand écran sans que cela nuise nullement à son image, bien au contraire. Il y aura Le passager de la pluie (1969) qui révèle son talent d’actrice dramatique, tout comme Rue Haute (1976). La comédie est aussi présente à travers d'autres films : Elle court, elle court la banlieue (1973) ou Madame Edouart (2004). Mais l'image qui colle le plus à Annie Cordy est celle d'une artiste de music-hall. Depuis ses débuts dans les années cinquante, elle ne cessera de montrer les différentes facettes de son talent : chanteuse, danseuse, comédienne... Cette diversité d’emploi lui a permis de rencontrer et de travailler avec de nombreux grands artistes. En 1972, il y aura la comédie musicale Hello, Dolly !, puis une succession de chansons populaires et comiques que le grand public et surtout les enfants reprendront en cœur : La Bonne du curé (1975), Frida oum papa (1975) Tata Yoyo (1981) ou Cho ka ka O (1985). Annie Cordy est morte le 4 septembre 2020 à son domicile, succombant à un malaise cardiaque.


CHARLIE DANIELS (1936-2020)

Star de la country et musicien accompli pour sa maîtrise du « violon western », Charlie Daniels était aussi connu pour son patriotisme exacerbé. Depuis 1979, son nom, sa voix et surtout son violon résonnaient aux États-Unis chez tous ceux qui avaient écouté un jour son hit mondial frénétique The Devil went down to Georgia. Solide musicien de studio, il était aussi un familier de la scène qu’il sillonnait inlassablement, du nord au sud et d’est en ouest. Le succès rencontré par The Devil Went Down to Georgia, à l’instar de l’irrésistible Old town road, devait dépasser le simple cadre de la musique country. Chez Charlie Daniels, la légende du blues s’écrivait à la mode du son de Nashville. En quelques années, il était devenu un artiste dont la notoriété coïncidait non seulement avec le hit-parade country mais aussi avec les shows télés politiquement incorrects. Parmi ses participations notables citons Self portrait et Nashville skyline de Bob Dylan, sur lesquels le violoniste joue aussi de la basse et de la guitare, Songs from a room de Leonard Cohen (qu’il accompagna lors de l’historique festival de Wight) et, dans un autre registre, Beaucoups of blues de Ringo Starr où il tient la guitare. Charlie Daniels est mort à 83 ans d'un AVC le 6 juillet 2020 au centre médical de l'Hermitage dans le Tennessee.


SPENCER DAVIS (1939-2020)

Harmoniciste, guitariste et chanteur anglais, Spencer Davis a eu une carrière aiguillée par de nombreuses musiques : jazz, blues et skiffle. Néanmoins, le blues-rock va influencer sa personnalité, un style qu’il cherchera à développer en 1964 avec la formation qu'il crée en compagnie du chanteur et organiste Stevie Winwood, 'The Spencer Davis Group'. Après quelques grands succès dont Keep on running, Midnight special (en), Gimme some lovin' et la reprise de Georgia on my mind, un classique de Ray Charles, le groupe se sépare en 1969. Spencer Davis émigre alors aux États-Unis pour y entreprendre une carrière de chanteur folk. Musicien prolifique, le chanteur-guitariste n’a jamais cessé de se produire sur scène en tant que 'Spencer Davis Group' jusqu’en 2017. L’artiste est décédé d’une pneumonie à l’âge de 81 ans, le 19 octobre 2020 à Los Angeles.


MANU DIBANGO (1933-2020)

Soul makossa est le titre phare de la carrière du saxophoniste camerounais. Surnommé 'Papagroove' ou 'Papa Manu', Manu Dibango arrive en France en 1949. Lors d'un séjour dans un centre de colonie réservé aux enfants camerounais, il découvre le saxophone et rencontre Francis Bebey qui lui apprend les bases du jazz. Manu Dibango décide de se lancer dans la musique en jouant dans les bals de village. En 1967, il crée un big band qui lui permet de développer son style, novateur et urbain. Puis ce sera Saxy party, un album d’afro-jazz qui précède Soul makossa en 1972. Par la suite, Manu Dibango, artiste engagé redoublera d’effort pour que naisse la réunification musicale de l’Afrique. Ses engagements seront multiples, d'abord politique avec « Libérez Mandela », puis écologique en signant une tribune contre le réchauffement climatique. EN SAVOIR +


JULIETTE GRÉCO (1927-2020)

