NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

MUSIQUE DE FILMS


GEORGES AURIC, COMPOSITEUR DE MUSIQUE DE FILMS

Georges Auric (1899/1984) était un fou furieux de musique dès le plus jeune âge. Après des études sous la direction de Caussade et de Vincent d’Indy, Georges Auric envisage sérieusement une carrière musicale et ne tarde pas à faire connaître ses ambitions. Sensible à l’univers musical de compositeurs tels que Chabrier, Stravinsky ou Satie, il deviendra le catalyseur du « Groupe des six ».


GEORGES AURIC, UN COMPOSITEUR AUX ÉTATS-UNIS

Un des soucis de Georges Auric aura été la recherche d’une certaine simplicité musicale. En effet, sa musique épouse souvent l’intrigue et l’atmosphère du film à travers un sens mélodique appuyé, tout en conservant tendresse ou élan dramatique, gravité ou ironie en arrière-plan.

Georges Auric, au travers de ses collaborations variées – en particulier avec Cocteau – fut un des premiers à doter les films sur lesquels il travaillait d’une identité musicale en rupture définitive avec l’illustration « à la classique ». Au lieu de s’appliquer à souligner certains effets et à s’abandonner à la dictature du synchronisme, Georges Auric imagine l’envers du film et projette sa musique sur le devant de l’écran. Même si les mixages restaient encore approximatifs, on peut déceler dans ses divers travaux l’esquisse d’une pratique de la profondeur du champ sonore.

Dans sa carrière, Georges Auric aura l’occasion de travailler sur des films anglais, avant de collaborer régulièrement avec le cinéma américain à partir de 1952. Il sera le premier à suivre une carrière durable en dehors de l’hexagone, ouvrant ainsi la voie aux futurs Michel Legrand, Georges Delerue et Michel Colombier.

Son premier succès international, il l’obtient avec le film Moulin-Rouge en 1952. Georges Auric savait déterminer la couleur musicale d’un film. Cette faculté lui a permis, à maintes occasions, de surmonter le handicap des délais d’écriture imposés et des masses orchestrales anémiques.

Georges Auric, très impliqué dans la vie et les règles du milieu musical, deviendra président de la SACEM. C’était un homme très actif qui n’hésitait pas à multiplier les rencontres et à porter l’habit de conférencier pour défendre ce qu’il aimait, le 7e art.


QUELQUES MUSIQUES DE FILMS

  • Entrée des artistes (Marc Allégret – 1938)
  • L’aigle à deux têtes (Jean Cocteau – 1947)
  • Moulin Rouge (John Houston – 1952)
  • Gervaise (René Clement – 1956)
  • La grande vadrouille (Gérard Oury – 1966)
  • L’arbre de Noël (Terence Young – 1969)

(source : Des compositeurs pour l'image - A. Lacombe)


LISTE DES COMPOSITEURS

RETOUR SOMMAIRE