ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


LA MUSIQUE ROCK DES ANNÉES 60

Depuis le début des années 1950, la musique rock s'est répandue sur toute la planète. Lien musical pour la jeunesse urbaine, elle constitue le véhicule d'une attitude de rupture, souvent violente, avec un certain ordre établi. Les générations montantes la remettent sans cesse en question, en renouvelant ses formes d'expression. Ainsi, au fil du temps, la musique rock est devenue un genre complexe, multiforme, avec ses branches, filiations et courants spécifiques, chaque style générant son esthétique propre : la forme musicale, la manière de danser, l'univers imaginaire, la panoplie vestimentaire, l'usage ou non de l'alcool, de la drogue comme du sexe.


LE ROCK ILLUSTRÉ DES ANNÉES 60

Comme au cinéma, la musique rock et ses déclinaisons ont inventé leurs propres techniques de production, souvent novatrices. C'est à partir des années 60 qu'elle est parvenue à s'imposer comme l'un des phénomènes culturels majeurs de l'histoire de la musique. La musique rock est à la base de l'hégémonie mondiale de la culture anglo-saxonne à travers les masses populaires…


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Son moteur, c'est l'électricité. Si les guitares amplifiées des Beatles et des Rolling Stones ne parviennent pas à couvrir les cris des fans à leurs débuts, le son de Jimi Hendrix, hurlé par un mur d'enceintes, emporte les foules de Woodstock dans un voyage interstellaire.

L'aller-retour boomerang accompli par le rock entre États-Unis et Grande-Bretagne dans les années 1960 est fortement encouragé par le développement de l'industrie du disque, des moyens de transport, de communication et des médias de masse. L'ensemble de ces phénomènes induit un effet d'amplification exponentielle de son audience en même temps qu'une diversification des styles.

L'image rebelle, violente du rock'n'roll perdure et s'exporte, mais l'industrie musicale américaine reste vigilante à produire des alternatives. De 1960 à 1963, l'Amérique aime les belles harmonies vocales : Ray Charles, The Four Seasons sont accompagnés par des "girls group" constitués de fraîches adolescentes (Chiffons, Shirelles, Crystals…). Par ailleurs, le courant folk, même s'il est jugé comme nettement engagé "à gauche", gagne en audience grâce à Joan Baez, Peter, Paul & Mary et un jeune poète, le brillant Bob Dylan.

© Deram / London Records - Ten Years After (1968)

Alors que les yé-yé français sont à la recherche du temps perdu, l'Angleterre nourrit des monstres sacrés. En 1963, la pop britannique explose, stimulée par la rivalité entre Beatles et Rolling Stones. La jeunesse anglaise s'affronte en deux camps, archétypes de la lutte des classes : les rockers (monde ouvrier, jeans et blousons de cuir, moto, attitude macho, voire vulgaire, alcool) contre les mods (monde des classes moyennes, costume élégant et parka de l'armée, scooter plein de phares et usage d'amphétamines). Cette petite guerre tribale qui donne lieu à d'épiques batailles rangées sur les plages du Sud de l'Angleterre s'estompe en 1964. Cette année-là, le raz de marée de la pop anglaise gagne les États-Unis : près de la moitié du chiffre d'affaires du disque provient de l'exploitation des Beatles. La surf music des Beach Boys, née sur la côte californienne, est seule à résister au remue-ménage british.

L'impact est si fort que, en 1965, Bob Dylan troque sa guitare acoustique pour un accompagnement électrique, au grand dam de son auditoire folk. Avec les Byrds, il sera l'initiateur du courant folk-rock/country-rock dans lequel s'inscriront les Crosby, Stills, Nash and Young et autres Eagles.

En 1965, la tendance est résolument anglaise. Les stars du "swinging London" font et défont les modes à Carnaby Street. À tous les niveaux de la création, l'audace est à l'honneur.


LA VAGUE DES GROUPES POP

La première vague des groupes pop défie les chroniques à scandale. Le "blues boom" orchestré par quelques musiciens hors pair (John Mayall, Jeff Beck, Mick Fleetwood, Eric Clapton) élabore les canons d'un style indémodable, prolongé par Rory Gallagher et Ten Years After. Soft Machine et Pink Floyd ébauchent le style "planant". Quant à l'esthétique "hard", elle s'échafaudera bientôt au long des shows de Led Zeppelin, Deep Purple, ouvrant la voie à Black Sabbath, Status Quo ou Thin Lizzy.

Durant la seconde moitié de la décennie, les clones de groupe anglais se multiplient dans les garages américains, alors que la soul de Tamla Motown (Supremes, Four Tops, Temptations, Marvin Gaye,…) et de Stax (Sam & Dave, Wilson Pickett, Otis Reding,…) impose au showbiz le tempo de la danse.

Mais c'est dans l'underground de San Francisco que le rock opère sa grande mutation du son et des sens. Jefferson Airplane, Grateful Dead, Big Brother & The Holding Company et autres Mothers Of Invention, suivis par les Doors, donnent le ton de la contre-culture psychédélique.

The Doors (1967)

L'ensemble du monde rock est profondément influencé par cette tendance qui déferle en 1967. Même Johnny Hallyday, après avoir chanté Cheveux longs et idées courtes en 1966, entonne San Francisco, hymne à la mode Hippie. Les artistes masculins adoptent la coiffure unisexe longue, abandonnent le costume cravate pour laisser libre cours à la fantaisie inventive. La couleur est reine, non seulement en matière de vêtements, mais aussi dans le dessin des affiches et le développement des light-shows qui accompagnent les spectacles.

Cependant, à cause du crescendo imposé par le conflit vietnamien, le rêve américain vire au cauchemar. Les jeunes générations de cet âge d'or économique refusent l'idéal guerrier, raciste, imposé par "Big Brother". C'est au nom de la 'Paix et de l'Amour' que vont se développer les plus grands rassemblements de jeunesses jamais vus depuis la dernière guerre. Mais c'est d'abord pour le rock (alors identifié sous le terme pop) que des dizaines de milliers de jeunes gens se retrouveront dans les premiers grands festivals, dont Monterey (juin 1967), Newport (août 1968 et juin 1969), Atlanta (juillet 1969), Woodstock (août 1969 et juillet 1970) en Angleterre, par suite de son interdiction en Belgique, à Amougies (octobre 1969).

Par F. Bensignor (Cadence Info - 08/2018)


À CONSULTER

HISTOIRE DE LA MUSIQUE ROCK, UN DEMI-SIÈCLE D’AVENTURES

TOP DES DISQUES ROCK DES ANNÉES 60

LA MUSIQUE ROCK AU CINÉMA

DES GROUPES DE ROCK ORIGINAUX ET INVENTIFS, AUJOURD'HUI OUBLIÉS


RETOUR SOMMAIRE