La figure emblématique de la chanson française à textes ne quittera presque jamais la scène tant celle-ci lui tenait à cœur. Sa longue carrière, qui s’étale sur près de 70 ans, aura connu de grands auteurs qu’elle prendra toujours plaisir à interpréter : Léo Ferré, Serge Gainsbourg, Jacques Prévert ou encore Raymond Queneau et Boris Vian. À la sortie de la guerre, Gréco découvre le bouillonnement intellectuel de la rive gauche et le courant philosophique de l’existentialisme. Sans avoir rien accompli de probant, elle devient la muse de Saint-Germain-des-Prés et opte pour la chanson pour justifier cette soudaine célébrité. Sa carrière démarre en 1949, puis elle passe à l’Olympia en 1954 en chantant des chansons signées Boris Vian et Pierre Delanoë. Après un passage par le cinéma (Drame dans un miroir – 1960 et Le grand risque – 1961), Juliette Gréco décide de revenir à la chanson pour ne plus la quitter. C’est alors qu’elle commence à chanter du Brel, Ferré ou du Gainsbourg. Début 2015, elle annonce son ultime tournée intitulée 'Merci', mais un premier AVC survenu en mars 2016 la conduit à se retirer de la scène. Juliette Gréco meurt à l’âge de 93 ans, le 23 septembre 2020 dans sa demeure à Ramatuelle, dans le Var. EN SAVOIR +


MORI KANTE (1950-2020)

Révélé en France grâce à son tube Yéké yéké en 1988, Mori Kante appartient à une lignée de griots et de poètes. Grâce à ses succès internationaux, Mory Kanté va contribuer à populariser la musique africaine et guinéenne à travers la planète. Repéré dès 1971 par le saxophoniste Tidani Koné du 'Rail Band' de Bamako, petit à petit Mory Kanté commence à composer et à pratiquer la kora dont il deviendra un éminent spécialiste. En 1981 sort l’album Courougnègné où l’artiste guinéen tente un rapprochement entre les sonorités traditionnelles et d'autres nettement plus électriques. Le début des années 80 coïncident aussi avec la montée en force de la ‘World Music’. La musique africaine est alors en pleine mutation. Mory Kanté va en profiter pour imposer la vision musicale dont il rêvait. En 1987, il ressort Yéké yéké qui figurait sur son album éponyme et l'impose si bien qu'il devient l'un des tubes les plus vendus en Afrique. Décédé le 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, son nom reste accroché aux côtés des meilleurs représentants de la musique africaine des années passées et présentes. EN SAVOIR +


TRINI LOPEZ (1937-2020)

Artiste populaire des années 1960 devenu célèbre pour sa version de If I had a hammer, Trini Lopez s’imposera comme un chanteur guitariste influencé par le rock et le folk américain. Repéré par l'arrangeur Don Costa, il enregistre cette reprise de Pete Seeger en 1963, le classant N°3 dans les hit-parades. En 1964, il passe en première partie à l'Olympia avec les Beatles alors que Sylvie Vartan est tête d'affiche. Son répertoire est essentiellement composé de standards de la chanson (What'd I Say, La bamba, Shame and scandal...) ce qui ne l’empêchera pas d’aborder au cours de sa carrière de nombreux styles musicaux qu’il déclinera à travers des albums thématiques : The latin album, The folk album, Welcome to Trini country, etc. Étonnamment, au cours de sa carrière, Trini Lopez deviendra acteur, incarnant dans un second rôle l'un des Douze Salopards dans le film de Robert Aldrich en 1967. Jusqu’à son décès survenu le 11 août 2020 à Palm Springs, en Californie, des suites de la Covid-19, Trini Lopez continuait à se produire.


MADY MESPLÉ (1931-2020)

Mady Mesplé est une cantatrice soprano originaire de Toulouse. D’abord pianiste avant de décrocher un premier prix de chant à 22 ans, Mady Mesplé démarre sa carrière en s’attaquant à quelques grands classiques : Le barbier de Séville (rôle Rosine) de Rossini, Rigoletto (rôle Gilda) de Verdi et Les contes d’Hoffmann d’Offenbach. À partir de 1956, elle chante à l'Opéra de Paris, puis participe à la création de Princesse Pauline de Henri Tomasi et du Dernier sauvage de Gian Carlo Menotti (1963). Une carrière internationale s’ouvre devant elle. Mady Mesplé se produit alors sur les plus grandes scènes, aussi bien à Madrid qu’à Chicago, New York, Tokyo ou Rio de Janeiro. La soprano excelle dans des rôles émanant du répertoire français mais aussi italien et allemand, allant même jusqu’à aborder la musique contemporaine des compositeurs Betsy Jolas, Charles Chayne ou Schöenberg. Parallèlement à sa carrière de cantatrice, Mady Mesplé entamera une carrière pédagogique dans les années 80, tout en délaissant l’opéra pour se produire dans des récitals. Pour un grand nombre de personnes, sa popularité tient à ses nombreuses apparitions à la télévision durant les années 70/80 quand elle chantait de grands airs populaires et qu’elle prenait la défense du chant lyrique sous les yeux admiratifs de Jacques Martin ou de Pascal Sevran. En 1996, on lui diagnostique la maladie de Parkinson et elle publie ce vécu dans un livre intitulé La Voix du corps : Vivre avec la maladie de Parkinson. Mady Mesplé meurt le 30 mai 2020 à Toulouse, à l’âge de 89 ans.


LITTLE RICHARD (1932-2020)

Pianiste auteur-compositeur et interprète, Little Richard est l'un de pionniers du rock & roll à la fin des années 1950. Avec Chuck Berry, Fats Domino et Bo Diddley, il est aussi l’un des premiers musiciens noirs de rock à connaître les faveurs du public blanc. D’une personnalité rebelle, Little Richard marque son époque par ses chansons qu’il scande en hurlant plus qu’il ne les chante vraiment. Au personnage s’ajoutent ses tenues vestimentaires flamboyantes qui viendront caractériser l’image d’un certain rock & roll et du rock plus généralement. On lui doit d’avoir influencé des groupes et artistes majeurs des années 60 : les Beatles, les Rolling Stones, David Bowie, Elton John et bien sûr Elvis Presley. Parmi ses grands succès citons : Long Tall Sally, Lucille, Miss Molly, Rip It Up et Tutti Frutti, des titres qui seront ensuite repris par un grand nombre d'artistes. Il décède à l’âge de 87 ans d’un cancer des os, le 9 mai 2020. EN SAVOIR +



KENNY ROGERS (1938-2020)

Avec Charlie Daniels, Kenny Roders est l’autre grand nom de la scène country à être mort en 2020. Sa carrière commence pendant les années 1950, quand il enregistre plusieurs chansons avec le groupe The Scholars. Puis il rejoint The Bobby Doyle Trio, un groupe de jazz avec lequel il joue dans des clubs et enregistre quelques disques. Le groupe se sépare en 1965. Rogers décide alors de travailler en tant que producteur, auteur et musicien pour d'autres artistes, dont les chanteurs country Mickey Gilley et Eddy Arnold. En 1967, il crée avec des membres de New Christy Minstrels, 'First Edition', qui devient rapidement ‘Kenny Rogers and The First Edition’. À partir de là, Kenny Rogers va accumuler les succès dans les classements de ventes de musique pop et country avec, entre autres, Ruby, Somethings burning, Don't take your love to town et Just dropped in. En 1976, le groupe se sépare et Kenny Rogers se lance dans sa carrière solo. Ses compositions, toujours mélodieuses, attirent un public toujours plus large. De nombreuses chansons enregistrées atteindront le top 40 des meilleures ventes aux États-Unis, sans compter les albums dont la plupart seront classés dans les meilleures ventes. Kenny Rogers décède de mort naturelle le 20 mars 2020 à son domicile de Sandy Springs en Géorgie. EN SAVOIR +


ANNE SYLVESTRE

Sa popularité tient essentiellement à ces trois valeurs : inventivité, sensibilité et humour. Anne Sylvestre commence à chanter ses chansons à la fin des années 1950 en se produisant dans différents cabarets comme 'La colombe' ou 'Les trois Baudets'. Cependant, c’est à la radio qu’elle commence à se faire un nom. Dès son premier disque (Mon mari est parti – 1959), les critiques remarquent sa vitalité à écrire des vers de qualité, au point d’être comparé à Georges Brassens. En 1962, se sera un premier Bobino suivi de l’Olympia. L’autre facette de sa riche carrière sera ses chansons pour enfants intitulées les fabulettes, chansons qu’elle ne chantera jamais sur scène. En 1985, elle abandonne sa guitare pour être accompagnée de musiciens et, en 1993, elle crée le conte musical pour enfants Lala et le cirque du vent avec son amie Michèle Bernard. En 2007, la sortie de son nouvel album Bye mélanco coïncide avec ses 50 ans de chansons qu’elle fêtera à travers une série de récitals à guichets fermés au Trianon. Démarré en 2019, son dernier spectacle intitulé Manèges s'était poursuivi en 2020, seulement arrêté par un AVC dont les suites devaient causer sa mort le 30 novembre 2020. Anne Sylvestre avait 86 ans. EN SAVOIR +


GABRIELLA TUCCI (1929-2020)

Gabriella Tucci est une chanteuse soprano née à Rome. Ses études musicales débutent à l'Accademia di Santa Cecilia de Rome auprès de Leonardo Filoni, qui deviendra plus tard son mari. À l’issue d'un concours, elle fait ses débuts en 1951 dans le rôle-titre de La traviata avant de briller au côté de Maria Callas à la recréation de Medea de Cherubini. Tout au long des années 1950, Gabriella Tucci s'impose peu à peu sur les scènes italiennes et fait ses débuts à la Scala de Milan dans La bohème de Puccini. La chanteuse sera appréciée en Italie mais aussi dans les pays anglo-saxons pour la pureté de sa voix et son style décanté. Parmi les rares enregistrements qui conservent trace de son art, on peut l'entendre dans Pagliacci aux côtés de Mario del Monaco en 1959, dans Il trovatore aux côtés de Franco Corelli en 1964, et dans Les puritains, où elle tient le rôle d’Elvira aux côtés de Luciano Pavarotti et de Ruggero Raimondi en 1968. Gabriella Tucci est morte à Rome le 9 juillet 2020.


JOAN-PAU VERDIER (1947-2020)

Militant occitan et artiste libertaire, Joan-Pau Verdier, avant de connaître le succès dans la chanson d’Oc, a d'abord été l’un des créateurs de la FACO (Fédération Anarchiste Communiste d’Occitanie). Sa carrière de chanteur débute dans les cabarets. D’abord influencé par le folk et les textes d'auteurs occitans, sa musique va progressivement évoluer vers le rock en 1973. S'accompagnant à la guitare sur ses albums, il sera attentif à s’entourer de musiciens capables de saisir sa personnalité. Durant un temps, il y aura notamment les musiciens d’Yves Simon puis plus tard des musiciens issus du courant jazz-rock. Verdier vouera de l’admiration envers Léo Ferré pour qui il adaptera en occitan Ni Dieu ni maître en 1975 (les deux artistes se rencontreront à plusieurs reprises). Parmi ses réussites, citons les albums Tabou le chat (1977) et Le chantepleure (1979). En 1990, il crée le groupe éphémère Bigaròc puis, en 1996, il enregistre Léo, domani, un album consacré à Léo Ferré qui restera inédit jusqu’en 2001. Sa carrière discographique fera preuve d’éclectisme en abordant le folk, le rock ou le blues. Ses dernières chansons se sont surtout recentrés sur l'adaptation en occitan de l'œuvre de Léo Ferré. Joan-Pau Verdier est mort le 21 juin 2020 à Brive-la-Gaillarde. EN SAVOIR +


RIKA ZARAÏ (1938-2020)

Née d’un père russe et d’une mère polonaise, Rika Zaraï est une chanteuse franco-israélienne qui est devenu populaire en 1969 avec sa chanson Casatchok. Jeune fille studieuse, elle étudie enfant le piano et obtient le premier prix au conservatoire de Jérusalem. Comme d’autres femmes israéliennes, Rika Zaraï part au service militaire à 17 ans et commence à envisager une carrière artistique. Ses premiers concerts comprennent des chansons françaises chantées en hébreu. En France, sa rencontre avec Eddy Barclay sera déterminante. Lancée par son premier tube, Hava Naguila, la popularité de Rika Zaraï devait se confirmer avec Casatchok et Alors je chante. Mais en 1969, un terrible accident de voiture met un frein à sa carrière. Trois années seront nécessaires pour qu’elle retrouve l’usage de ses jambes. Elle reprend alors sa carrière de chanteuse et retrouve le chemin des studios pour enregistrer quelques nouveaux succès dont Sans chemise, sans pantalon. Devenue une adepte de la médecine naturelle depuis son accident de voiture, elle décide d’arrêter sa carrière artistique au début des années 80 pour se consacrer à l’écriture de livres à succès sur la thérapie par les plantes (Ma médecine naturelle - 1985), ouvrages qui seront contestés par le conseil de l’ordre des pharmaciens (elle sera inculpée de complicité d’exercice illégal de la pharmacie avec à la clé un procès qui se soldera par un non-lieu). En 2000, Rika Zaraï tentera un come-back, mais ne retrouvera pas le succès d’autrefois. Toutefois, en 2013, le double album Anthologie 1960-1982 permet de réévaluer la carrière de cette chanteuse qui aura vendu près de 30 millions de disques. Rika Zaraï est morte le 23 décembre 2020 à l’âge de 82 ans.

Cadence Info (12/2020)

À CONSULTER

CHANTEURS ET CHANTEUSES DISPARUS EN 2019


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com